Notre Noël différent à la sauce COVID-19

Notre Noël différent à la sauce COVID-19
Avant même l’annonce officielle, Keven Beauregard et sa conjointe avaient pris la décision de vivre un Noël confiné, un Noël différent.

La fin de l’année approche, mais nous sommes toujours dans le manège 2020 qui ne s’essouffle pas de nous « barouetter » de tous bords tous côtés comme des pantins. Cette année spéciale aura tout de même réussi à donner raison au fameux dicton « On va arriver à Noël en même temps que tout l’monde! ». Parce qu’on y est, tous, seuls, mais ensemble.

Avant même la recommandation en vigueur, ma conjointe et moi avions pris la décision de vivre un Noël confiné, ou, dans nos mots, de vivre un Noël différent.

J’essaie souvent de voir le positif dans tout. C’est pas toujours évident, mais pour une fois, le positif ne se cachait pas derrière le rideau de boucane noire qui nous suit depuis mars. Non, cette fois, on nous offre une possibilité et on va en tirer le maximum.

Comprenez-nous bien, c’est certain que nous aussi on est déçu de ne pas pouvoir faire siffler notre soupape le temps de quelques soupers. Mais notre frein est complètement rongé et notre apitoiement est sur le bord du burnout. On veut voir le beau, redonner du vif à tous ces arcs-en-ciel décolorés.

On a des croissants congelés. J’ai fait le plein de vinyles de Noël usagés à 50 cennes, en souhaitant qu’ils aient encore un peu de chaleur à donner, celle qui remplissait les partys de famille à 50 personnes qui giguent dans l’salon. On a même acheté des tasses de Noël et des pyjamas tous pareils, quétaine niveau 19, COVID-19.

Ça fait que cette année, on va prendre le temps de vivre Noël. On en est venu à ne plus savoir quoi faire de ce temps qui nous a été offert en 2020, c’est fou quand même! Alors réapproprions-nous ce temps. Jouons à des jeux de société sans avoir à dire aux enfants de faire attention à leurs beaux habits. Troquons le veston pour la robe de chambre. Abusons du chocolat chaud. Eille, t’auras même pas à déblayer ta voiture à 1h30 du matin, magnifique non?

Bon, ceci étant dit, on va quand même se manquer cette année. Mais souvent, c’est quand on s’ennuie de quelque chose qu’on y retrouve un sens.

Alors, prenons donc cette parenthèse imposée dans notre vie pour simplement vivre le temps des fêtes, en fêtant le temps de vivre, en se disant que les retrouvailles ne seront que plus qu’appréciées le moment venu!

Et comme disait la Bolduc : « Ça va v’nir, découragez-vous pas! »

 

Photo : GettyImages/GMVozd

Fier Père
Je suis Keven Beauregard, fier père de 2 garçons qui tente, tant bien que mal, de transformer l'ordinaire en extraordinaire! Des fois, ça fonctionne.
Toutes les chroniques de l'auteur