Pour que votre enfant s'aime et aime manger

Pour que votre enfant s'aime et aime manger
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
6 juin 2019
Les influences négatives sur l’image corporelle des enfants sont nombreuses. Par chance, il est possible de faire de la prévention. Stéphanie Côté, nutritionniste, aborde le sujet.

En visite chez des amis, mon fils de 11 ans aperçoit un pèse-personne dans la salle de bain. Il monte dessus et…

- « Maman, je pèse 99, est-ce que c’est normal? C’est pas trop? C’est presque 100! »

- « Bien sûr que c’est normal, mon loup. Tu en pèserais 80 ou 110, ce serait aussi normal si c’était ton poids. Tu manges à ta faim, tu es en santé, bref, tu as le corps fait pour toi. »

- « Ah! OK. »

Fin de la discussion. Benjamin n’en a plus reparlé depuis. La remise en question aura duré 2 secondes et quart. Ouf.

On n’a pas de pèse-personne chez nous. On ne se pèse pas, pas plus qu’on pèse, mesure ou calcule les aliments que l’on mange. Je suis formellement anti-régime. La nourriture est faite pour être appréciée. Tout comme notre corps, pour tout ce qu’il nous permet de faire.

Je protège Laura et Benjamin depuis leur plus jeune âge. Je les protège de quoi? D’une relation malsaine avec la nourriture et d’une image négative d’eux-mêmes. On peut être tellement malheureux lorsqu’on est tourmentés par notre poids, par ce qu’on mange ou ce qu’on ne « devrait » pas manger. Aucun parent ne souhaite cela pour ses enfants. On veut au contraire qu’ils soient bien dans leur peau et bien dans leur assiette. Pourtant, il arrive que des enfants aussi petits qu’à 4 ans n’aiment pas leur corps. C’est si triste.

Ce n’est pas un hasard si je parle autant de nos attitudes en lien avec la nourriture. La manière d’offrir les aliments est aussi importante que les aliments en soi. C’est simple, ce doit être positif. On associe les repas au plaisir et on fait prendre conscience aux enfants que leur corps leur parle : il dit quand manger et quand cesser. On évite de parler d’aliments qui font supposément grossir, et on évite de valoriser les femmes minces et les hommes musclés.

Des livres pour vous aider

« On va devoir les mettre dans une bulle, à l’abri de la société, des magazines de mode et des réseaux sociaux! », me direz-vous. C’est vrai que les influences négatives sont nombreuses, et c’est d’autant plus important de faire de la prévention. À ce chapitre, je suis tombée sous le charme des livres de la psychoéducatrice et psychothérapeute Marie-Michèle Ricard. Je voudrais que tous les enfants les lisent. Et les adultes! J’ai été particulièrement touchée par ceux-ci :

Lou aime le dessert. Promouvoir une relation saine avec la nourriture chez les enfants. Éditions Midi trente, 2019, 40 pages.

Olivier veut devenir une supermachine. Promouvoir une image corporelle saine chez les enfants. Éditions Midi trente, 40 pages.

Ce sont des histoires agréables à lire, avec de belles illustrations. Les personnages ont des préoccupations qui pourraient être celles de nos enfants. Les parents sont de magnifiques inspirations qui proposent des stratégies aussi simples qu’efficaces pour redonner le sourire à leurs petits trésors. À plusieurs reprises, il y a des bulles qui suggèrent des questions à poser aux enfants pour les faire réfléchir sur qui ils sont et ce qu’ils vivent. À la toute fin, il y a même des activités et des ressources pour aller plus loin dans la sensibilisation et la prévention.

Pour aider nos enfants à se sentir bien dans leur corps et leur assiette, ces livres pourraient peser lourd dans la balance. Je leur accorde une note de… 99!

 

Photo : GettyImages/Imgorthand

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Partager