La douance ou le haut potentiel chez l'enfant

La douance ou le haut potentiel chez l'enfant
Même si la douance peut s’exprimer de nombreuses façons, les enfants doués ont en commun des aptitudes d’apprentissage très supérieures à la moyenne.


Chaque enfant est unique et se développe à son propre rythme. Toutefois, certains enfants présentent, dès l’âge préscolaire, des aptitudes d’apprentissage qui sont nettement supérieures à la moyenne. On dit généralement de ces enfants qu’ils ont une douance, ou encore un haut potentiel.

Qu’est-ce que la douance ou le haut potentiel?

Il existe différentes définitions de la douance, mais de manière générale on parle de douance lorsque les aptitudes d’un enfant sont supérieures aux autres, c’est-à-dire dans les meilleurs 2 % à 10 % des enfants du même âge. Au Québec, au moins 25 000 enfants d’âge scolaire seraient considérés comme doués ou à haut potentiel.

Les habiletés ou les « dons » naturels d’un enfant à haut potentiel se dévoilent spontanément, dans au moins un des quatre domaines suivants :

  • Capacités intellectuelles (compréhension de problèmes complexes pour son âge, connaissances, capacité de faire des liens, mémoire, raisonnement)
  • Créativité (résolution de problèmes, imagination, originalité, talent artistique ou expression de soi)
  • Socioaffectif (leadership, empathie, résolution de conflits, perspicacité, influence sur les autres)
  • Perceptuel (oreille absolue, perception des sons, sens de l’orientation, vision, ouïe, odorat, goût, toucher et proprioception)

Les capacités intellectuelles et la créativité ne sont donc pas les seules manifestations de la douance. Toutefois, les domaines socioaffectif et perceptuel sont plus difficiles à cerner puisqu’ils sont moins mis de l’avant dans la vie scolaire et dans la société.

Il est important de savoir que la douance n’est pas un diagnostic, puisqu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un trouble ni d’une maladie. Demander une évaluation en douance pour un enfant est surtout pertinent dans un contexte scolaire.

En effet, les enfants à haut potentiel, tout comme ceux qui éprouvent de grandes difficultés scolaires, demandent un encadrement et un enseignement adaptés à leurs besoins particuliers de rapidité, de diversité, de complexité et de profondeur. Cela peut toutefois être difficile à obtenir dans une classe ordinaire.

Quelles sont les caractéristiques des enfants à haut potentiel?

Tous les enfants doués sont uniques, et une liste de comportements ou de traits ne peut suffire pour décrire la douance. Toutefois, les enfants à haut potentiel ont une caractéristique commune : un cerveau différent qui entraîne l’apparition spontanée de certains comportements dès la petite enfance. En voici quelques exemples :

  • une curiosité naturelle, une volonté de comprendre comment fonctionnent les choses;
  • une soif d’apprendre combinée à une capacité de le faire par eux-mêmes;
  • de la créativité ainsi qu’une certaine originalité dans leur façon de résoudre des problèmes;
  • un langage précoce et plus élaboré que celui des enfants de leur âge;
  • une excellente mémoire;
Un enfant doué ne possédera pas nécessairement toutes ces caractéristiques.
  • des connaissances (très) étendues dans certains domaines en comparaison avec les autres enfants de leur âge;
  • un développement « asynchrone », c’est-à-dire que souvent, certaines de leurs habiletés (ex. : intellectuelles, créatives) sont surdéveloppées, tandis que d’autres habiletés de base, comme la motricité fine, sont en retard par rapport à celles des autres enfants de leur âge;
  • une aptitude à reconnaître et à relever un problème ou un manque de logique;
  • une forte sensibilité et une intensité émotionnelle qui s’accompagne souvent d’un sentiment d’être incompris;
  • un sens aiguisé de la justice et un sens moral précoce.

Les défis que peuvent rencontrer les enfants doués

Enfant doué qui exerce son esprit critique

La douance peut sembler être un cadeau pour les enfants, mais parfois elle comporte son lot de défis. En effet, les caractéristiques de la douance ne sont pas nécessairement toujours jugées comme étant positives (ex. : curiosité, esprit critique) et ne s’expriment pas toujours de manière positive en fonction de l’environnement de l’enfant. Par ailleurs, ces enfants peuvent, comme tous les autres enfants, très mal réagir aux reproches ou à la critique, manquer d’organisation et de méthodologie dans leurs travaux, avoir des résultats scolaires en dents de scie, etc.

Ce n’est par ailleurs pas parce qu’un enfant est doué qu’il aura forcément une grande réussite scolaire ou qu’il excellera dans la vie. La douance peut y aider, mais n’est pas le seul facteur à prendre en compte. Malgré des aptitudes supérieures à la moyenne, les enfants à haut potentiel peuvent ne pas aimer l’école. D’après certaines études, on estime que 18 % à 25 % des décrocheurs sont des élèves doués.

Les enfants à haut potentiel peuvent aussi « masquer » leur douance par des comportements problématiques, comme l’agitation, l’impulsivité ou des problèmes de comportement. Ils sont d’ailleurs particulièrement à risque de recevoir la « mauvaise étiquette ». Par exemple, il arrive souvent qu’un enfant obtienne un diagnostic de trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité s’il est agité parce qu’il s’ennuie trop. Ce diagnostic erroné touche de 25 % à 50 % des enfants à haut potentiel.

Les enfants avec douance sont toutefois plus susceptibles d’avoir au moins une autre condition ou un trouble. Dans ce cas, on parle de double exceptionnalité.

En raison de leur très grande capacité à apprendre et à comprendre, les personnes douées ont tendance à développer des personnalités complexes. Elles sont aussi en général à la recherche d’intensité, de complexité, de profondeur et de sens dans ce qu’elles font, mais elles ont parfois de la difficulté à répondre à leurs besoins psychologiques (ex. : besoin de sens, de stimulation, d’autonomie, d’estime de soi). C’est la raison pour laquelle certaines personnes douées peuvent souffrir de dépression ou de dépression existentielle malgré les avantages que représente leur douance.

Les facteurs qui expliquent la douance

Les taux de douance sont les mêmes chez l’ensemble des enfants dans différentes cultures, et ce, peu importe leur milieu socioéconomique.

La douance possède un fort aspect héréditaire. On estime que 60 % de la douance serait liée à l’hérédité. En effet, il est bien établi que l’intelligence, avec ses différentes formes, est souvent un trait génétique, soit hérité d’un ou des deux parents. Les aptitudes sont donc présentes dès la naissance, mais ont besoin d’un environnement favorable pour se développer et être identifiables.

Cependant, le milieu familial et scolaire ainsi que les conditions de vie dans lesquelles l’enfant prend place vont également avoir une grande influence sur le fait de développer ou non ces aptitudes liées à la douance. Environ 40 % des facteurs qui expliquent la douance seraient ainsi liés à l’environnement.

Les liens entre la douance et d’autres conditions

Bien que la douance soit un avantage intellectuel certain, les enfants à haut potentiel peuvent également présenter un ou plusieurs troubles. Parmi ceux-ci, on trouve :

Lorsqu’un enfant présente une douance ainsi qu’un autre trouble, cela s’appelle la « double exceptionnalité ». La double exceptionnalité est bien documentée, et il ressort clairement que cela crée des situations particulières : la douance peut « cacher » le trouble durant le parcours scolaire ou, au contraire, le trouble peut rendre la douance invisible.

Comment reconnaître la douance ou le haut potentiel chez un enfant?

Anciennement, la douance était largement établie grâce à la mesure du quotient intellectuel d’un enfant, mais ce n’est plus le seul critère désormais. Reconnaître la douance constitue une démarche plus large et inclusive, qui tient compte d’autres facteurs comme le développement depuis la petite enfance, la persévérance devant des problèmes à résoudre, la soif d’en savoir toujours plus, etc.

En général, ce sont les parents qui soupçonnent la douance chez leur enfant. Toutefois, il arrive aussi que ce soit l’enseignante ou l’enseignant qui repère un enfant avec douance, et ce, surtout au début du cycle primaire (jusqu’en 2e année environ). Cela s’explique par le fait que la facilité, la fluidité et la rapidité d’apprentissage des enfants en bas âge sont plus faciles à comparer avec leurs pairs que celles des plus vieux. Une enseignante* ne peut toutefois pas faire l’évaluation d’un enfant, puisqu’il s’agit d’un acte réservé aux psychologues et aux neuropsychologues.

C’est une évaluation en psychologie ou idéalement en neuropsychologie qui peut établir la présence de douance chez un enfant. Plus la situation est complexe, par exemple lorsque la double exceptionnalité est soupçonnée, plus il est important de consulter des spécialistes qui comprennent bien les deux domaines afin de prévenir les erreurs de diagnostic.

En général, il est possible de faire évaluer un enfant à partir de l’âge de 4 ou 5 ans. Avant cet âge, les mesures d’intelligence non verbale ne sont pas considérées comme stables. Mais une chose est certaine : plus l’enfant est jeune et plus la douance est facile à observer.

Les parents peuvent aller en processus d’évaluation spécifiquement parce qu’ils se questionnent sur la douance de leur enfant. Cependant, dans les faits, il arrive souvent que la douance se révèle plutôt alors que les parents consultent pour un autre motif, par exemple la possibilité d’un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Où les enfants peuvent-ils être évalués?

Il est possible d’obtenir une évaluation :

  • dans un centre de services scolaire, par un psychologue, mais seulement s’il y a un besoin pour l’enfant (avis pour une accélération, difficulté scolaire ou problèmes de comportement);
  • dans un CLSC, mais les listes d’attente sont longues. Si les manifestations de douance et les besoins particuliers de l’enfant sont perceptibles dès la petite enfance, les parents peuvent en parler à leur médecin de famille pour demander à inscrire leur enfant sur ces listes dès l’âge de 3 ou 4 ans afin d’obtenir le service dans les premières années de son parcours scolaire;
  • dans une clinique privée d’évaluation psychologique et de neuropsychologie. Dans le privé, les services y sont plus rapides, mais coûteux : souvent de 1 500 à 2 000 $ pour une évaluation. (Certaines assurances privées remboursent une partie de l’évaluation.)

L’évaluation est utile pour obtenir du soutien à l’école, mais elle n’est pas non plus nécessaire. Si vous pensez que votre enfant a un haut potentiel, discutez-en d’abord avec son enseignante ou la direction de l’école.

L’adaptation scolaire pour les enfants présentant une douance

Enfant doué qui fait un projet scolaire

En raison de leurs particularités intellectuelles, les enfants ayant une douance ont des besoins d’apprentissage particuliers en matière de rythme et de profondeur des contenus. Voici quelques exemples d’adaptations scolaires qui leur permettront de s’épanouir à l’école :

  • accélérer le rythme d’apprentissage pour éviter les répétitions, car elles ont tendance à leur faire perdre l’intérêt et l’attention;
  • condenser les apprentissages pour leur permettre de voir la matière plus rapidement;
  • complexifier les apprentissages pour leur permettre d’approfondir certains sujets;
  • les aider à trouver « un sens » à leurs apprentissages;
  • enrichir leur parcours avec des projets leur demandant de développer leur autonomie et dans lesquels ils peuvent faire des liens entre divers sujets.

Si l’école est ouverte à le faire, il est utile d’établir un plan d’action ou un plan éducatif personnel pour les élèves présentant une douance. Cela permet de fixer des objectifs, de mettre en place certaines adaptations ainsi que de faire le point sur les apprentissages de l’enfant, à intervalles réguliers.

L’école alternative, une bonne option?

Pour certains enfants à haut potentiel, l’école alternative, avec son apprentissage souvent plus axé sur les projets et le développement de l’autonomie, peut être un milieu adéquat pour qu’ils s’épanouissent. Toutefois, s’il y a présence d’un trouble qui cohabite avec la douance (ex. : TDAH, dyslexie, trouble du spectre de l’autisme), l’école traditionnelle, avec sa routine rassurante, peut être préférable.

Dans tous les cas, si cela est possible, il est important de faire un choix d’école et d’environnement scolaire en fonction de la personnalité de l’enfant et de ses besoins particuliers. Il ne faut pas hésiter à lui demander son opinion et à l’inclure dans la décision.

Comment soutenir un enfant à haut potentiel à la maison?

Que votre enfant ait été déclaré à haut potentiel ou que vous suspectiez une douance chez lui, voici comment vous pouvez l’aider au quotidien :

L’école ne peut pas, à elle seule, répondre aux besoins des enfants doués, car leur besoin d’apprendre est présent du lundi au dimanche. N’hésitez donc pas à stimuler votre enfant.
  • Donnez-lui des défis à relever pour qu’il développe des habiletés dans les domaines qu’il aime, mais aussi dans d’autres qui sont moins faciles pour lui.
  • Procurez-lui des ressources d’enrichissement variées afin de lui faire découvrir de nouvelles idées et de nourrir sa curiosité : livres, balados, films, documentaires, jeux, cours en ligne, etc.
  • Proposez-lui de la diversité et de la nouveauté (ex. : sports, langues, culture, découvertes, voyages, etc.) et des activités qui impliquent de la complexité ou de la profondeur pour son âge.
  • Communiquez avec l’enseignante ou la direction de l’école afin de voir si une certaine flexibilité en classe est possible. Par exemple, votre enfant pourrait faire, pendant 30 à 60 minutes par jour, des apprentissages qui ne sont pas prévus au programme (ex. : mentorat, projet en robotique, création artistique, etc.).
  • Ne surchargez pas l’horaire de votre enfant simplement parce qu’il excelle et s’intéresse à tout. Il a besoin de temps libre.
  • Encouragez-le à développer son autonomie, car les enfants à haut potentiel en ont davantage besoin que les autres pour pouvoir mettre en place des conditions dans lesquelles ils s’épanouissent.

* Le mot « enseignante » est privilégié pour alléger le texte et simplifier la lecture.

 

À retenir

  • Chaque enfant ayant une douance est unique et possède ses propres caractéristiques. Un enfant à haut potentiel ne présentera pas nécessairement non plus tous les signes.
  • En raison de leurs particularités, il est important de bien accompagner les enfants à haut potentiel, particulièrement dans leur parcours scolaire.
  • Malgré les aspects positifs que peut amener la douance, les enfants à haut potentiel peuvent aussi vivre de l’incompréhension ainsi que plusieurs défis.

 

Naître et grandir

Révision scientifique : Émilie Rouaud, conseillère pédagogique en douance au Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys et formatrice à l’Université de Montréal
Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir
Juin 2021

 

Photos : GettyImages/FatCamera, fizkes et Ridofranz

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • ASSOCIATION QUÉBÉCOISE POUR LA DOUANCE. www.aqdouance.org
  • ASSOCIATION HAUT POTENTIEL QUÉBEC. hautpotentielquebec.org
  • BÉLANGER, Marianne. La douance : comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif. Québec, Éditions Midi trente, 2019, 264 p.
  • BRASSEUR, S. et C. CUCHE. Le haut potentiel en questions. Wavre, Mardaga, 2017, 216 p. doi.org
  • CALLAHAN, C.M. et H.L. HERTBERG-DAVIS. Fundamentals of gifted education: Considering multiple perspectives. 2e éd., Abingdon-on-Thames, Routledge, 2018, 574 p.
  • CLARK, C. et B.M. SHORE. L’éducation des élèves à haut potentiel. Paris, Éditions UNESCO, 2008, 157 p.
  • GAGNÉ, F. « Motivation within the DMGT 2.0 framework », High Ability Studies, vol. 21, no 2, 2010, p. 8199. doi.org
  • GAUVRIT, N. et G. BRONNER. Les surdoués ordinaires. Paris, PUF, 2014, 284 p.
  • KIEBOOM, T. Accompagner l’enfant surdoué. 2e éd., Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2018, 256 p.
  • MASSÉ, L. Grille d’observation des comportements positifs et négatifs associés aux habiletés intellectuelles et créatives. Département de psychoéducation, Université du Québec à Trois-Rivières, 2019. www.uqtr.ca
  • MASSÉ, L. Grille d’observation des caractéristiques liées aux habiletés mentales. Département de psychoéducation, Université du Québec à Trois-Rivières, 2019. www.uqtr.ca
  • MASSÉ, L., C. VERRET et C. BAUDRY. « Différencier en classe ordinaire pour répondre aux besoins particuliers des élèves à haut potentiel », dans Gauvrit, N. et N. Clobert (dir.), Psychologie du haut potentiel, De Boeck Supérieur, sous presse, p. 249259.
  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION ET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Agir pour favoriser la réussite éducative des élèves doués, 2020, 38 p. www.education.gouv.qc.ca
  • MORISANO, D. et B.M. SHORE. « Can personal goal setting tap the potential of the gifted underachiever? », Roeper Review, vol. 32, no 4, 2010, p. 249‑258. doi.org
  • NATIONAL ASSOCIATION FOR GIFTED CHILDREN. No Child Is Just Born Gifted: Creating and Developing Unlimited Potential. www.nagc.org
  • OUELLET, Geneviève. Et si mon enfant était doué, comment le reconnaître? aidersonenfant.com
  • PERRODIN-CARLEN, D., R. POULIN et O. REVOL. 100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel : changeons notre regard sur ces enfants à besoins spécifiques afin de favoriser leur épanouissement. Paris, Tom Pousse, 2015, 223 p.
  • PERRONE, Kristin M. et autres. « Multigenerational giftedness: Perceptions of giftedness across three generations », Journal for the Education of the Gifted, vol. 33, no 4, 2010, p. 606627. files.eric.ed.gov
  • RENZULLI, J.S. et S. PARK. « Gifted dropouts: The who and the why », Gifted Child Quarterly, vol. 44, no 4, 2000, p. 261‑271. doi.org
  • ROUAUD, E. Élèves doués et expérience scolaire : le point de vue d’élèves doués, en 2e cycle du secondaire, scolarisés en classe de douance. Université de Montréal, 2020. hdl.handle.net
  • TRÉPANIER, Celi. « 10 Facts You May Not Know About Gifted Children But Should », Fractus Learning, 2017. www.fractuslearning.com
  • VAIVRE-DOURET, L. « Developmental and cognitive characteristics of “High-Level Potentialities” (Highly Gifted) children », International Journal of Pediatrics, vol. 2011, 2011, 14 p. doi.org
  • WEBB, James T. Existential depression in gifted individuals. SENG, 2011. sengifted.org

Pour les enfants

  • COURCY, Nathalie et Sylvie RÉGNIER. Zoé Doué. 2e éd., Gatineau, Éditions 4 ½, coll. « Regards d’enfants », 2019, 76 p.

À lire aussi