Méchante maman!

Méchante maman!

 Je suis la maman la plus méchante au MONDE, voire même la plus méchante de l’espace! Ce n’est pas moi qui le dis, mais ma petite dernière. Lorsqu’elle est très, très, très fâchée contre moi, elle va même jusqu’à me dessiner pour me montrer à quoi je ressemble quand je me transforme en « méssante maman! ». J’apparais alors dans toute mon horreur : une grosse Madame Patate avec des petits bras ridicules qui sortent de ma tête et une bouche toute tordue, le tout barré d’une grosse croix. C’est super drôle affreux. Cachez-vous les yeux. Éloignez vos enfants. Je ne suis pas belle à voir.

Quand je suis tellement  « pas zentille » parce que je ne veux pas lui acheter ce qu’elle veut au magasin ou parce que je ne veux plus qu’elle regarde la télé, elle me sort son argument ultime, celui censé détruire psychologiquement l’aberration maternelle que je suis : « T’es pu ma maman! Ze t’aime pu! ».

Malheureusement pour elle, je connais la chanson. Mes deux premiers m’ont chanté la même à mesure que leur langage se précisait. Pendant que mon petit coeur de maman saignait de l’intérieur, je leur répliquais inlassablement : « Moi, je t’aimerai toujours ». Et quand je les punissais parce qu’ils avaient fait une grosse bêtise, qu’ils se roulaient sur le sol ou filaient en larmes dans leur chambre, je leur répétais encore et encore que leurs mauvais coups ou le fait que je sois fâchée ne changeront jamais rien à mon amour pour eux. Ils ont fini par me croire et, depuis, ils me testent moins pour un oui ou pour un non.

J’ai l’impression que ma petite boule d’émotions qui semble encore en douter est néanmoins en train de faiblir. Hier, après l’avoir envoyée dans sa chambre pour ramasser les 2 millions de toutous qui gisaient sur le sol, je l’ai rejointe 15 minutes plus tard pour lui livrer mon petit discours habituel. J’ai ouvert la porte, non pas sur une fillette en larmes, mais plutôt sur une rangée de toutous sagement alignés les uns à côté des autres. Sur les genoux du plus gros d’entre eux, j’ai vu un dessin. Mon fameux portrait une fois de plus dessiné par ma petite, mais cette fois avec une nuance de taille : pas de croix, ni de bouche tordue. Plutôt, une jolie bouche en coeur avec écrit en dessous : « Elle t’aime aussi pour toujours... et nous aussi! ».

En entendant mes 3 larrons pouffer de rire dans le placard, je me suis dit que ma démonstration sera certainement moins longue cette fois-ci. C’est bien connu, avec des alliés dans vos rangs, les batailles sont toujours plus faciles à gagner!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet