Vie de famille: l'importance de soutenir les pères

Vie de famille: l'importance de soutenir les pères

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Lorsqu’un père ne se sent pas soutenu par sa conjointe, les enfants peuvent aussi en être affectés, avance une nouvelle étude.
Agence Science-Presse

1er juin 2015 | Lorsqu’un père ne se sent pas soutenu par sa conjointe, les enfants peuvent aussi en être affectés, avance une nouvelle étude britannique.

Les chercheurs ont en effet remarqué que les enfants de ces pères avaient des comportements difficiles. Ils avaient, par exemple, plus tendance à être provocateurs et à briser intentionnellement leurs jouets. Ce n’était toutefois pas le cas des enfants dont la mère se dit peu appuyée par son conjoint.

Selon les auteurs de l’étude, si un père ne se sent pas soutenu par sa conjointe, cela signifie peut-être que celle-ci limite son implication auprès des enfants. De plus, le père risque alors de se sentir moins confiant et moins compétent pour prendre soin de ses enfants. Il pourrait donc choisir lui-même de diminuer son engagement. Au contraire, les mères seraient plus conscientes de l’importance de leur rôle et le manque de soutien de leur conjoint ne modifierait pas leur implication parentale.

Une relation parentale basée sur le soutien comporte plusieurs caractéristiques particulières, expliquent les chercheurs. Les parents partagent ainsi des valeurs communes à propos de l’éducation, ils expriment des émotions positives dans leurs interactions et ils encouragent les efforts parentaux de l’autre. Des études précédentes indiquent d’ailleurs que la façon dont les parents interagissent est un facteur important influençant le comportement des enfants. À la lumière de leurs résultats, les scientifiques suggèrent aux travailleurs sociaux qui interviennent auprès des familles de chercher à savoir si le père se sent appuyé par sa conjointe afin d’améliorer la relation parentale.

Cette étude a été menée auprès de 106 familles britanniques, composée des deux parents biologiques, mariés ou conjoints de fait. Chaque parent a rempli un questionnaire et participé à des entrevues téléphoniques au sujet de l’éducation des enfants en âge préscolaire et de la qualité de la relation de couple.


Source :
 Eurekalert

Partager

À lire aussi