Blessures mineures à la tête: rarement graves chez les enfants

Blessures mineures à la tête: rarement graves chez les enfants

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


30 juin 2010 – Lorsqu’un enfant se cogne la tête ou fait une chute, on craint souvent que l’impact cause la rupture d’un vaisseau sanguin et entraîne des dommages cérébraux. Or, contrairement aux adultes, il semble que ce type de rupture soit très rare chez les enfants.

La bonne nouvelle vient d’une équipe de chercheurs de l’Université de Calgary1 qui, pour en avoir le coeur net, a observé, sur une période de 8 ans, près de 18 000 enfants vus à l’urgence pour une blessure mineure à la tête2.

Au terme de l’étude, les chercheurs ont noté qu’aucun enfant ayant vu un médecin n’a eu d’hémorragie plus de 6 heures après l’examen. Toutefois, 5 enfants ont eu un saignement retardé. Ceci n’a toutefois pas influé sur leur conscience. En proportion, ce nombre correspond à 3 cas sur 10 000.

Est-il alors nécessaire de voir le médecin? Si vous ne pouvez évaluer la gravité de l’impact vous-même (soit parce que vous n’avez pas vu la scène, soit parce que l’enfant est trop petit et ne peut décrire ce qu’il ressent, etc.) ou si vous avez des doutes, il vaut mieux consulter un spécialiste qui saura poser un diagnostic.

Dans la mesure où celui-ci vous donne votre congé, les résultats de la présente étude vous permettront donc de repartir rassuré.

Quand doit-on demander une aide médicale d’urgence?

  Il faut communiquer avec le (9-1-1) si votre enfant :

  • est inconscient;
  • est conscient, mais vous craignez une blessure au cou;
  • souffre de nausées ou de vomissements;
  • a du sang ou un liquide clair qui sort de son nez ou de ses oreilles;
  • présente des maux de tête violents, qui durent plus de 1 heure;
  • a une respiration irrégulière ou anormale;
  • souffre d’étourdissements et de vertiges;
  • est somnolent ou perd connaissance;
  • a de la difficulté à bouger ou a moins de sensations;
  • a des troubles de la vision;
  • souffre de convulsions (contractions involontaires et violentes entraînant des mouvements de muscles d’une partie du corps ou de tout le corps).

 

Claudia Morissette – Naitreetgrandir.net 

 

1. Hamilton, M., Mrazik, M., Johnson, D., « Incidence of Delayed Intracranial Hemorrhage in Children After Uncomplicated Minor Head Injuries », Pediatrics, en ligne le 21 juin 2010.
2. Les enfants observés pour l’étude n’avaient pas de perte de mémoire et n’avaient pas perdu connaissance pour plus d’une minute.

Partager

À lire aussi