L'amour de papa rend confiant

L'amour de papa rend confiant

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


L’amour du père influencerait le développement de la personnalité des enfants. Il y contribuerait même plus que l’affection de la mère.

15 juin 2012 - L’amour du père influencerait la confiance et le développement de la personnalité des enfants. Il y contribuerait autant, sinon plus, que l’affection de la mère, soutient même une récente étude américaine.

Durant l’enfance, le rejet de la part des parents laisserait une empreinte durable et marquante sur la personnalité des enfants. « Les enfants et les adultes, peu importe leur culture, genre ou race, répondent de la même manière lorsqu’ils perçoivent du rejet des personnes qui prennent soin d’eux », relève Ronald Rohner, l’un des auteurs de l’étude et chercheur au Centre d’étude sur les relations interpersonnelles de l’Université du Connecticut.

Cette étude compile les résultats de 36 recherches internationales impliquant plus de 10 000 participants, enfants et adultes. Ces recherches s’intéressaient toutes à la perception de l’acceptation ou du rejet durant l’enfance de ces adultes et de ces enfants.

Le rejet parental rendrait l’enfant plus anxieux, mais aussi plus hostile et agressif envers les autres. Il occasionnerait une véritable douleur qui perdurerait durant des années. Dans le cerveau, elle se manifesterait dans la même zone que la douleur physique.

La souffrance occasionnée par ce manque d’amour persisterait à l’âge adulte, entraînant une grande difficulté à bâtir des relations de confiance avec les partenaires intimes.

Cette récente étude s’inscrit aussi dans la lignée de très nombreuses recherches se penchant sur l’impact du manque d’affection, venant plus souvent du père. Cela confirmerait ce que les chercheurs soupçonnaient déjà : le rejet paternel semble avoir de plus grandes conséquences sur la personnalité de l’enfant que celui de la mère. Selon ces chercheurs, l’amour maternel ne compenserait pas non plus le manque d’amour paternel.

Les enfants attribueraient en effet plus de prestige ou de pouvoir au père, constatent les auteurs de l’étude. Le père aurait donc une plus grande influence sur leur vie.

Le chercheur Ronald Rohner recommande donc aux pères de s’investir dans les soins de leurs enfants. Selon lui, les manifestations d’amour paternel s’avèrent importantes pour le bon développement des enfants et pour les rendre plus confiants face à la vie.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

 

Partager

À lire aussi