Un long congé de maternité diminuerait le risque de dépression post-partum

Un long congé de maternité diminuerait le risque de dépression post-partum

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les mères en congé 6 mois après l’accouchement présentaient moins de signes de dépression que celles qui étaient retournées au travail.

Agence Science-Presse

2 janvier 2014 | Un long congé de maternité serait bénéfique pour la santé mentale des femmes, selon une étude réalisée par des chercheurs américains.

Ces derniers ont discuté avec 800 femmes américaines pour évaluer la fréquence des symptômes dépressifs dans l’année suivant la naissance de leur enfant. Les résultats démontrent que les mères en congé de maternité pendant les 6 premiers mois après l’accouchement présentaient moins de signes de dépression post-partum que celles qui étaient déjà retournées au travail.

Cette observation est préoccupante pour les mères américaines puisqu’elles ont rarement plus de 12 semaines de congé. Il s’agit toutefois d’une bonne nouvelle pour les mères québécoises qui peuvent profiter de 50 semaines avec leur bébé grâce au régime d’assurance parentale.

Un congé de maternité plus long permettrait, entre autres, à la mère de se reposer et de se remettre de sa grossesse et de son accouchement, soulignent les scientifiques. La santé mentale de la mère devrait donc faire partie des considérations à prendre en compte quand vient le moment de planifier le congé de maternité, croient-ils.

Selon les chercheurs, environ 13 % des nouvelles mères souffriraient de dépression post-partum.


Souces : Eurekalert et Journal of Health Politics, Policy and Law

Partager

À lire aussi