Des préjugés même chez les tout-petits

Des préjugés même chez les tout-petits

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants auraient des préjugés et montreraient des signes de racisme dès l’âge de 3 ½ ans, révèle une étude indienne.
Agence Science-Presse

20 mars 2015 | Les enfants auraient des préjugés et montreraient des signes de racisme dès l’âge de 3 ½ ans, révèle une étude indienne menée auprès de 7000 enfants, pour la plupart âgés de moins de 6 ans.

Pour connaître la réaction des enfants face à la pauvreté, les chercheurs leur ont montré des photographies d’un enfant riche et d’un enfant pauvre. Ils leur ont alors demandé avec lequel ils aimeraient devenir amis : 89 % d’entre eux ont dit préférer être ami avec l’enfant riche. Ils ont affirmé que l’enfant pauvre n’aurait pas de beaux jouets et que leurs parents ne les laisseraient pas jouer avec lui.

Les enfants et le racisme
Les scientifiques ont également demandé à un groupe d’enfants de choisir leur poupée préférée entre une au teint clair et une autre au teint foncé. Pas moins de 80 % d’entre eux ont opté pour la poupée à la peau claire.

En questionnant ensuite ces enfants, les chercheurs ont découvert que 40 % d’entre eux avaient entendu à la maison des propos valorisant plutôt le teint clair et 40 % des tout-petits ont justifié leur choix en expliquant que les méchants dans les dessins animés avaient toujours la peau foncée.

Une étape normale du développement?

Plusieurs études ont aussi conclu que les enfants étaient sensibles aux différences ethniques, que leurs parents abordent le sujet avec eux ou non. Selon une analyse de 113 études publiée en 2012, vers 3 ou 4 ans, les tout-petits commencent à préférer jouer avec les enfants du même sexe puis, plus tard, ceux de la même nationalité ou du même groupe ethnique. Ce serait une étape normale du développement de leur personnalité : les enfants d’âge préscolaire bâtiraient d’abord leur identité sociale par leurs parents, puis en s’identifiant à leur groupe d’appartenance et à leurs proches.

D’autres chercheurs ont en effet remarqué que les tout-petits à la peau blanche préfèrent les enfants du même groupe ethnique qu’eux. Cependant, les enfants qui grandissent dans un milieu multiethnique auraient moins de préjugés que ceux issus d’un milieu plus homogène. En étant eux-mêmes des modèles dans leurs relations avec les gens d’autres ethnies, les parents pourraient donc apprendre le respect à leur enfant. Le passage à la garderie serait aussi un bon moment pour leur apprendre à se méfier des préjugés.


Sources : DNA India, Naître et grandir et Psychology Today

Partager

À lire aussi