Communiquer avec son enfant

Communiquer avec son enfant
Lorsque vous êtes à l’écoute de votre enfant, il peut exprimer ses émotions et donc se sentir mieux.

À mesure qu’il grandit, l’enfant arrive de mieux en mieux à parler de ce qu’il ressent. Même s’il est devenu « grand », il a encore besoin de ses parents pour l’aider à comprendre et à exprimer ses émotions. En communiquant avec votre enfant, vous êtes à l’écoute de ses émotions et vous répondez à son besoin de les partager. De plus, vous lui signifiez qu’il est important pour vous.



L’importance de la communication à l’âge scolaire

Pendant une journée à l’école, un enfant accumule certaines tensions. Il doit parfois garder ses émotions pour lui et les gérer seul. En effet, il n’est pas toujours à l’aise de parler de ce qu’il ressent avec son enseignant ou ses amis. Parfois, le moment n’est tout simplement pas propice à cela.

Lorsque vous êtes à l’écoute de votre enfant une fois à la maison, il peut évacuer tout ce stress et se sentir mieux. Il développe ainsi un sentiment de sécurité émotive. Il sent que ce qu’il vit est légitime et peut alors développer des stratégies pour mieux gérer ses émotions si une situation semblable se reproduit. Il est aussi mieux disposé à l’apprentissage pour son retour en classe le lendemain.

C’est grâce à la communication que vous pouvez aussi développer une relation positive avec votre enfant. Lorsque vous êtes à son écoute, vous renforcez sa confiance en lui et envers les adultes. Il reconnaît alors sa propre valeur puisqu’il voit que vous vous intéressez à lui et à ce qu’il vit.

En mettant en place une communication ouverte et honnête avec votre enfant, celui-ci vous parlera plus facilement des choses importantes qui se passent dans sa vie. De la même façon, vous serez plus à l’aise le jour où il faudra aborder des sujets plus délicats. En effet, si votre enfant sait qu’il peut exprimer son vécu avec vous, il sera plus enclin à verbaliser ses besoins et ses inquiétudes de même qu’à vous poser des questions.

Les clés d’une bonne communication

Pour établir une bonne communication avec votre enfant, certains éléments sont essentiels.

  • Privilégier un environnement calme et sans distractions. La communication avec votre enfant sera plus facile s’il sent que vous êtes attentif. Limitez aussi les doubles tâches, comme répondre à vos courriels pendant que votre enfant vous parle. Il doit sentir qu’il a toute votre attention.
  • Choisir un moment où votre enfant est disponible. Votre enfant risque de ne pas vouloir parler s’il est absorbé par une émission de télévision ou un jeu. Il vaut donc mieux attendre à un autre moment pour discuter avec lui. L’heure du repas et la routine du coucher peuvent être des moments propices à la discussion, pourvu qu’on évite les sujets qui risquent de perturber l’enfant.
  • Être bref et clair. Votre enfant comprendra mieux le message si vous utilisez un niveau de langage adapté à son développement. Privilégiez des mots simples et des phrases courtes. Évitez aussi les longs sermons. Le but de la discussion est d’avoir des échanges positifs.
  • Être attentif au non-verbal. Par son attitude et ses gestes, votre enfant vous envoie des messages qui peuvent vous aider à mieux entrer en relation avec lui. Ainsi, les regards détournés et une position de fermeture peuvent témoigner d’un inconfort chez votre enfant.
  • Utiliser le « je » plutôt que le « tu ». Cela évitera que votre enfant se sente critiqué. De plus, vous lui fournirez ainsi un bon modèle de communication qu’il pourra reproduire avec les autres enfants.
  • Avoir une attitude respectueuse. Il faut éviter de faire des reproches à son enfant ou de généraliser en utilisant des mots comme « toujours » ou « jamais ». Par exemple, les phrases « tu oublies toujours ton livre à l’école » ou « tu n’es jamais content du souper » peuvent amener un enfant à se refermer sur lui-même.
  • Se montrer ouvert. Si vous n’êtes pas d’accord avec votre enfant, faites-lui comprendre qu’il est normal de ne pas s’entendre sur tout et essayez d’envisager les choses selon son point de vue. Ne portez pas de jugement. Toutefois, expliquez-lui les valeurs qui sont importantes dans votre famille et qu’il doit respecter.
Parler d’un incident survenu à l’école
Si votre enfant n’a pas adopté un bon comportement à l’école, mettez l’accent sur ce comportement et non sur sa personne. Si vous jugez bon de le réprimander à la suite d’un message de son enseignant(e), donnez-lui une conséquence appropriée par rapport à son geste. Cependant, n’oubliez pas qu’il a probablement déjà été puni à l’école même. Par conséquent, il peut être justifié que vous fassiez un retour clair sur la journée, mais sans que la discussion ne soit que négative.

Les défis de la communication

Dans certaines situations, l’humour peut faciliter le contact entre votre enfant et vous.

Après son entrée à l’école, votre enfant arrive à mieux s’exprimer. Toutefois, d’autres défis peuvent compliquer la communication.

Par exemple, certains enfants semblent n’avoir rien à raconter. En effet, même les enfants d’âge scolaire ont de la difficulté à répondre à une question vague comme « Qu’as-tu fait aujourd’hui? » Demandez plutôt à votre enfant « Que t’est-il arrivé de bien à l’école? » ou « Qu’as-tu préféré faire en classe? » Posez des questions ouvertes au lieu de celles qui se répondent par oui ou non. Si votre enfant n’arrive pas à se souvenir de sa journée, aidez-le en le situant dans le temps. Par exemple, demandez-lui « À quoi as-tu joué à la récréation? » Pour l’inspirer, vous pouvez commencer par lui raconter votre journée à vous.

Il est également possible que votre enfant ne trouve pas les mots pour exprimer ce qu’il ressent. Une bonne façon de l’aider à le faire autrement est de jouer avec lui. Votre enfant pourra révéler ses préoccupations en faisant parler ses poupées et ses figurines ou en reproduisant en dessin une activité de la journée. Le jeu lui permet de se distancier par rapport à la situation qui le préoccupe et d’explorer des solutions. Lorsque vous jouez avec votre enfant, il sent que vous êtes à son écoute et cela contribue à diminuer son niveau de stress.

Enfin, certains enfants refusent les contacts et se montrent distants. Pour éviter ce genre de situation, assurez-vous de réserver du temps pour votre enfant. En effet, un enfant peut s’isoler parce qu’il craint de déranger un parent souvent absent. Votre enfant sait que vous êtes là pour lui s’il voit que vous êtes disponible. Avec tous les membres de la famille, réservez un moment de la soirée que tous s’assureront de respecter.

Quelques conseils pour mieux communiquer

  • Prenez la peine de vous placer à la hauteur de votre enfant lorsque vous lui parlez.
  • Parlez avec votre enfant de ses champs d’intérêt. Montrez-lui que ses opinions et ses goûts sont importants pour vous.
  • Passez du temps en famille pour faire différentes activités. Votre enfant sentira qu’il est une personne importante dans la famille. Il souhaitera alors davantage échanger avec vous.
Parfois, le seul fait d’être avec votre enfant est suffisant pour établir un lien entre vous. Un silence empathique peut être réconfortant. Une caresse et un câlin sont aussi des façons de communiquer.
  • Si votre enfant vit une frustration, montrez-lui que vous êtes à son écoute en utilisant des mots comme « Oh! », « Ah? » ou « Eh, bien! » Vous invitez ainsi votre enfant à explorer ses pensées, ses sentiments et à trouver des solutions. Cela lui donne du temps pour démêler seul son problème.
  • Il est important de montrer à votre enfant que ses émotions sont légitimes et de reconnaître l’impact qu’une situation peut avoir sur lui. Décrivez donc les émotions qu’il semble vivre : « Je vois que cela t’a mis très en colère! » Lorsque vous nommez ses émotions, votre enfant est réconforté. Si lui ne parvient pas à le faire, n’hésitez pas à utiliser des images pour l’aider. D’autre part, les questions, les commentaires ou les conseils sont à éviter, car ils risquent de causer un sentiment d’incompétence chez votre enfant.
  • Reformulez dans vos propres mots ce que votre enfant vient de vous dire pour vous assurer que vous avez bien compris.
  • Évitez de poser trop de questions. Certains enfants trouvent cela envahissant. Commencez plutôt par formuler votre opinion et laissez votre enfant s’ouvrir à vous à son rythme. S’il n’est pas réceptif à une discussion en tête à tête, vous pouvez parler tout en jouant à un jeu de société ou en faisant une promenade à l’extérieur.
  • Si votre enfant vous pose une question, ne lui donnez pas la réponse trop rapidement. Demandez-lui d’abord « Qu’en penses-tu? » Cela vous permettra d’en apprendre plus sur ce que votre enfant connaît déjà du sujet.
  • Assurez-vous que vos consignes sont positives, précises et claires. Ainsi, il est préférable de dire « Range ta boîte à lunch dans la cuisine » que « Ne laisse pas traîner ta boîte à lunch. »
  • Lorsque votre enfant n’agit pas comme vous le voudriez, décrivez tout simplement son comportement et proposez une solution. Par exemple, dites-lui « Je vois ton manteau par terre. Les manteaux vont dans le garde-robe » plutôt que « Tu laisses toujours traîner ton manteau. » Pour plusieurs enfants, le message passe plus facilement s’ils comprennent pourquoi telle tâche est importante. De plus, n’oubliez pas de valoriser les bons coups.
  • Si votre enfant et vous êtes en désaccord, reconnaissez son émotion et cherchez à obtenir sa collaboration en lui offrant un choix, par exemple. Vous pourriez donc lui dire « Je comprends que tu n’as pas le goût de ramasser tes jouets. Est-ce que tu préfères le faire maintenant ou après le souper? »
  • Lorsque vous sentez que la situation empire, prenez un temps d’arrêt pour réfléchir. Vous pouvez dire à votre enfant « Laisse-moi y penser un instant et nous en reparlerons dans quelques minutes. »

Si, malgré vos tentatives, il semble difficile pour votre enfant de communiquer, vous pourriez contacter un professionnel compétent pour vous outiller dans vos interventions parentales.

 

Naitre et grandir.com

Révision : Ariane Leroux-Boudreault, doctorante en psychologie et intervenante en milieu scolaire
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Avril 2016

 

Photo : iStock.com/PeopleImages

Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION. Communication tips for parents. www.apa.org
  • BEAULIEU, Danie. 100 trucs pour améliorer vos relations avec les enfants. Les Éditions Québec-livres, 2010, 64 p.
  • CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION. Communicating with Your Child. www.cdc.gov
  • FABER, Adele et Elaine MAZLISH. Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent. 2e éd., les Éditions du Phare, 2012, 408 p.
  • FERLAND, Francine. Pour parents débordés en manque d’énergie. Éditions du CHU Sainte-Justine, 2006, 136 p.
  • FILLIOZAT, Isabelle. « Il me cherche! » Comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans. Éditions JC Lattès, 2014.
  • KIDSHEALTH. Communication and your 6- to 12-year-old. kidshealth.org
  • LAVIGUEUR, Suzanne. Ces parents à bout de souffle. Les Éditions Québec-Livres, 2012.
  • PARENT, Nathalie. La famille et les parents d’aujourd’hui. La communication entre parents et enfants. Les Éditions Québecor, 2008, 180 p.
  • SOINS DE NOS ENFANTS. Société canadienne de pédiatrie. Parler avec votre adolescent. 2011. www.soinsdenosenfants.cps.ca

À lire aussi