Maudite liste d’attente!

Maudite liste d’attente!

Tout le monde ne cesse de me répéter : « N’oublie pas d’inscrire ton bébé à la garderie sinon tu n’auras pas de place! » Et moi, je dis : « Oui, oui », et puis j’oublie. Je fais des bulles avec ma bouche pour faire rire mon p’tit bout d’chou. Je m’allonge à ses côtés pour respirer son odeur et le regarder dormir. Je profite de chaque seconde avec lui sans penser à demain. Honnêtement, je ne me sens pas prête à organiser notre séparation en appelant une inconnue pour lui donner le nom de mon enfant. Du moins, pas pour le moment.

Et puis le moment me poursuit, jour après jour, ma mère, mon amoureux, mes amies, le journal, etc. Tout le monde me harcèle avec cette histoire de place en garderie. Alors, je cède pour avoir la paix… 

- Garderie Rayons de soleil, bonjour!

- Bonjour, j’aimerais inscrire mon bébé dans votre garderie.

- Est-ce qu’il est né?

- Oui voyons, quelle drôle de question!

- Pas vraiment madame. La liste d’attente est très longue. Vous auriez dû appeler quand vous étiez enceinte. C’est ce que font toutes les femmes maintenant. Je peux l’inscrire sur ma liste. Avec un peu de chance, on devrait vous appeler dans 2 ans.

- 2 ans!

Je raccroche, découragée, mais dans le fond, je suis surtout très énervée par cette conversation. Un quart d’heure plus tard, je rappelle en changeant ma voix!

- Garderie Rayons de soleil, bonjour!

- Bonjour, je voudrais inscrire mon bébé dans votre garderie.

- Est-ce qu’il est né?

- Non pas encore.

- Excellent! Quelle est la date prévue de l’accouchement?

- Aucune idée!

- Pardon?

- En fait, je pense le concevoir le 8 mars de l’année prochaine, vers 13 h 30, heure prévue de mon ovulation. Ce sera un garçon. Nous l’appellerons Émile. Il sera probablement Sagittaire, châtain clair, drôle, mais un peu réservé. D’autres questions?

- (pas de réponse)

Je lui raccroche au nez... soulagée!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur