Mon gars, faut qu’on se parle

Mon gars, faut qu’on se parle
C’est un soir, après une partie de soccer, que ça s’est produit pour vrai. Mon premier « là mon gars, faut qu’on se parle ».

Je ne savais pas vraiment quand ça allait arriver. Je me le suis souvent imaginé, à la limite même idéalisé en modelant mon appréhension de ce que j’avais majoritairement vu à la télé. Mais c’est un soir, après une partie de soccer, que ça s’est produit pour vrai. Mon premier « là mon gars, faut qu’on se parle ».

Le problème n’était pas immense ni dramatique : il dérangeait et n’écoutait pas les arbitres ni les coaches. Il s’amusait ferme, mais pas de la bonne façon. Alors, pas mort d’homme ici, mais à 6 ans, il y a des principes de base qui doivent être solidifiés. Je devais donc jongler avec le paradoxe suivant : c’est pas grave, mais c’est important.

On s’est donc assis dans l’auto, je me suis retourné vers lui, et j’ai enclenché mon petit discours. Je voulais une discussion, pas une réprimande. Plus on discutait, plus je comprenais qu’on n’en est plus au stade où je dois lui expliquer que « si tu ne brosses pas tes dents, tu vas avoir des caries, pis tu vas puer de la bouche, pouah! »

J’étais au niveau supérieur, et c’était une première pour moi.

Je sais bien que mon garçon n’est pas le plus sportif, et je ne voulais pas qu’il croie que j’espérais de lui qu’il soit le meilleur, mais juste qu’il fasse de son mieux et qu’il suive les règles.

On avait pas mal fait le tour. Il a soufflé dans ses joues.

- Qu’est-ce qu’il y a mon homme? Dis-moi à quoi tu penses.

- Il y a des choses que je comprends pas.

- C’est compliqué un peu ce que je te dis, hein?

- Ouin.

- Regarde, au fond, ce que j’espère, c’est que tu écoutes bien et que tu fasses de ton mieux. On essaye de bien faire ça et, après l’été, on verra si on se réinscrit l’an prochain, deal?

- Papa?

- Quoi?

- Est-ce que ça existe des cours de scientifique? Moi j’aime vraiment ça le scientifique.

- On va regarder ça!

J’pense que je connais déjà la réponse pour l’été prochain. D’après moi, la seule façon de l’intéresser au soccer, ce sera de lui faire analyser des matchs. ;)

 

Vous pouvez aussi suivre Keven Beauregard sur sa page Facebook  Fier Père.

 

Photo : GettyImages/gradyreese

Fier Père
Je suis Keven Beauregard, fier père de 2 garçons qui tente, tant bien que mal, de transformer l'ordinaire en extraordinaire! Des fois, ça fonctionne.
Toutes les chroniques de l'auteur