Le bonheur d'être grand frère

Le bonheur d'être grand frère
Je me souviendrai toujours de la réaction de mon garçon lorsque nous lui avons annoncé que j’étais enceinte.

Je me souviendrai toujours de la réaction de mon garçon lorsque nous lui avons annoncé que j’étais enceinte. En fait, ça s’est fait sous forme de devinette et d’une couche pour nouveau-né emballée dans une petite boîte de la grosseur d’un iPod (il n’avait que cette idée en tête!).

En découvrant son contenu et après avoir validé à trois reprises ma réponse à son « T’es enceinte?! », l’émotion a pris le dessus sur l’excitation. Je ne me rappelle pas avoir vu mon fils aussi ému, heureux, fier. Ce grand bonhomme de 13 ans allait devenir grand frère et je savais que je venais de lui offrir le plus beau cadeau.

Ce désir était bien présent pour lui. Il m’en avait parlé à quelques reprises, dans des périodes différentes. J’avais malgré tout quelques appréhensions. Développerait-il la crainte de « perdre sa place »? Allait-il être impatient et intolérant face aux pleurs du bébé? Au-delà de sa compréhension des besoins d’un nouveau-né, accepterait-il de ne plus recevoir toute notre attention de façon exclusive? Allait-il être jaloux…

Il était déjà attentionné à mon endroit, mais il l’est devenu encore plus, caressant mon bedon pendant toute ma grossesse, nous aidant à préparer la chambre du bébé, fier d’annoncer l’arrivée de son petit frère, fébrile à l’approche du grand jour. Quand il l’a pris dans ses bras pour la première fois, le regard qu’il a posé sur lui, sa façon de lui parler, la tendresse qui se dégageait de tout son être étaient annonciateurs d’une belle aventure qui se poursuit depuis.

Son petit frère, c’est comme la prunelle de ses yeux. Son bébé. Son Amour. Il l’aime profondément et jamais il n’a manifesté de l’impatience à son endroit. À son levé, il demande Émile tout comme à son retour d’école. Il lui donne le biberon, le berce, le fait manger, lui donne son bain, lui lit des histoires… Mais pas encore de crochet à côté du changement de couche!

La différence d’âge lui donne l’avantage de vivre chaque étape avec la compréhension de ce qui se passe pour lui. Il découvre son rôle et l’assume avec toute la maturité de ses 13 ans. Ce petit frère lui apporte non seulement une grande fierté, mais un tout nouveau sentiment : il se sent responsable. Il est heureux de l’avoir dans sa vie. Certains enfants s’accommodent peut-être d’être unique, mais j’ai le sentiment que pour mon grand, c’est un grand vide qui vient d’être comblé, accompagné du constat que maintenant, il ne sera plus jamais seul.

Et vous, comment a réagi votre enfant à l’arrivée du nouveau bébé?

 

Photo : collection personnelle de Carole St-Denis

Carole St-Denis
Treize ans plus tard, j’ai accouché d'un deuxième enfant qui est en fait le quatrième garçon d’une famille recomposée. Comment je vivrai cette expérience cette fois-ci?
Toutes les chroniques de l'auteur