C'est pour quand la jasette?

C'est pour quand la jasette?
C’est long. J’ai hâte que mon garçon nous fasse un brin de causette. C’est qu’il n’a pas la jasette rapide mon tout petit de 27 mois.

C’est long. J’ai hâte que mon garçon nous fasse un brin de causette. C’est qu’il n’a pas la jasette rapide mon tout petit de 27 mois. En fait, il nous lance quelques mots ici et là, mais mis à part les « en bas » et « en haut », les doublés sont plutôt rares.

C’est peut-être le quatrième d’une famille reconstituée, mais l’écart d’âge étant de 12 ans avec mon grand, disons que je ne me rappelle plus clairement à quel moment un enfant placote un peu plus. En plus, il y a toujours quelqu’un pour nous rappeler que « normalement, à son âge, il devrait dire au moins 30 mots… » Il n’en faut pas plus pour semer une petite graine d’inquiétude dans l’esprit de maman.

Trente mots clairement énoncés? À moitié? S’il en dit 20, est-ce un signe de retard de langage? Est-ce parce qu’on répond à sa place? Est-ce qu’une orthophoniste devrait entrer en scène? Pourtant, on ne parle qu’une seule langue à la maison et il fréquente une garderie quelques avant-midis par semaine…

STOP! On respire, pas de panique et, surtout, on arrête de comparer. Je me dis que c’est son rythme. Aussi, l’environnement est complètement différent avec trois grands frères et deux parents! Il est stimulé de partout, il absorbe, il regarde, il écoute. Il apprend aussi. Je sais qu’il comprend tout ce qu’on dit, car il se dirige là où on lui dit d’aller, il va chercher ce que nous lui demandons, il montre avec ses doigts les couleurs ou les objets dessinés dans les livres quand on les nomme.

J’ai eu cette crainte pendant un moment et je réalise que comme parent, on développe et on nourrit inconsciemment des attentes envers nos enfants, dès leur plus jeune âge. C’est un peu troublant comme constat, mais en même temps, mieux vaut le réaliser maintenant et réajuster le tir que de nous mettre une pression inutile et, par la bande, en faire sentir une à notre enfant.

De toute façon, il y en a aussi pour me faire remarquer que je ne perds rien pour attendre, car une étape pas si lointaine m’attend au cours de laquelle je me rappellerai de temps à autre, en poussant un soupir, ces moments où je n’avais pas besoin de lui dire… d’arrêter de parler!

 

Photo : Carole St-Denis

Carole St-Denis
Treize ans plus tard, j’ai accouché d'un deuxième enfant qui est en fait le quatrième garçon d’une famille recomposée. Comment je vivrai cette expérience cette fois-ci?
Toutes les chroniques de l'auteur