Équité entre frères et soeurs après 5 ans

Équité entre frères et soeurs après 5 ans
Pour être équitable, un parent devrait s’adapter aux besoins et à la personnalité de chacun de ses enfants.

Traiter ses enfants avec équité ne veut pas dire tout faire de la même façon et tout diviser également. Ce qui est approprié pour un enfant ne l’est pas nécessairement pour un autre. Pour être équitable, un parent devrait s’adapter aux besoins et à la personnalité de chacun de ses enfants. Par exemple, il est possible qu’un enfant ait particulièrement besoin d’aide avec ses devoirs parce qu’il a de la difficulté dans son apprentissage de la lecture, alors qu’un autre enfant est plus autonome dans ce domaine.

Les parents peuvent aussi avoir à intervenir de façons différentes selon les moments de la vie de leur enfant. Ainsi, une permission de sortie sera accordée à un enfant plus âgé et responsable alors que son petit frère ou sa petite soeur restera à la maison.



Un lien unique

Le lien parent-enfant se tisse de diverses façons et sera influencé par différents facteurs, comme les expériences vécues ensemble, l’âge de l’enfant et du parent, le contexte, les personnalités de chacun.

Expliquez à vos enfants que vous essayez de faire pour le mieux, selon les besoins de chacun.

Votre enfant développera son identité tout au long de son enfance et de son adolescence. S’il se sent aimé pour ce qu’il est, il souffrira moins de la comparaison avec d’autres enfants et il aura une perception plus positive de lui-même. En l’aidant à développer ce qui fait de lui un être différent et unique, vous l’épaulez pour qu’il construise son individualité et prenne confiance en ses moyens.

Pour favoriser ce lien unique et aider chacun de vos enfants à se construire une identité qui lui est propre :

  • préservez des moments seul à seul avec chacun de vos enfants;
  • n’essayez pas de faire les mêmes activités avec tous. Choisissez plutôt en fonction des désirs et des besoins de chacun;
  • ne demandez pas à vos enfants de tout partager. Laissez-leur un espace de liberté où ils peuvent exprimer leurs propres goûts et posséder leurs objets personnels;
  • confiez-leur des tâches domestiques différentes selon leur âge et leurs habiletés. Ainsi, ils auront le sentiment de contribuer au bien-être de la famille, mais chacun à leur façon;
  • évitez les comparaisons entre vos enfants. Faites remarquer à votre enfant ses forces et aidez-le à s’améliorer dans les domaines où il a plus de difficulté, mais ne faites pas de parallèle avec les autres pour ne pas alimenter une compétition malsaine;
  • acceptez votre enfant tel qu’il est. Faites-lui savoir que c’est ainsi que vous l’aimez, avec ses forces et ses faiblesses.

Le sentiment d’injustice

À tort ou à raison, un enfant peut développer un sentiment d’injustice. Jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans, l’enfant a encore du mal à comprendre les besoins des autres. Son univers est encore très centré sur lui-même et il peut avoir plus de mal à partager ses jouets ou ses parents.

Expliquez bien à votre enfant que vous l’aimez autant que son frère ou sa soeur, ni plus ni moins, mais différemment, parce qu’il est unique et que ce lien que vous avez avec lui est précieux et irremplaçable.

Vers 7 ans, l’enfant devient plus raisonnable. Il s’ouvre à l’univers des autres et comprend mieux qu’ils ont parfois des besoins différents des siens. Il est possible d’avoir avec lui une conversation plus rationnelle.

Si, par son comportement, votre enfant démontre un mécontentement ou de la rivalité avec son frère ou sa soeur, essayez de comprendre pourquoi. Voici quelques suggestions pour diminuer ce sentiment d’injustice et cette rivalité :

  • Prenez le temps d’expliquer à votre enfant pourquoi vous faites les choses. « Je m’occupe de ton petit frère parce que c’est un bébé qui ne peut pas encore se nourrir tout seul. J’ai fait la même chose avec toi quand tu étais petit. » « Ta grande soeur a besoin d’aide pour un travail d’école. En attendant, choisis une activité que tu aimerais que nous fassions ensemble. Je passerai du temps avec toi plus tard. »
  • Rappelez à votre enfant que vous l’aimez toujours autant même si vous n’êtes pas toujours à côté de lui;
  • Laissez vos enfants exprimer leurs sentiments et amenez-les à nommer ce qu’ils vivent. Aidez-les à réfléchir à une solution lorsqu’il y a jalousie ou conflit entre eux;
  • Ne prenez pas parti pour l’un ou l’autre de vos enfants;
  • Favorisez l’entraide entre vos enfants. Sans donner trop de responsabilités à l’un ou à l’autre, incitez-les à se soutenir et à développer de l’empathie pour ce que vit leur frère ou leur soeur.

Attention au favoritisme

Il est important de ne pas favoriser un enfant au détriment d’un autre et de ne pas prendre parti pour l’un de vos enfants dans un conflit. Un favoritisme trop évident pour un de vos enfants pourrait nuire à l’entente entre frères et sœurs. Cela serait dommageable autant pour l’enfant qui croit ne pas répondre à vos attentes que pour l’enfant préféré.

Ne vous sentez pas coupable si vous ressentez parfois plus de facilité à vous entendre avec l’enfant qui a un tempérament plus semblable au vôtre. Ce lien ne modifie pas l’amour profond que vous avez pour vos autres enfants. Cependant, si vous sentez que cette partialité est trop grande et que vous avez tendance à favoriser clairement un de vos enfants, faites attention à vos attentes envers celui-ci. En effet, un parent peut se sentir plus proche d’un de ses enfants parce qu’il se reconnaît en lui. Le danger est alors que le parent projette ses désirs sur cet enfant. Au lieu de construire une identité qui lui est propre, l’enfant pourrait essayer de ressembler à l’image que son père ou sa mère a de lui. Rappelez-vous toujours qu’il est important d’aimer son enfant pour ce qu’il est et non pour l’espoir ou les rêves qu’il représente pour vous.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Janvier 2016

 

 Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • DUCLOS, Germain et autres. Besoins et défis des enfants. Vivre en harmonie avec les enfants de 6 à 12 ans. Éditions Enfants Québec, 2009.
  • FERLAND, Francine. Le développement de l’enfant au quotidien, de 6 à 12 ans. Éditions du CHU Sainte-Justine, 2014.
  • HALMOS, Claude. Psychologies. On ne peut pas aimer ses enfants pareil. 2015. www.psychologies.com
  • Institut québécois d’éthique appliquée. Pour distinguer l’équité de l’égalité. Janvier 2005. gaspp.qc.ca
  • MEUNIER, Jean-Christophe et Joëlle LACROIX. Fédération des Associations de parents de l’enseignement officiel. Le sentiment d’injustice à la maison et à l’école est-il inévitable? Bruxelles, 2012. www.fapeo.be
  • PAPALIA, Diane E. et autres. Psychologie du développement de l’enfant. 7e édition, Chenelière McGraw-Hill, 2010.

À lire aussi