Asthme: attention à l'humidité et aux moisissures

Asthme: attention à l'humidité et aux moisissures

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les tout-petits seraient 5 fois plus à risque d’asthme si leurs chambres à coucher renferment des moisissures ou des traces d’humidité.
Agence Science-Presse

23 février 2015 | Les enfants seraient plus sujets à l’asthme lorsqu’ils ont été exposés aux moisissures durant les 2 premières années de leur vie, indique une étude finlandaise. Cela n’augmenterait toutefois pas leur risque d’allergies.

Les chercheurs ont observé que les tout-petits étaient 5 fois plus à risque d’être atteints d’asthme avant 6 ans lorsque leur chambre à coucher renfermait des moisissures ou des dommages causés par l’humidité. Ils ont en effet remarqué que le risque d’asthme était plus élevé si les moisissures et les traces d’humidité étaient présentes dans les pièces où les enfants passaient le plus de temps, comme la chambre à coucher, le salon et la cuisine.

L’étude révèle également que le risque de développer de l’asthme serait plus grand chez les enfants souffrant déjà d’allergies. Ils pourraient donc être plus vulnérables à la présence d’humidité ou de moisissures. Les tout-petits présentant des antécédents familiaux d’allergie n’étaient, quant à eux, pas plus à risque que les autres enfants.

Si un enfant est fortement asthmatique et réagit peu aux traitements, les chercheurs recommandent de déterminer si la présence de moisissures à la maison pourrait être responsable de la situation. Si c’est le cas, il est alors important de trouver la cause du problème et de procéder à des rénovations. Par ailleurs, une bonne ventilation de la salle de bain constitue une mesure de prévention efficace.

De plus, les locataires ne devraient pas hésiter à demander à leur propriétaire d’agir s’ils découvrent des moisissures dans leur appartement, soulignent les scientifiques. Avant de louer, il est aussi conseillé de demander si le logement a déjà connu des problèmes d’infiltration d’eau ou de moisissures,

Cette étude a été menée auprès de 400 enfants, de la naissance à 6 ans. Un ingénieur civil a d’abord analysé l’état de leur domicile lorsqu’ils étaient âgés d’environ 5 mois. Les parents devaient ensuite noter les symptômes respiratoires de leurs tout-petits et la présence d’asthme ou de bronchite chaque année. Un test sanguin a aussi été effectué pour évaluer les allergies alimentaires et environnementales.

Pour en savoir plus sur les moisissures, consultez le site du Ministère de la Santé et des services sociaux du Québec.


Sources : MedicalXpress et Pediatrics

Partager

À lire aussi