L'enfant qui n'aime pas les bisous

L'enfant qui n'aime pas les bisous
« Non, pas de bisou! » Il est important de respecter les limites de votre enfant.


Certains enfants n’aiment pas que leur parent, leurs grands-parents, leur oncle, leur tante ou leurs amis leur fassent des câlins ou des bisous. Devant ce refus, les parents se sentent parfois mal à l’aise et demandent à leur tout-petit d’être plus affectueux. Il est pourtant important de respecter les limites d’un enfant quand il s’agit d’un contact physique. Chaque personne a en effet sa propre zone de confort.

Pourquoi mon enfant n’aime pas les câlins et les bisous?

Certains enfants ont une nature plus indépendante et peuvent ne pas souhaiter se coller sur les gens qu’ils aiment. Cette réaction peut être temporaire. Par exemple, elle peut se produire seulement durant une période où l’exploration prend une grande place dans la vie de l’enfant. Il n’a alors pas envie de se faire interrompre dans ses activités pour un câlin ou un bisou. Toutefois, il est possible qu’un tout-petit garde cette nature plus indépendante en grandissant et ne soit pas à l’aise avec ces marques d’affection.

Il peut aussi arriver qu’un enfant soit affectueux avec ses parents, ses frères et soeurs, mais qu’il n’aime pas les câlins et les bisous provenant des personnes qui ne font pas partie de sa bulle familiale. Il n’est tout simplement pas à l’aise d’avoir des contacts physiques avec des personnes qui ne sont pas de sa famille proche.

D’autres enfants montrent une hypersensibilité aux contacts physiques et n’aiment pas les câlins ni les bisous. Certains de ces enfants sont aussi sensibles à tout ce qui touche leur peau. Par exemple, ils n’aiment pas porter des vêtements trop ajustés ou un foulard sur le visage. Il est donc important d’être attentif aux réactions d’inconfort de votre tout-petit parce que, lorsqu’il ne parle pas encore, il ne peut pas dire qu’il ne veut pas de câlins ni de bisous.

Comment réagir?

C’est normal pour un parent ou un proche de vouloir montrer son affection à un enfant par un bisou ou un câlin. Mais même si cela peut être blessant de se voir refuser une marque d’affection, il est important de respecter le refus de l’enfant et de ne pas le forcer à donner un bisou ou un câlin à quelqu’un.

Lorsque vous respectez les besoins de votre tout-petit et ne l’obligez pas à embrasser quelqu’un, votre enfant développe son sens de l’autonomie. Il apprend aussi la notion de respect de son corps. Il comprend ainsi qu’il a le droit d’accepter ou de refuser un bisou ou un câlin. Surtout, il réalise que s’il n’a pas envie d’être embrassé ou touché, il a le droit de dire non.

Avec votre aide, votre tout-petit peut prendre conscience des gestes qui le rendent mal à l’aise. Vous pouvez l’aider en nommant ce que vous observez et en posant certaines questions à votre enfant : « Oh! Je sens que tu n’as pas envie d’avoir un câlin. Est-ce que j’ai raison? » Peu à peu, il apprendra à exprimer verbalement ses émotions et à mettre ses limites.

Reconnaître son malaise à l’égard des contacts physiques

Déjà, quand il est bébé, vous pouvez apprendre à reconnaître et à respecter les signes que vous envoie votre enfant. Par exemple, certains bébés gazouillent au contact d’une caresse, tandis que d’autres se recroquevillent ou pleurent lorsqu’ils ressentent de l’inconfort.

En grandissant, certains enfants expriment clairement leur refus avec des mots : « Moi, je n’aime pas les bisous! » Ils ont déterminé les contacts qui leur conviennent et ceux qu’ils n’aiment pas. D’autres manifestent leur refus en criant ou en poussant les personnes qui leur font un câlin ou un bisou. Sans nécessairement comprendre leur émotion, ils ressentent une intrusion dans leur bulle et y réagissent.

Pour l’aider à exprimer son refus des bisous

  • Nommez à votre enfant les réactions que vous observez et apprenez-lui à exprimer ses besoins avec des mots. Dites-lui, par exemple : « Je vois que tu n’aimes pas quand ton amie Amélie te serre dans ses bras. Tu la pousses pour qu’elle ne se colle pas sur toi. Tu peux lui dire que tu n’aimes pas les bisous dans le cou ou lui demander de se reculer un peu pour te laisser plus de place. »
  • Montrez à votre enfant d’autres manières de montrer son affection ou sa reconnaissance envers les autres. Il peut par exemple dire merci, dire bonjour ou montrer à ses proches et à ses amis qu’ils les apprécient simplement par un sourire, un bec soufflé, un clin d’oeil ou une tape dans la main.
Demandez toujours la permission à un enfant avant de lui faire un câlin ou avant de le prendre. Il apprend ainsi qu’il peut refuser le contact, même d’une personne de confiance.
  • Apprenez-lui à écouter sa petite voix lorsqu’elle dit « non » à tel bisou et « oui » à tel câlin, ou « non » à telle personne et « oui » à telle autre. Dites-lui qu’il a le droit de refuser un bisou ou un câlin. Votre enfant comprendra alors que ce qu’il ressent est légitime et digne d’être exprimé.
  • Félicitez votre enfant quand il exprime correctement son refus ou qu’il choisit lui-même de s’isoler à l’occasion lorsqu’il a besoin d’être seul ou de se reposer.
  • Au cours des activités où les contacts sont possibles, respectez le choix de votre enfant de ne pas participer. Tentez peu à peu de le sensibiliser aux émotions que cela peut faire vivre aux autres et invitez-le à exprimer de façon respectueuse son refus de certains contacts physiques ou rapprochements.
  • Faites des activités qui favorisent le développement de l’estime de soi. Plus votre enfant a confiance en lui, mieux il se connaît. Il sera ainsi mieux outillé pour faire face à ce genre de situations et apprendre à s’affirmer.

Quand votre enfant est affectueux

De la même façon, l’enfant affectueux doit aussi respecter les limites de son entourage. Si votre enfant aime être affectueux avec les gens qui l’entourent, apprenez-lui à écouter la personne qui ne veut pas recevoir de bisou ou de câlin. Proposez à votre tout-petit d’autres façons d’exprimer son affection :

  • sourire;
  • faire un clin d’oeil;
  • dire « je t’aime »;
  • faire plaisir;
  • faire un dessin ou un bricolage;
  • envoyer un bec soufflé avec la main;
  • demander : « Est-ce que je peux jouer avec toi? »

Il apprendra ainsi peu à peu à tenir compte des émotions des autres. Il se sentira également plus à l’aise d’exprimer ses émotions lorsque quelqu’un voudra entrer en contact avec lui et qu’il ne le souhaitera pas.

 

À retenir

  • Il est important de respecter votre enfant et de ne pas le forcer à donner un câlin ou un bisou.
  • Vous pouvez montrer à votre enfant à exprimer son affection autrement, par exemple avec un bec soufflé, un clin doeil ou une tape dans la main.
  • Si votre enfant aime donner des bisous, il doit lui aussi apprendre à respecter ceux qui nen veulent pas.

 

Naître et grandir

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Octobre 2020

 

Photos : GettyImages/kate_sept2004 et danez

 

 Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents :

  • FILIOZAT, Isabelle. Au coeur des émotions de l’enfant. Marabout, 2013, 322 p.
  • FABER, Adele et Elaine MAZLISH. Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent. Éditions du Phare, 2012, 408 p.

Pour les enfants :

  • BLOCH, Serge. Pas de bisous pour SamSam. Éditions Bayard jeunesse, 2008, 29 p.
  • BRUCKNER, Pascal et Jean-Pierre KERLOC’H. Ça suffit les bisous! Glénat Jeunesse, 2016, 40 p.
  • DESCHENAUX, Nadine. La fin des bisous. Éditions de la Smala, 2014, 24 p.
  • DUFRESNE, Rhéa. La bulle de Miro. Fondation Marie-Vincent, 2019, 24 p. marie-vincent.org
  • GRAVEL, Élise. Le consentement expliqué aux enfants. elisegravel.com
  • LENAIN, Thierry. Touche pas à mon corps, Tatie Jacotte! Éditions Les 400 coups, 2000, 32 p.
  • MONFILS, Nadine. J’aime pas les bisous. Éditions Mijade, 2014, 32 p.

 

Partager

À lire aussi