Asthme: la fumée secondaire de nouveau montrée du doigt

Asthme: la fumée secondaire de nouveau montrée du doigt

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les jeunes bébés vivant avec des parents fumeurs seraient plus susceptibles de développer une respiration sifflante ou de faire de l’asthme.

3 avril 2012 – Une nouvelle étude confirme le lien entre la fumée secondaire et les problèmes respiratoires des enfants. Les chercheurs ont constaté que les jeunes bébés vivant avec des parents fumeurs seraient plus susceptibles de développer une respiration sifflante ou de faire de l’asthme.

D’après les résultats tirés de l’analyse de 79 études sur le sujet, l’exposition prénatale ou tôt après la naissance à la fumée secondaire est reliée à une forte augmentation du risque d’avoir une respiration sifflante — de 30 à 70 % suivant les études. L’incidence pour l’asthme varierait de 21 à 85 %.

Cette association est particulièrement forte chez les enfants de moins de 2 ans dont la maman fumait lorsqu’elle était enceinte ou tôt après leur naissance.

Selon les chercheurs, leurs résultats démontrent que la fumée secondaire a encore plus d’impact sur la santé respiratoire des enfants que ce que les études avaient établi auparavant.

La fumée secondaire serait composée de près de 4 000 substances chimiques, dont 50 reconnues comme cancérigènes.

Au Québec, près du tiers des enfants de 0 à 17 ans sont exposés régulièrement à la fumée secondaire à la maison, rappelle le Conseil québécois sur le tabac et la santé. De plus, les enfants absorberaient souvent une plus grande quantité de fumée que les adultes, ce qui est dommageable pour leur santé.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi