Tragédie: faut-il en parler à nos enfants?

Tragédie: faut-il en parler à nos enfants?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Lorsqu’une tragédie impliquant des enfants survient, comme celle qui vient de se dérouler au Connecticut, devez-vous en parler avec votre enfant?

14 décembre 2012 – Lorsqu’une tragédie impliquant des enfants survient, comme celle qui vient de se dérouler au Connecticut, devez-vous en parler avec votre enfant?

Selon le psychologue Nicolas Chevrier, s’il n’aborde pas la question de lui-même, il ne sert à rien de lui en parler. « Ce genre d’événement pourrait prendre trop de place dans son imaginaire et créer chez l’enfant de l’anxiété ou de l’insécurité », explique-t-il. L’enfant pourrait, par exemple, avoir peur de retourner à la garderie ou à l’école.

Par contre, si votre enfant aborde le sujet avec vous, il ne faut pas l’éviter. Voici les conseils de l’Hôpital de Montréal pour enfants pour savoir comment réagir :

« Les enfants réagissent différemment selon leur âge et leur développement. Ceux qui sont plus anxieux seront plus perturbés par de tels événements. Par ailleurs, plus l’enfant est jeune, plus il est nécessaire d’expliquer les choses de façon claire et simple, avec des mots qui lui sont familiers.

Par exemple, dans le cas d’une fusillade dans une école, un événement malheureusement trop fréquent de nos jours et qui touche particulièrement le monde des enfants, expliquez à l’enfant que la personne qui a commis un tel acte avait sans doute de graves problèmes. Évitez de lui donner des détails personnels et de lui dire quelles caractéristiques sont souvent associées aux personnes qui commettent de tels gestes.

Évitez le plus possible à vos enfants d’être exposés aux images de la télévision ou de l’internet habituellement associées à ce genre d’événement tragique. Toutes les images liées à de telles tragédies (scènes de crimes, familles et personnes en pleurs, visage des agresseurs) peuvent les impressionner.

Les enfants plus âgés poseront peut-être plus de questions; il est important d’y répondre et de discuter avec eux. Qu’est-ce qui peut motiver les gens à être aussi destructeurs? Trouvez toujours des exemples positifs pour équilibrer l’image qu’ils se font du monde qui les entoure. Même s’ils veulent en parler et comprendre ce qui se passe, n’insistez pas trop sur les détails. Laissez vos enfants poser leurs questions et répondez-y tout en respectant leur rythme.

Si un enfant a été très marqué par une information, il peut avoir besoin de vous en parler souvent; soyez patient et essayez de le rassurer à chaque fois. Lorsque votre enfant écoute, parlez de la tragédie avec un autre adulte en veillant à être rassurant.

N’évitez pas le sujet; il est important que votre enfant sache qu’il peut vous parler de ses craintes. Le recours à des phrases comme « Oublie ça » ou « Ça ne changera rien d’en parler » est déconseillé, parce qu’elles ne permettent pas de donner un sens à ce qui s’est passé et qu’elles laissent l’enfant avec l’impression qu’il ne faut pas parler de ces situations. De plus, l’enfant se retrouve aux prises avec des émotions qui le dépassent et qu’il a beaucoup de difficultés à garder pour lui. »

Pour en savoir plus : thechildren.com.

 

Équipe Naître et grandir

Partager

À lire aussi