Le mélange des langues ralentirait l’apprentissage du vocabulaire

Le mélange des langues ralentirait l’apprentissage du vocabulaire

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Le mélange des langues par les parents serait associé chez les enfants de 18 mois à une compréhension plus limitée de l’anglais.

25 janvier 2013 - Les parents bilingues utilisent souvent les mots des deux langues qu’ils parlent dans une même phrase. À court terme, ce mélange freinerait leurs enfants dans l’acquisition du vocabulaire, conclut une étude québécoise de l’Université Concordia, menée en Colombie-Britannique.

L’équipe de recherche a constaté que ce mélange des langues par les parents était associé chez les enfants de 18 mois à une compréhension plus limitée de l’anglais. Ils ont aussi observé que les enfants de 2 ans maîtrisaient un moins grand nombre de mots.

Selon l’auteure de l’étude, Krista Byers-Heinlein, les tout-petits auraient plus de mal à catégoriser les mots qu’ils entendent, ce qui ralentirait leur apprentissage et diminuerait leur vocabulaire. Il serait, en effet, plus difficile pour eux d’apprendre d’une phrase faite de mots issus de deux langues plutôt que d’une phrase parlée dans une seule langue.

Les parents rapportent, de leur côté, qu’ils emprunteraient des mots à leur seconde langue pour en enseigner de nouveaux à leurs enfants. Cette stratégie leur permettrait aussi de s’assurer que les enfants sont en contact, de manière équilibrée, avec les deux langues.

Pour en arriver à cette conclusion, l’équipe de recherche a, dans un premier temps, écouté 181 parents bilingues de Vancouver parler avec leurs enfants. Selon les résultats, 90 % des parents mélangeraient fréquemment les deux langues.

Les chercheurs ont ensuite analysé la maîtrise de l’anglais, la langue commune principale, des 168 enfants des adultes participant à l’étude. Les enfants parlaient tous l’anglais, mais également le français, l’allemand, le japonais ou le farsi.

Des bienfaits à long terme

Même si cette exposition au bilinguisme pose des défis aux enfants, elle serait toutefois bénéfique à long terme, affirme Krista Byers-Heinlein. Des études démontrent que les enfants exposés au bilinguisme seront en effet plus habiles à passer éventuellement d’une stratégie d’apprentissage à une autre et à apprendre deux règles à la fois.

La chercheuse recommande aux parents qui souhaiteraient élever un enfant bilingue de converser beaucoup avec lui, peu importe la langue. « Les petits enfants apprennent en écoutant. Il est donc important de leur donner toutes les opportunités possibles de se familiariser avec les deux langues », soutient-elle.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

 

Partager

À lire aussi