La télévision nuit aux interactions parent-enfant

La télévision nuit aux interactions parent-enfant

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


24 novembre 2009 – On l’allume souvent machinalement. Sans trop y penser, sans trop l’écouter même. En fait, dans plus d’un tiers des foyers où il y a un enfant, la télé est toujours allumée.

Des chercheurs de l’Université du Massachusetts ont voulu savoir si cette présence, en toile de fond, avait un effet sur les jeunes enfants, en particulier sur les interactions avec leurs parents.

Pour ce faire, ils ont invité 51 jeunes enfants, âgés de 1 an à 3 ans, accompagnés d’un parent, à passer 1 heure dans un labo transformé en salon familial où on avait installé un sofa, des magazines, des jouets pour enfant et, bien sûr, une télé.

Au cours de l’heure, la télévision était allumée pendant 30 minutes durant lesquelles on passait une émission choisie par le parent : une comédie, un jeu-questionnaire, une émission de cuisine ou de rénovation.

Les chercheurs ont noté que, durant cette demi-heure, la quantité et la qualité des interactions parent-enfant ont diminué de façon significative.

Les parents s’adressaient moins verbalement à leur enfant. Les interactions devenaient aussi plus superficielles, car ils étaient moins attentifs et actifs durant les échanges. Par exemple, ils répondaient à leur enfant, mais sans le regarder.

Les parents étaient également moins portés à jouer avec leur enfant ou à lui donner de l’attention, par exemple le cajoler. Du côté des enfants, on a observé qu’ils engageaient moins de comportements sociaux lorsque la télé était allumée.

Ces résultats confirment ainsi ce que d’autres études ont démontré par le passé, c’est-à-dire qu’il existe une association négative entre l’exposition, durant la petite enfance, à la télévision et le développement de l’enfant.

 

Claudia Morissette – Naitreetgrandir.net

 

1. Kirkorian HL, et al. The Impact of Background Television on Parent-Child Interaction, Child Development, Sept./oct. 2009, Volume 80, No 5, p.1350-1359

Partager

À lire aussi