Petite fille amoureuse de son papa

Petite fille amoureuse de son papa
J’ai compris que ma fille, entrait dans la période de son développement affectif que l’on nomme le complexe d’Électre, l’équivalent féminin du complexe d’Œdipe.

En tant que papa de deux grands garçons, il y a des choses que je n’avais pas encore vécues. Je m’en suis rendu compte avec ma petite fille récemment. Exemple anodin : en quoi choisir une jupe plutôt qu’un pantalon a de l’importance? Je ne veux pas rentrer dans le débat sur la sexualisation des jouets, mais je constate des différences entre mes garçons et ma fille. Voici un autre exemple qui m’a un peu plus déstabilisé récemment.

La semaine dernière, nous devions séparer la famille pour une soirée. Toshiro chez un ami, maman avec Akira et finalement papa qui va chercher Leeloo.

Maman explique donc la situation à Leeloo :

-Tu vas passer la soirée avec papa et moi je m’en vais avec Akira.

-Toute seule avec papa?

-Oui, toute seule.

-Comme si on était des amoureux? Est-ce qu’on va être tout-nus?

-Quoi? (Réaction de papa!)

En réagissant, j’ai immédiatement compris. Ma fille, qui a presque 4 ans, entrait dans la période de son développement affectif que l’on nomme le complexe d’Électre, l’équivalent féminin du complexe d’Œdipe. Résumons rapidement : la petite fille découvre l’attachement amoureux et se place en compétition avec la mère pour l’amour du père (tout cela dans son imagination, bien sûr!).

Comment réagir?

Mais au-delà de la théorie, que faire? Mettons de côté le malaise ressenti par papa dans cette situation. Avant tout, on ne s’énerve pas, on ne dispute pas son enfant et, bien sûr, on ne le punit pas. Cette réaction affective est parfaitement normale pour un enfant de l’âge de ma fille. L’important, c’est d’expliquer. Voici, après l’effet de surprise, ce que j’ai dit à ma fille.

- Tu sais que papa t’aime énormément?

- Oui, je sais, car tu es mon amoureux.

- C’est vrai que papa t’aime beaucoup, mais l’amoureuse de papa c’est maman. Est-ce que tu le sais?

- Oui, je sais, mais moi aussi je suis ton amoureuse.

- Non, tu es ma fille et une fille ne peut pas être l’amoureuse de son papa. Je t’aime autant que j’aime Toshiro et que j’aime Akira. Est-ce que Toshiro et Akira sont mes amoureux?

- Ben non, ce ne sont pas tes amoureux, ce sont tes garçons!

-Eh bien toi, c’est pareil. Je t’aime plus que tout au monde, mais je ne suis pas ton amoureux, car tu es ma fille.

Dans cette discussion, j’ai tenté de bien faire comprendre à Leeloo la différence entre l’amour inconditionnel que l’on voue à nos enfants et l’amour intime qu’on ressent pour sa ou son partenaire. Il est important également de ne pas ridiculiser ses sentiments. L’objectif est de recadrer tout en expliquant clairement qu’une relation amoureuse est impossible.

Il importe également de mettre une limite claire quant à certains comportements : on ne dort pas, par exemple, nu dans le même lit que son enfant et on ne fait pas de mise en situation qui pourrait laisser croire que l’on est des amoureux (ex. : dire à son enfant qu’on va au restaurant en amoureux). Bien que je sache que ça va en faire réagir plusieurs, le baiser sur la bouche peut aussi porter à confusion pour l’enfant. Je conseille donc de donner les bisous à son enfant sur la joue et de réserver les baisers sur la bouche pour papa ou maman.

L’enfant doit toutefois toujours se sentir écouté et respecté dans ses tentatives de séduction, mais elles ne doivent pas recevoir de réponses positives. Même si on trouve ça charmant et touchant. À un « Je t’aime papa (ou « maman » pour un petit garçon). », vous pouvez parfois répondre : « Moi aussi je t’aime, autant que j’aime ton frère (ou ta sœur). » Vous pouvez aussi dire : «Je t’aime autant que maman (ou papa) t’aime. »

Je sais bien que cette situation peut être déstabilisante pour un papa aimant. En tous cas, elle l’a été pour moi. Je me rassure en me disant que cette période est tout à fait normale et fait partie du développement affectif de ma fille.

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (13)

  1. Emilie 10 septembre 2015 à 09 h 37 min
    Merci pour ce billet. Ma fille de 5 ans ne semble pas avoir eu ce complexe. Jusqu'à quel âge peut-il se manifester?
  2. Dr Nicolas Chevrier 11 septembre 2015 à 10 h 47 min
    Si le complexe n'est pas apparent, il ne faut pas s'en formaliser. La personnalité de l'enfant aura un impact sur l'expression de ce complexe. Donc pour certains enfants, ça se passe tout en douceur... Comme on dit chez nos voisins du sud; "No news is good news!"
  3. lili guertin 10 septembre 2015 à 10 h 03 min
    Depuis 6 ans nous vivons ce problème avec la fille de mon conjoint qui a maintenant 9 ans. Cela persiste dans le temps et malgré les nombreuses explications rien ne fonctionne... Elle a pour modele une maman qui la laisse se maquiller et s habiller comme une adulte. On ne sait. Plus comment réagir pour faire cesser ce comportement. Dernierement elle a demander a son père pour enlever tout ses vêtements lorsqu elle était couché a côté de lui. Malgré l intervention elle continue d agir et d avoir des desirs de symbiose. Avec son papa... Pas facile a vivre tout ca....
  4. Dr Nicolas Chevrier 11 septembre 2015 à 10 h 37 min
    Votre situation est certainement très difficile. Vous faites allusion au fait que la "maman" laisse sa fille se maquiller et s'habiller comme une adulte. Bien sûr, il y a des limites, mais généralement il n'y a pas de lien entre la socialisation au rôle sexuel et le complexe d'Oedipe. Par contre les comportements que vous décrivez ici peuvent dénoter une problématique au niveau de l'attachement, ce qui pour une jeune femme, peut devenir très souffrant. Je vous conseillerais de demander l'aide d'un professionnel pour une évaluation. Pour une référence, le service téléphonique de l'Ordre des psychologues du Québec est très efficace (1-800-561-1223)
  5. Mathieu 10 septembre 2015 à 12 h 17 min
    Belle article, mais je ne suis pas d'accord avec le fait de mettre l'accent sur le je t'aime autant que ton frère ou ta maman. Le je t'aime tout simplement a sa place et l'on essai trop souvent de compliquer les choses. On ne peut pas donner de bisou sur la bouche, mais on peut a profusion au Québec mettre nos enfants sur rhitalin.
  6. Mathieu 10 septembre 2015 à 12 h 17 min
    Belle article, mais je ne suis pas d'accord avec le fait de mettre l'accent sur le je t'aime autant que ton frère ou ta maman. Le je t'aime tout simplement a sa place et l'on essai trop souvent de compliquer les choses. On ne peut pas donner de bisou sur la bouche, mais on peut a profusion au Québec mettre nos enfants sur rhitalin.
  7. Marilyn 10 septembre 2015 à 13 h 52 min
    Entièrement d'accord cela va à chacun de juger de ce qui est acceptable envers ses enfants je dis je t'aime a chacun de mes fils et ils ne sont pas tombés éperdument amoureux de moi pour autant
  8. Dr Nicolas Chevrier 11 septembre 2015 à 10 h 26 min
    L'idée est ici d'aider l'enfant à différencier le sentiment amoureux de l'attachement. On doit donc être clair avec son enfant sur la différence entre les deux émotions, d'où l'utilisation de deux types de "Je t'aime". C'est donc une stratégie pour permettre à l'enfant de comprendre la différence. Finalement, je ne comprends pas votre allusion à l'utilisation du Ritalin dans le traitement du TDA/H je ne peux donc la commenter.
  9. Julie 11 septembre 2015 à 09 h 32 min
    Mon fils a manifesté cet attitude avec moi. Effectivement mal aisant mais j'en ai parlé avec mon époux et nous avons fait comprendre à notre garçon de 4 ans la différence entre l'amour d'un papa et d'une maman versus l'amour entre un fils et une maman. Que cet amour est tout aussi fort mais qu'il est différent. De plus, papa a manifesté par des gestes plus concrèts que je suis SA femme et qu'il ne veut pas me partager quand je suis dans ses bras ou dans notre chambre. "Les bisous sur la bouche c'est fini, tu es un grand garçon maintenant." On lui a aussi donné son grand frère en exemple. Il a 5 ans aujourd'hui et ça s'est calmé. Les "Je t'aime fort!" sont demeuré les mêmes pourtant.
  10. Dr Nicolas Chevrier 11 septembre 2015 à 10 h 20 min
    Bonne attitude qui souligne bien l'importance d'accueillir le besoin de l'enfant. On continue les câlins, mais on est plus attentifs à leur sens et on fait un effort pour délimiter clairement les câlins plus "sexualisés" (embrasser sur la bouche, caresse du fessier..etc.) qui sont de la sphère du couple des câlins qui sont de la sphère "affective" (bisous sur les joues, serrer dans nos bras...etc.).
  11. CLESSE 15 septembre 2015 à 07 h 13 min
    merci pour votre article.Mon fils de 4 ans a manifesté cet attitude avec moi. Je lui ai bien expliqué qu'il n'était pas mon amoureux, que mon amoureux s'était son papa.Mais qu'il est mon petit garçon adoré tout comme son grand frère (9 ans). J'ai mis un terme également aux bisous sur la bouche.Je suis contente de lire votre témoignage et vos conseils car on ne siat pas toujours si nos réactions sont bien adaptées.merci
  12. Nathalie 15 septembre 2015 à 12 h 05 min
    j'ai deux petits garçons, un de 5 ans et l'autre aura 4 ans dans quelques semaines... celui de 5 ans n'a jamais manifesté de comportements reliés au complexe d'oedipe mais je soupçonne que mon petit dernier en ait.. il n'a pas encore dit le mot "amoureux" envers moi mais il est très affectueux et démonstratif avec des "je t'aime", il me fait souvent des beaux compliments "tu es belle maman, tu as des beaux cheveux" et il me fait des caresses avec bisous sur les bras... le soir la routine du coucher c'est toujours 3 bisous: un sur la bouche et sur chaque joue, c'est plus un rituel qu'autre chose... et il ne veut jamais faire de câlin à papa au coucher... je me demande si ces comportements sont seulement un trait de personnalité comme quoi il est plus affectueux ou si c'est vraiment relié au complexe d'oedipe?
  13. Dr Nicolas Chevrier 30 septembre 2015 à 15 h 37 min
    Bonjour Nathalie, je n'oserais pas qualifier des comportements à distance, mais ce que vous me décrivez ressemble beaucoup à des comportements reliés au complexe d'OEdipe. Ne vous en faites pas, les deux dimensions peuvent cohabiter soit être un enfant plus affectueux que les autres et vivre un complexe d'OEdipe. Gardez en tête que l'OEdipe concerne le développement de ses désirs de nature sexuels alors que le fait d'être affectueux doit relever des relations d'attachements. Dans ce que vous me décrivez, votre fils vous fait clairement la cour et se place en opposition avec son père. J'ai l'impression qu'il est temps d'intervenir! Au plaisir.

Partager