Nouveau programme de maternelle: débat autour des lettres de l'alphabet

Nouveau programme de maternelle: débat autour des lettres de l'alphabet
Par Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
16 mars 2021
Le nouveau programme de maternelle qui entrera en vigueur en septembre 2021 fait débat entre autres au sujet des lettres de l’alphabet. Marie-Ève Bergeron-Gaudin explique.

Mis à jour le 18 mars 2021

Avez-vous entendu parler du nouveau programme de maternelle 4 et 5 ans qui entrera en vigueur en septembre 2021? Il en est question dans les médias depuis quelque temps et le ministre de l’Éducation l’a officiellement annoncé hier. Ce nouveau programme fait débat entre autres au sujet des lettres de l’alphabet. Je vous explique!

Actuellement, le programme de maternelle prévoit la connaissance de quelques lettres de l’alphabet à la fin de l’année scolaire. Le nouveau programme, lui, mentionne plutôt la connaissance de la plupart des lettres et leurs sons (ex. : la lettre f sonne « fff »).

Certains experts ne sont pas d’accord avec ce changement d’exigences. Ils craignent que la maternelle devienne le lieu d’un enseignement magistral, alors que les enfants de 4 à 5 ans apprennent largement par le jeu. Ils redoutent aussi que les difficultés à apprendre les lettres deviennent un motif d’intervention, par exemple en orthopédagogie, alors que chaque enfant a son rythme, surtout dans la petite enfance.

D’autres spécialistes trouvent que l’apprentissage des lettres et de leurs sons est incontournable pour permettre une bonne préparation à la lecture et à l’écriture. Pour cette raison, ils privilégient un enseignement précis de toutes les lettres. Ils pensent qu’il faut s’assurer de ces acquis dès la maternelle dans le but de prévenir des difficultés scolaires plus tard.

Et les parents?

Comme parent, il peut être difficile de se retrouver dans tout ça. Mais peu importe que votre enfant doive connaître quelques lettres ou l’alphabet au complet à la fin de sa maternelle, votre rôle n’est pas le même que celui de l’enseignant.

Pour préparer votre enfant à la lecture et à l’écriture, vous gagnez d’abord et avant tout à lui lire souvent des livres, dans un climat positif et chaleureux. Vous pouvez aussi laisser des livres à sa portée (ceux de la bibliothèque, ceux empruntés à des amis, etc.). La motivation à apprendre à lire et à écrire part de là! Connaître les lettres est intéressant quand on veut comprendre ce qui est écrit.

Certains enfants sont naturellement curieux par rapport à la lecture et à l’écriture et veulent apprendre à lire pendant la maternelle, voire avant. Bien entendu, dans ce contexte, vous pourriez nommer des lettres pendant la lecture de livres, par exemple celles qui font partie du nom de votre enfant. L’objectif reste de suivre ses intérêts.

Voici quelques jeux simples qui risquent de plaire aux enfants curieux face aux lettres :

  • Tracer des lettres dans le sable ou la neige, et les faire deviner à papa ou maman.
  • Faire un bricolage avec les lettres de son prénom, à coller sur la porte de sa chambre.
  • Enfiler des lettres que papa ou maman a d’abord tracées, découpées et trouées, pour faire un collier à un ami ou une peluche.
  • Chercher des lettres dans une soupe qui contient des pâtes alphabet.

Dans tous les cas, le plus important quand on parle des lettres à l’enfant est de le faire dans un contexte agréable de jeu pour éviter de créer un stress de performance ou une baisse de motivation. En effet, un enfant qui aime les livres, mais qui perçoit l’apprentissage des lettres comme une tâche désagréable et compliquée n’est pas bien avancé.

Sur ce, je vous souhaite de vous amuser en lisant avec votre enfant!

 

Précisions sur le programme actuel
Certains enseignant.e.s font déjà l’enseignement des lettres et des sons à la maternelle, mais cela ne fait pas l’objet d’une évaluation puisque le programme actuel prévoit seulement la connaissance de quelques lettres de l’alphabet, peu importe lesquelles, à la fin de la maternelle 5 ans. Avec le nouveau programme, les apprentissages en lien avec les lettres et les sons devront être évalués.

 

Photo : GettyImages/Neville Mountford-Hoare

Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
À la fois orthophoniste et maman, je vous parle dans mes mots du développement de la communication et du langage de mes deux enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (31)

  1. Guilbault 17 mars 2021 à 06 h 14 min
    Mon fils est à la maternelle cette année et ils apprennent déjà les 26 lettres et leur son. Ils apprennent également le tracé. Tout se fait à travers le jeu et des histoires.
  2. Marie-Ève B-Gaudin 17 mars 2021 à 11 h 02 min
    C'est super! Les enseignantes et enseignants au préscolaire sont souvent extraordinaires pour rendre les apprentissages ludiques. Je les admire beaucoup! Tout ce qu'on ne souhaite pas, c'est que les enfants qui rencontreraient des difficultés à connaître les lettres et leurs sons soient rapidement étiquetés comme présentant des problèmes d'apprentissage, car ils pourraient avoir des difficultés sans que ce soit inquiétant à leur âge.
  3. Maryse Rondeau 22 mars 2021 à 22 h 10 min
    Votre commentaire explique bien la problématique avec les nouvelles exigences du ministère. J'ai une longue expérience en tant qu'enseignante à la maternelle et j'ai fait mes débuts en première année. Je peux vous assurer que le fait de développer la curiosité chez l'enfant et de faire place à l'écrit sous toutes ses formes, cela l'amène à vouloir découvrir le code que sont les lettres de l'alphabet.
  4. Véronique Leblanc 17 mars 2021 à 08 h 18 min
    Personnellement, je n'ai pas de réticence à ce que mon enfant apprenne ses lettres et leur sons dès la maternelle. Si ça se fait dans le jeu et le plaisir, c'est très bien. Cependant, ce qui m'inquiète réside dans le fait que la maternelle (préscolaire) n'est pas obligatoire. Donc, les enfants qui n'y vont pas seront pénalisées et probablement en difficultés d'apprentissages lors de leur entrée en première année, si ces notions n'ont pas été vues à la maison.
  5. Marie-Ève B-Gaudin 17 mars 2021 à 11 h 03 min
    Oui, je pense que les notions de jeu et de plaisir sont importants, comme vous le dites : ) Mais vous soulevez un bon point, les parents dont les enfants ne fréquentent pas la maternelle devront en effet être conscients des implications du nouveau programme.
  6. Jessica 17 mars 2021 à 15 h 23 min
    L' école est devenue obligatoire des 3 ans en 2019..
  7. Maryse Rondeau 22 mars 2021 à 22 h 52 min
    Au Québec, la maternelle 4 ans et 5 ans n'est pas obligatoire. La très grande majorité des enfants de 5 ans vont à la maternelle, alors que les parents d'enfants de 4 ans ont accès à divers services, dont la maternelle 4 ans.
  8. Caroline 9 avril 2021 à 15 h 24 min
    La France n’est pas le centre de l’univers...
  9. Marie-Ève B-Gaudin 17 mars 2021 à 15 h 27 min
    Oui, c'est bien vrai en France. Au Québec, l'école est obligatoire à partir de la 1re année du primaire :)
  10. Anaïs 18 mars 2021 à 03 h 52 min
    Bonjour Marie-Eve Je comprends les réticences. Ici, en France, cette méthode des lettres est déjà appliquée, et il y a du chouette et du moins chouette dans tout ça. Mon grand a 4 ans (et demi, important, le et demi, n'est-ce pas ?) et va à l'école maternelle depuis qu'il a 3 ans. Il sait identifier toutes les lettres en majuscules d'imprimerie et connait, pour la plupart quel sons elles produisent : "P ... chante peupeu .. peupeu ... comme PaPa ... ou comme ParaPluie ?" Donc, ça, c'est pas mal ... Il commence à reconnaître les minuscules peu à peu et déchiffre tout ce qui lui passe sous les yeux : les lettres, les chiffres et demande ce que ça veut dire. Le revers de la médaille ? Le traçage des lettres. Si mon bonhomme arrive à les retenir, il a de grandes difficultés au niveau de la motricité fine et, du coup, reproduire des lettres lui pose des problèmes. Au final, ses camarades se moquent de lui et même si la maîtresse ne le stigmatise pas et ne met pas la pression ouvertement, on sent quand même que : ça serait bien qu'il y arrive... Voyez ce que je veux dire ? En plus, après réflexion, je me demande quelle est la pertinence de savoir tracer des lettres quand on n'arrive pas encore à les lire et qu'on en ignore donc la signification réelle. Ne vaut-il mieux pas dessiner des fleurs et des maisons plutôt que de reproduire des traits et des boucles ? Après, mon opinion est peut-être faussée jsutemetn parce que mon enfant a des difficultés, on est pas toujours objectifs en tant que parents, aussi, je dois bien le reconnaître (:-) ) !! Donc, pour le moment, ma position reste partagée sur cette méthode. D'un côté, si elle nourrit une certaine forme de curiosité pour la lecture et qu'elle donne envie d'apprendre à lire, je dis : YEEEES ! Mais si c'est encore un moyen de mettre encore plus les enfants dans des cases : toi, t'arrives, toi, t'arrives pas et qu'on en arrive à mettre la pression à des petits bouts de pas encore 5 ans ... je suis moins enthousiaste .... Au plaisir !!! Anaïs
  11. Marie-Ève B-Gaudin 18 mars 2021 à 14 h 57 min
    Bonjour Anaïs, Un grand merci pour votre témoignage très pertinent. Comme vous le dites, il y a deux côtés à la médaille: certains enfants apprennent tôt et rapidement à reconnaître les lettres et à les tracer. Ils prennent en quelque sorte de "l'avance" sur les apprentissages scolaires. C'est une autre paire de manches pour ceux qui butent sur la reconnaissance des lettres et/ou la calligraphie. Mais est-ce que le fait de rencontrer des difficultés à reconnaître et à écrire toutes les lettres à 4 ans est un indice documenté de difficultés futures en lecture et en écriture? Non. C'est en ce sens que les tenants d'un programme fondé sur les jalons du développement craignent le sur-dépistage et le surdiagnostic, notamment. C'est un peu ce dont vous parlez avec les cases cochées ou pas :)
  12. Emilie Cloutier 18 mars 2021 à 11 h 51 min
    Bonjour! Un article bien intéressant. Je suis chargée de cours et doctorante à l'UQAM en didactique et en orthodidactique de la lecture et de l'écriture. Je suis également maman d'une mini puce :) Je me questionne sur certains éléments mentionnés dans le texte. Pourquoi redouter l'intervention d'orthopédagogues? Celles-ci sont bien formées pour prévenir les difficultés d'apprentissage des élèves. On parle alors de prévention et non d'intervention. Cette prévention est d'autant plus importante que l'on sait que celle-ci a de grandes retombées sur le cheminement futur de l'élève. En ce moment, les enjeux sont de taille pour le milieu scolaire. Les écarts entre les élèves plus forts et les plus faibles se creusent au fil du temps et les enseignants et orthopédagogues n'arrivent plus à fournir. Si bien que plusieurs élèves qui auraient besoin de services n'en reçoivent pas. Donc, en sachant que la prévention à la maternelle peut se faire dans le jeu, dans une approche équilibrée de l'apprentissage de la lecture et de l'écriture et dans le respect du développement des petits et ainsi éviter les écarts plus tard, pourquoi remettre en question le nouveau programme? Je ne comprends pas vraiment pourquoi ce débat persiste alors qu'en ce moment en éducation il y a des enjeux beaucoup plus importants, comme la pénurie d'enseignants et d'orthopédagogues, le manque de ressources pour les parents et les élèves en difficulté que l'on ne peut aider.
  13. Marie-Ève B-Gaudin 19 mars 2021 à 08 h 43 min
    Bonjour Émilie! Comme je le disais à Anaïs plus haut, je pense que l'enjeu est surtout de respecter le développement de l'enfant et de ne pas sur-dépister des difficultés. Pour le reste, les orthopédagogues jouent bien entendu un rôle essentiel dans la prévention des difficultés, tout comme les différents professionnels scolaires. Par ailleurs, le contexte covid crée effectivement des enjeux supplémentaires actuellement, je suis bien d'accord avec vous...et je vous souhaite une bonne suite dans vos fonctions :)
  14. Josée-Anne Desrosiers 18 mars 2021 à 20 h 42 min
    moi mes enfants ont vu toutes les lettres de l'alphabet avec les sons à la maternelle, sont maintenant âgé de 11, 12 et 14 ans.
  15. Marie-Ève B-Gaudin 19 mars 2021 à 08 h 45 min
    Merci pour votre témoignage. En effet, certains enseignants au préscolaire enseignent les lettres et leurs sons et ce, depuis longtemps. La différence sera maintenant que cet enseignement sera obligatoire et, surtout, devra faire l'objet d'une évaluation.
  16. Jocelyne 20 mars 2021 à 09 h 32 min
    Bonjour. Je suis La Grand maman de deux charmants enfants. Je crois que tout passe par le jeu et La curiosité. Mon petit fils était fasciné par les livres et son nom écrit au dessus de son lIt.Tout petit il pointait son nom et ma fille lui épelait tout bonnement.Il á balbutié des lettres avant des mots.Sa chanson préféré était un b avec un á fait Ba..il riait aux éclats. Son gros cube ou on insérait les lettres était un plaisir sans fin pour lui. A13 mois, il connaissait les lettres de son nom, A15 mois il reconnaît toutes les lettres et a 2 ans il chantait l alphabet.Sa petite sœur de Deux ans ne connaît que le O mais chante l alphabet aussi car elle adore chanter tout le temps.On ne leur a pas enter les lettres à coup de marteau dans la tete.Il voulait savoir et avait un grand plaisir.Loin de Moî l idée de le vanter , et de comparer les enfants , mais le jeu et l intérêt de l enfant passe avant tout.La propreté a été plus difficile pour lui mais sa mère a suivi son rythme.Et á la garderie , Il veux montrer les lettres à ses amis pour jouer avec eux, Car Il ADOREles lettres, Et Les chiffres aussi.A Pâques quand il avait 14 mois, je l ai apporté au centre d achat voir La petite ferme, Il ne voulait pas, Il voulait regarder Les lettres scintillantes des magasins....Il criait Les lettres du mot GARAGE, Il ne voulait plus partir. Moî je pense que La maternelle doit garder son rôle d exploration avec le jeux.Quand on a du plaisir, tout est plus facile.Ils doivent apprendre à s asseoir, à attendre leur tour,,le respect, La vie sociale, accepter les différences, et La maîtrise du stress avec le yoga, la découverte de la musique et de l art. Laissons nos enfants être ce qu ils sont et être des enfants ouvert sur le monde. Le jeu , le plaisir, La découverte, le partage pour nos amours xxxx
  17. Marie-Ève B-Gaudin 24 mars 2021 à 09 h 46 min
    Bonjour Jocelyne, j'aime beaucoup votre commentaire sur le plaisir, le jeu, la découverte. C'est tout ça qu'on vise au préscolaire. Et vous avez raison, les lettres de l'alphabet peuvent devenir un intérêt pour les enfants, au même titre que d'autres intérêts. Je vous souhaite bonne suite avec vos petits-enfants, dans votre rôle de grand-maman qui semble vous rendre heureuse :)
  18. Véronique Grandmont 20 mars 2021 à 14 h 57 min
    Je trouve que la modification du programme est tout à fait logique et respecte davantage le développement normal de l'enfant. L'acquisition de la conscience phonologique avec reconnaissance visuelle des graphies les plus simple (lettres) précède de loin la production d'un geste d'écriture précis car tous les enfants ont été exposés à leur langage natal depuis la naisssance, mais ils n'ont pas eu toutes les mêmes opportunités de développer leur motricité fine. Cela va permettre de ne PAS mettre de pression sur les enfants qui ne seraient pas prêts pour le geste d'écriture des lettres sur papier ( et de se concentrer sur le développement de la motricité globale et fine. Rien n'empêche d'utiliser tout le corps pour débuter l'apprentissage de la formation des traits dans les lettres, en autant que les enseignants de prémat/mat travaillent avec le même programme d'apprentissage que les professeurs de première année!
  19. Marie-Ève B-Gaudin 24 mars 2021 à 09 h 50 min
    Bonjour Véronique, il est vrai que certains enfants ont de la difficulté à tracer les lettres au préscolaire. Le nouveau programme n'exclut pas la calligraphie. Tracer les lettres en même temps qu'on dit leur nom peut aider à en faire l'apprentissage. Ceci étant dit, tout ceci doit se faire dans le plaisir et le jeu, bien entendu. Au plaisir!
  20. Corina Borri-Anadon 22 mars 2021 à 20 h 38 min
    Bonjour, je vous remercie de ce billet qui permet aux parents de mieux comprendre le débat actuel concernant le nouveau programme d’éducation préscolaire. Selon l’avis du Collectif des professeurs.es-chercheurs.euses et experts.es de terrain à l'éducation préscolaire et au développement de l’enfant le nouveau programme fait fausse route en se centrant sur l’enseignement systématique et des lettres et en utilisant ce dernier dans le cadre d’interventions préventives universelles et ciblées. Ce qui signifie que les enseignants utilisent des trousses clefs en main, et au moyen des mêmes activités, enseignent un son à la fois, une lettre à la fois, et ce, de façon décontextualisée. L’enfant qui ne parvient pas à réaliser ces apprentissages en même temps que les autres est rapidement identifié comme devant recevoir des services de soutien, toujours dans le domaine de l’apprentissage des lettres. Malgré de bonnes intentions, de telles pratiques comportent des écueils qu’il faut reconnaitre. D’une part, le fait de prioriser l’enseignement systématique des lettres ne fait pas consensus. Pour plusieurs, l’enfant d’âge préscolaire gagne avant tout à être soutenu dans les divers domaines de son développement (physique et moteur, affectif, social, langagier et cognitif). Et oui, on peut aussi tout à fait soutenir la découverte et l’apprentissage des lettres, mais ce, dans le cadre d’activités signifiantes en lien avec le plaisir de la lecture . D’autre part, ces interventions universelles et ciblées reposent sur une vision déficitaire de l’enfant, qui engendre trop souvent des processus d’étiquetage et de stigmatisation. Elle accentue de plus la dépendance envers les professionnels de l’adaptation scolaire et réduit du même coup la reconnaissance professionnelle des enseignantes. C’est notamment pour ces raisons que les membres du Collectif suggèrent d’adopter une approche préventive écosystémique où la diversité des rythmes développementaux, la concertation entre acteurs, incluant bien entendu la famille et la communauté, sont reconnus et valorisés. Pour en savoir plus: https://www.aepq.ca/programme-cycle/
  21. Marie-Ève B-Gaudin 24 mars 2021 à 09 h 53 min
    Oui, j'ai bien lu ce texte très intéressant de Madame Johann April, professeure titulaire en éducation préscolaire. https://www.ledevoir.com/opinion/idees/596954/la-saga-du-programme-cycle-d-education-prescolaire-la-parole-aux-experts-la-saga-du-programme-cycle-d-education-prescolaire Merci :)
  22. Maryse Rondeau 23 mars 2021 à 21 h 03 min
    Comme le mentionne si bien madame B-Gaudin, ce que nous souhaitons éviter plus que tout, c'est d'étiqueter les enfants d'un si jeune âge comme étant en difficulté. En tant qu'enseignante à l'éducation préscolaire, je veux aussi éviter de prendre du temps pour l'enseignement systématique, une lettre à la fois, du son et du nom de toutes les lettres minuscules et majuscules, au détriment de d'autres aspects beaucoup plus formateurs et qui auront des effets positifs à plus long terme. Je pense ici au jeu symbolique (jeu de faire semblant) qui correspond parfaitement aux enfants de cet âge et qui leurs permet de s'exprimer oralement et par écrit, de créer, de réfléchir, de bouger, de résoudre des problèmes, de s'organiser, d'interagir avec leurs pairs, etc. Tout cela dans une même période de jeu! Je pense aussi à des activités de motricité globale et fine, nécessaires pour appréhender le monde de l'écrit (latéralité, tonus musculaire du bras, de la main, des doigts, coordination oeil-main, etc.). Lorsque l'enseignant.e offre aux enfants un environnement riche, aménagé de façon à faire place à la littératie, à la numératie, aux sciences, aux arts, l'enfant apprend énormément et garde toujours confiance en lui. Son développement n'est jamais mis en cause, l'enfant évolue tout simplement! L'adulte est là pour accompagner et soutenir son jeu, cet adulte entre dans le monde de l'enfant qui se dévoile dans l'action. Les lettres sont partout dans l'environnement de l'enfant, il suffit d'utiliser tous ces contextes (albums pour enfants, livres documentaires, affiches, menus, circulaires, jeux de société, appareils technologiques, lettres magnétiques, etc.) pour l'éveiller au monde de l'écrit et le laisser nous montrer et nous parler de ce qu'il connait. Du haut de leur 4, 5, 6 ans, qu'est-ce qu'ils peuvent être surprenant ces enfants!
  23. Marie-Ève B-Gaudin 24 mars 2021 à 09 h 59 min
    Bonjour Maryse, votre commentaire est tout à fait juste. Il faudra absolument éviter de résumer l'éveil à la lecture et à l'écriture à l'apprentissage des lettres et de leurs sons. Nous savons que plusieurs aspects contribuent à cet éveil, dont le développement du vocabulaire et la compréhension des textes qui sont lus à l'oral, notamment. Comme vous le dites, il est intéressant de profiter des contextes. Merci pour votre intervention :)
  24. Nicole Provencher 23 mars 2021 à 21 h 17 min
    Il y a tellement de jeux que l’on peut faire à la maternelle pour apprendre les dons et les lettres de l’alphabet. Il faut que ce soit ludique et non que ça devienne une tâche désagréable .
  25. Marie-Ève B-Gaudin 24 mars 2021 à 10 h 00 min
    Oui, tout à fait!
  26. Véronique Dalpé 24 mars 2021 à 16 h 09 min
    Merci pour cet article très pertinent! J'enseigne depuis 15 ans en maternelle 5 ans et l'observation est mon meilleur outil de travail! Lorsque l'on propose des contextes d'apprentissages qui répondent aux besoins des enfants, on le sent tout de suite car ils sont heureux et épanouis! Afin de conserver leur intérêt et leur donner le goût de l'école, il faut avant tout respecter leur rythme et les étapes de leur développement. On doit miser sur le développement des compétences avant les connaissances et cela vaut pour l'apprentissage des lettres. Notre rôle est de les éveiller au monde de l'écrit et de l'oral d'une façon ludique et variée! Mes élèves ont tous le goût d'écrire, de lire et de s'exprimer car je leur permet de développer leur intérêt à leur rythme sans imposer de méthodes formelles. On veut qu'ils aiment l'école avant tout!
  27. Marie-Ève B-Gaudin 25 mars 2021 à 09 h 30 min
    Votre commentaire est très intéressant. C'est si vrai que le plus important est de créer des contextes d'apprentissage qui éveillent l'intérêt et la curiosité. L'éveil à la lecture et à l'écriture ne passe pas non plus seulement par la connaissance des lettres, c'est bien vrai aussi, loin de là. C'est agréable de lire des commentaires d'enseignantes au préscolaire ici. Merci et bonne suite!
  28. Maya 24 mars 2021 à 20 h 29 min
    Je suis d'accord que les lettres et leurs sons doivent être enseignés, mais je suis contre les évaluations à un si jeune âge! Ce devrait seulement être un jeu sans aucune pression. Les enfants apprennent mieux et plus vite de cette façon.
  29. Marie-Ève B-Gaudin 25 mars 2021 à 09 h 31 min
    Oui, les évaluations formelles à 4 et 5 ans sont un défi, je suis d'accord avec vous. Merci de votre participation à l'échange!
  30. Maryse Rondeau 9 avril 2021 à 18 h 27 min
    Je suis totalement d'accord avec votre commentaire. En tant qu'enseignante, j'ai déjà eu une petite de mon groupe 5 ans qui, en revenant « des jeux » qu'elle était aller faire chez l'orthopédagogue dans un processus de post-test pour savoir le nombre de lettres que les enfants connaissaient à la fin de l'année vs le début de l'année, m'a dit qu'elle n'était pas bonne, car elle ne connaissait pas toutes les lettres. Je l'ai immédiatement questionnée sur les lettres de son prénom, des prénoms de ses amies et de plusieurs mots qui étaient affichés en classe. Elle pouvait nommer toutes les lettres de ces mots qui faisaient sens pour elle. J'étais tellement fière qu'elle ait eu suffisamment confiance en elle et en moi pour exprimer son opinion à voix haute, cela m'a permis de modifier immédiatement cette pensée qu'elle venait de se faire sur ses capacités à apprendre. Je n'ai absolument rien contre les orthopédagogues qui travaillent à soutenir des enfants à défis particuliers, mais j'en ai contre les pré-tests et post-tests qui sont imposés par des dirigeants des centres de services scolaires.
  31. Aimé Lagarde 17 avril 2021 à 20 h 19 min
    Qu'une personne en situation d'autorité comme un professeur donne comme objectif à ses élèves âgés de 4 ou de 5 ans d'apprendre les lettres de l'alphabet me semble dangereux pour plusieurs raisons, 1- parce que cet apprentissage, même s'il est fait avec tact et en douceur va être compris par les enfants comme une obligation de réussite, ne serait-ce que pour faire plaisir à la maîtresse et qu'en cas d'échec, l'enfant risquera d'en être marqué pour longtemps; 2- parce que cet apprentissage fait à un âge arbitraire et sans que l'enfant ait senti le besoin d'acquérir cette compétence dans le but de lire et d'écrire, n'aura pas plus de valeur que la récitation des chiffres de 1 à un million, alors qu'il n'a aucune idée de ce qu'est le calcul. Une opération de mémoire vide de sens; 3- parce que l'alphabet avec ses 26 lettres ne correspond pas à la somme des connaissances qu'une personne doit acquérir pour pouvoir écrire sans fautes. L'écriture du français met en œuvre plusieurs centaines de graphies pour pouvoir noter nos 35 phonèmes, pas seulement 26 lettres. Et je crains qu'à 4 ou 5 ans, il y a peu d'enfants qui soient capables de comprendre pourquoi dans la simple phrase qu'il comprend et peut dire: «J'ai eu un peu peur», on écrit de même façon (eu) ce qui se dit de trois façons différentes (u, eû, eu)... Beautés et mensonges de la langue française et des bourreaux qui l'infligent en toute bonne conscience.