Dodo: faut-il laisser pleurer bébé?

Dodo: faut-il laisser pleurer bébé?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


La méthode qui consiste à laisser bébé pleurer à l’heure du dodo est remise en question par des chercheurs américains.

12 septembre 2012 – La méthode qui consiste à laisser bébé pleurer à l’heure du dodo est remise en question par des chercheurs américains. Leur étude montre que même si bébé ne pleure plus au moment du coucher, après l’avoir laissé pleurer les soirs précédents, son niveau de cortisol (l’hormone du stress) reste élevé.

Les chercheurs ont expérimenté la populaire méthode du pédiatre américain Richard Ferber. Cette pratique consiste à conditionner bébé à ne plus pleurer lorsque vient le temps du dodo : le parent doit expliquer que c’est l’heure de dormir, puis sortir de la chambre. Lorsque les pleurs reprennent, le parent doit retourner rassurer brièvement l’enfant, mais sortir de nouveau.

La clé serait d’allonger le temps entre les visites. On recommande toutefois de ne pas laisser pleurer l’enfant plus de 15 à 30 minutes en continu.

Dans cette étude, les bébés, âgés de 4 à 10 mois, devaient donc apprendre à s’endormir selon cette méthode. Durant l’expérience, les chercheurs mesuraient le taux de cortisol des nourrissons et des mamans et une infirmière leur rendait visite. La maman ne devait pas intervenir, mais entendait les pleurs d’une autre pièce. Le premier jour, les bébés pleuraient plus de 20 minutes en moyenne. Le taux de cortisol était élevé, tout comme celui des mères.

Au troisième jour, les bébés arrêtaient de pleurer mais le taux de cortisol prélevé dans leur salive restait élevé, signe que même en l’absence de pleurs, ils éprouvaient beaucoup de stress. Par contre, le taux de cortisol des mamans diminuait lorsque les pleurs du bébé cessaient.

Entraîner l’enfant à s’endormir tout seul est un événement stressant, autant pour les parents que pour l’enfant. « Nous avons montré que le niveau de stress de l’enfant reste élevé, mais que celui de la mère diminue. Tandis que l’enfant stresse encore, la réponse de la maman à la demande de l’enfant cesse. Cette situation fait en sorte que les parents ne vont plus s’inquiéter de la détresse de l’enfant », avance Wendy Middlemiss, coauteure de l’étude.

La chercheuse recommande donc aux parents qui veulent encourager l’enfant à s’endormir seul d’essayer cette méthode, mais sans prolonger les périodes où ils laissent les enfants pleurer et vivre des moments de détresse.

Pas de séquelle à long terme

Ces résultats sont toutefois loin de clore le débat. Une autre étude récente soutient en effet que les bébés qui ont fait les frais de la méthode du « laisser pleurer » n’ont pas, à l’âge de 6 ans, davantage de troubles de sommeil ou de problèmes psychologiques que les autres enfants. Cette étude, publiée dans la revue Pediatrics, a été menée auprès de 326 enfants australiens.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi