La garde partagée ne nuirait pas au bien-être des enfants

La garde partagée ne nuirait pas au bien-être des enfants

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


De nombreux parents soupçonnent que le colorant « jaune 5 », présent dans le Kraft Dinner contribue à l’augmentation des cas de TDAH.

Agence Science-Presse - Le bien-être des enfants vivant en garde partagée s’apparenterait à celui des enfants dont les parents vivent ensemble, soutient une récente étude québécoise.

Des chercheuses ont analysé les indicateurs liés au bien-être de 2 000 enfants - nés en 1997 et 1998 - lorsqu’ils avaient atteint l’âge de 8 ans. Selon leurs résultats, la séparation ne compromettrait pas le bien-être des enfants, à condition que les relations avec les parents soient harmonieuses.

Les enfants vivant exclusivement avec leur mère éprouveraient toutefois plus de difficultés d’adaptation que ceux évoluant dans des familles traditionnelles ou en garde partagée. Ces difficultés seraient néanmoins minimes. Les enfants ont besoin de parents chaleureux, attentifs, ayant une bonne communication et qui sont capables d’instaurer une discipline, écrivent les chercheuses.

L’engagement du père est aussi crucial. Un quart des mères s’est dit très satisfaite de cet engagement, 37 % relativement satisfaite , 18 % insatisfaite et 20 % très insatisfaite. Les chercheuses soulignent que ce n’est pas la fréquence des visites du père (ou de la mère lorsque la garde est accordée au père) qui importe, mais bien la qualité de la relation avec l’enfant.

Les données de cette analyse sont tirées de l’ Étude longitudinale du développement des enfants du Québec. Sur les 1 414 familles de l’échantillon étudié, 312 ont vécu une séparation.


Source : UdeM Nouvelles

18 novembre 2013

Partager

À lire aussi