Portrait de famille: Éric, Maggie et... leurs 9 enfants!

Portrait de famille: Éric, Maggie et... leurs 9 enfants!

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Neuf enfants : des familles aussi nombreuses, on n’en voit pratiquement plus. Comment cela se passe-t-il au quotidien?

7 août 2015 | Quand on sait qu’au Québec moins de 1 % des familles avec enfants comptent 5 enfants et plus, imaginons combien elles sont à en compter 9! C’est pourtant la réalité pour Maggie et Éric Paquette. Des familles aussi nombreuses, on n’en voit pratiquement plus. Comment cela se passe-t-il au quotidien?

Dans une grande famille comme celle des Paquette, le premier défi, c’est l’organisation : coordonner les horaires, faire un calendrier de tâches pour motiver les uns et les autres, s’assurer que les devoirs et les leçons sont faits, prévoir un peu de temps pour les activités, ouf!

« Je dois passer de 5 à 6 heures par jour devant les fourneaux », dit Maggie. Par souci de qualité et d’économie, d’abord. Mais aussi pour des raisons d’allergies alimentaires. De plus, elle peut souvent cuisiner pour 16 personnes, quand on inclut les chums et blondes.

Quand le couple a eu son 6e enfant, les déplacements en voiture étaient déjà compliqués. Maggie et Éric ont alors décidé d’acheter une fourgonnette de 15 passagers. Pour conduire le véhicule, ils ont dû d’ailleurs obtenir leur permis de classe 4B.

Au fil des ans, la maison a dû être adaptée aux nécessités de la famille grandissante. Le salon a été converti en salle à manger. La rallonge du garage a été mise à contribution pour accueillir des chambres supplémentaires et une chambre froide. Les plus jeunes partagent leur chambre.

Tout le monde participe, évidemment : Éric, qui travaille son 40 heures semaine, fait le taxi à gauche et à droite pour les enfants et les achats au quotidien. « Ça prend une grande complicité dans le couple », dit Maggie, tout en concédant que les moments loin des enfants sont rares. Le couple espère prendre une semaine en amoureux, lors de leur 25e anniversaire de mariage...

Isolés, bien malgré eux

Ni Éric ni Maggie ne sont issus de familles nombreuses. Maggie avait par contre en tête l’image de la famille de sa grand-mère, qui a elle aussi élevé 9 enfants. Ce choix d’élever une grande famille ne s’est pas fait du jour au lendemain, mais un enfant à la fois. Et n’a pas fait l’unanimité autour d’eux non plus.

Longtemps, c’est la tribu Paquette qui recevait. « C’était plus simple ainsi… Qui veut inviter un groupe de 11 à la maison? » Cependant, les gens ont peur de déranger ou sont mal à l’aise avec l’idée de visiter une famille si nombreuse. « On s’est retrouvé quelque peu isolé par rapport à nos familles respectives », dit Maggie.

Malgré tout, Maggie est toujours très présente dans la communauté. Elle fait du bénévolat, elle s’implique auprès des jeunes familles, en partageant son expérience avec de jeunes mères. Elle demeure également très active, en joggant et en faisant du vélo avec ses fils.

Une famille moderne

Le couple n’a pas voulu « tomber dans le pattern des anciennes familles », où les aînés deviennent des figures parentales auprès des plus jeunes. Maggie et Éric désirent que chacun de leur enfant vive son enfance, fasse ses choix, participe aux activités parascolaires, etc.

Bien sûr, les enfants ressentent la différence avec les autres familles. « Il y a une phase où ils ne sont pas portés à l’afficher. Mais rendus au cégep, ils ont tendance à l’assumer et à en devenir fiers. »

Quand on lui demande ce qu’elle retire de plus précieux de son aventure familiale, Maggie répond sans hésitation : « Je vois chaque enfant comme une perle précieuse dans un coffre au trésor. » Comme 9 perles différentes, incluant Vincent, l’aîné qu’ils ont perdu et qui aurait eu 23 ans cette année, précise-t-elle. « Chaque enfant est unique. Et puis, on réapprend chaque fois à être parent. C’est ça qui est enrichissant, et c’est ce qui nous fait grandir. »

 

Philippe Jean Poirier - 37e AVENUE

Crédit photo : Famille Paquette

Partager

À lire aussi