Allaitement ou biberon: peu importe, les mères se sentiraient jugées

Allaitement ou biberon: peu importe, les mères se sentiraient jugées

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les nouvelles mères ressentiraient du jugement au sujet l’alimentation de leur enfant, peu importe la façon dont elles nourrissent leur bébé.

19 janvier 2015 | Si vous fréquentez les groupes de discussions sur les réseaux sociaux, vous savez que les esprits s’échauffent rapidement lorsqu’il est question d’allaitement. Les commentaires deviennent émotifs et plusieurs mères ressortent blessées de ces échanges.

Une étude réalisée par des chercheuses britanniques révèle en effet que les nouvelles mères ressentiraient du jugement et de la condamnation au sujet de l’alimentation de leur enfant, peu importe qu’elles allaitent ou qu’elles donnent le biberon.

Déjà au moment de décider d’allaiter ou non, les commentaires de l’entourage amènent les futures mères à remettre leur choix en question, notent les scientifiques. Par exemple, certaines femmes qui avaient décidé d’allaiter se rappellent avoir reçu des commentaires blessants sur l’allaitement. Pour leur part, les mères qui ont choisi la préparation pour nourrissons ont perçu une pression à allaiter provenant de leurs proches et des professionnels de la santé.

De plus, un soutien inadéquat causerait de la honte chez les mères, car celles-ci se sentiraient moins en contrôle de la situation, expliquent les scientifiques. Par exemple, les mères utilisant des laits artificiels mentionnaient qu’il leur était difficile d’obtenir de l’information sur l’alimentation lorsque le personnel médical apprenait qu’elles n’allaitaient pas. Parfois, on sous-entendait aussi qu’il y avait un problème avec elle ou avec leur bébé.

Pour leur part, des mères allaitantes se sont fait dire que leur bébé était paresseux, trop gourmand ou que leurs mamelons et leurs seins étaient trop gros ou trop petits. Si elles tenaient à allaiter malgré les difficultés, on leur demandait « Pourquoi te donnes-tu tout ce mal? » D’autres ont été accusées d’être égoïstes et de ne pas vouloir partager leur bébé avec leur entourage.

La peur du jugement des autres

Nourrir son bébé en public était également perçu comme une source d’embarras pour certaines mères, ont noté les chercheuses. Les mères allaitantes craignaient qu’on leur reproche d’exposer leur corps. Certaines évitaient même d’allaiter à l’extérieur de chez elles à la seule pensée du jugement des autres. Cela dit, donner le biberon en public était tout aussi difficile pour certaines mères qui ressentaient le besoin de le cacher de peur d’entendre la question « Pourquoi n’allaites-tu pas? ».

Malheureusement, la honte peut amener certaines mères à ne pas aller chercher de l’aide. Elles craindraient en effet de sembler incapables de nourrir leur bébé par elles-mêmes. Selon les chercheuses, cela inciterait aussi certaines mères à s’isoler ou à blâmer les autres. Les professionnels de la santé doivent donc trouver des moyens d’offrir un soutien psychologique adéquat pour combattre ce sentiment, autant chez les mères qui allaitent que chez celles qui utilisent des préparations pour nourrissons, concluent-elles.

Cette étude a été réalisée auprès de 63 mères britanniques dont 33 ont été rencontrées lors de groupes de discussion et 30 dans le cadre d’une entrevue à la maison. Les scientifiques ont cherché à connaître leur expérience, leurs pensées et leurs sentiments au sujet de l’alimentation de leur bébé.


 

Kathleen Couillard – Équipe Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Sources : NHS Choice et Maternal & Child Nutrition

Partager

À lire aussi