Langage: mythes et réalités

Langage: mythes et réalités
Par Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
6 août 2015
Plusieurs idées sur l’apprentissage du langage des tout-petits circulent. Sont-elles fondées?

Plusieurs idées sur l’apprentissage du langage des tout-petits circulent. Sont-elles fondées? J’éclaircis pour vous quelques mythes et réalités.

Certains enfants sont plus « paresseux » dans l’apprentissage du langage.

FAUX. Tous les enfants souhaitent se faire comprendre lorsqu’ils expriment leurs besoins et leurs désirs. Ils ne retirent aucun avantage à s’exprimer sans être compris. Cela leur crée au contraire des frustrations et les oblige à trouver d’autres moyens de communiquer.

Souvent, les enfants de 2 ans et demi à 4 ans ne réussissent pas systématiquement à faire des phrases correctes et à bien prononcer certains mots. Lorsqu’ils échouent, c’est facile de penser qu’ils ne font pas d’efforts puisqu’ils sont capables de réussir parfois. Toutefois, l’inconstance fait partie du développement. Elle signifie simplement que l’enfant est en train d’apprendre.

Dans d’autres cas, l’enfant a acquis les habiletés nécessaires, mais il choisit le chemin le plus facile. Il n’est toutefois pas paresseux; au contraire, il est efficace! Nous y allons souvent au plus court nous aussi (par exemple, nous disons « J’veux pas » et non « Je ne veux pas »).

Les aînés apprennent souvent à parler plus rapidement que les enfants suivants.

VRAI. Les aînés ou les enfants uniques sont généralement avantagés en ce qui a trait à leur vocabulaire et leur capacité à faire des phrases. Bien entendu, un cadet peut malgré tout avoir plus de facilité qu’un premier de famille à acquérir le langage. Il s’agit de moyennes.

L’hypothèse avancée est que les parents pourraient accorder toute leur attention à leur enfant unique ou leur aîné (au début), et passeraient donc plus de temps avec eux. Ceux-ci entendraient ainsi plus de mots et de phrases, ce qui faciliterait le développement de leur langage.

Apprendre deux langues à la fois peut entraîner des difficultés de langage

FAUX. Les enfants sont capables d’apprendre deux langues simultanément ou l’une après l’autre sans que cela nuise à leur langage. Dans certains cas, l’enfant peut sembler avoir moins de vocabulaire, puisqu’il en possède dans chacune de ses deux langues. Ainsi, un enfant qui dirait « chat » en français et « dog » en anglais connaîtrait deux mots de vocabulaire, tout comme celui qui dirait « chat » et « chien ». Par contre, il pourrait sembler connaître moins de mots quand il parle en français.

Lorsque l’on se demande si un enfant bilingue a des difficultés de langage, il faut observer la langue dans laquelle il a le plus de facilité, la seconde étant peut-être davantage en apprentissage. Pour parler de réelles difficultés de langage, celles-ci doivent être présentes dans les deux langues apprises.

Les enfants qui ont des difficultés de langage vers 2 ans ont la majorité du temps des difficultés à 4-5 ans.

FAUX. Un bon nombre de jeunes enfants qui parlent tardivement ou qui parlent moins rattrapent leur retard avant l’entrée à l’école. Jusqu’à la moitié des enfants de 2 ans-2 ans et demi présentant des difficultés pourrait être dans cette situation, selon certaines études. Bien entendu, plusieurs de ces enfants ont besoin d’un plus grand coup de pouce que la moyenne pour rattraper le retard. C’est lorsqu’un enfant présente encore des difficultés significatives vers 4 ou 5 ans qu’on pense davantage que celles-ci risquent de persister.

Les services de garde n’ont pas d’influence sur le développement du langage

FAUX. On pourrait croire qu’une stimulation individuelle facilite davantage le développement langagier chez l’enfant, mais l’effet positif des garderies de qualité sur le langage n’est plus à démontrer. L’éducatrice qui adopte un style interactif, facilitant ainsi les échanges et l’expression des besoins, et qui applique certaines stratégies simples favorise le développement du langage.

Une hypothèse avancée pour expliquer les bienfaits des services de garde sur le langage est qu’ils permettent aux enfants d’entendre une grande variété de mots et de phrases, provenant autant de leur éducatrice que de leurs pairs.

Marie-Ève B-Gaudin, Orthophoniste
À la fois orthophoniste et maman, je vous parle dans mes mots du développement de la communication et du langage de mes deux enfants.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (10)

  1. Sylvie Bergeron 6 août 2015 à 09 h 19 min
    Merci pour ce bel article simple clair et facile à comprendre!
  2. mina 6 août 2015 à 10 h 46 min
    Bjr.je suis maman d'un petit garcon qui vient d'avoir 2ans,et je m'inquiete pour lui.il ne parle presque pas,a part maman,papa,lo pour l'eau et ke velo,na pour banane,digo pour diego,i pour son frere qui s'appele wassim,eti pour merci,toutou pour la voiture,hoha pour dora,hohi pour rory.et il est hyper timide,quand un etranger s'approche de lui,il baisse les yeux ou se cache carrement derriere moi,il est garde par une nounou.qu'en pensez vous?merci pour votre reponse.
  3. Marie-Ève B-Gaudin 6 août 2015 à 14 h 40 min
    Et moi je vous remercie pour votre feedback! Au plaisir.
  4. Marie-Ève B-Gaudin 6 août 2015 à 14 h 49 min
    Bonjour Mina, Je ne peux malheureusement pas vraiment me prononcer sur les habiletés langagières de votre garçon sans l'observer. Comme je le dis dans le billet, certains enfants qui parlent peu à 2 ans rattrapent leur retard avant l'entrée scolaire, d'autres non. Vu vos inquiétudes et le fait que votre garçon parle peu, il pourrait être pertinent de consulter une orthophoniste. Elle essaiera de voir avec vous ce qui peut expliquer que votre fils ne s'exprime pas beaucoup avec des mots. Vous pouvez en parler à votre médecin ou à l'accueil social de votre CLSC, ou consulter le site de l'Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec pour trouver où consulter. Vous pouvez aussi lire les fiches sur le langage sur le site de Naître et grandir (http://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/langage/): elles fournissent plusieurs conseils simples pour stimuler le langage des tout-petits. J'espère que je vous aide un peu malgré tout! Bonne chance : ) Marie-Ève
  5. Gabrielle 6 août 2015 à 15 h 40 min
    Il ne faut pas oublier aussi qu'un enfant ne fait pas deux choses en même temps. Mon garçon de 2 ans a beaucoup débloqué côté moteur durant l'hiver et le langage a stagné un peu. Depuis mai, j'ai une vraie pie par contre lol ! Il
  6. Marie-Ève B-Gaudin 10 août 2015 à 10 h 20 min
    Bonjour Gabrielle, Merci du commentaire! Et il est normal que le développement semble procéder comme par paliers: l'enfant fait des apprentissages, il les consolide, et il passe ensuite à d'autres. Au plaisir!
  7. Guilhemette 10 août 2015 à 09 h 47 min
    A deux ans, les enfants qui ne parlent pas n'ont pas forcément un retard durable. Mon grand qui a maintenant 6 ans avait comme vocabulaire à 2 ans : "veux pas". C'est tout. A deux ans et demie ses mots ressemblaient plus à des onomatopées qu'à des mots et il commençait à peine à faire des phrases à 3 ans en rentrant à la maternelle (je suis en France). Maintenant c'est une vraie pipelette qui parle sans s'arrêter toute la journée avec un vocabulaire étoffé et des structures de phrases complètes. Ses petits frères prennent le même chemin (ils sont jumeaux) et à 2 ans tout rond ont 5 mots à leur vocabulaire (maman, papa, câlin, "olon" (papillon) et au-revoir). Que ce soit le grand à l'époque ou les petits maintenant, ils ont toujours su se faire comprendre et communiquent par gestes de façon efficace. Ils entendent bien et communiquent entre eux, donc je ne me fais pas de soucis (surtout que mon cousin était pareil petit).
  8. Marie-Ève B-Gaudin 10 août 2015 à 10 h 18 min
    Bonjour Guilhemette, Merci beaucoup du témoignage! Il saura certainement rassurer certains parents. En fait, le plus important, entre 18 mois et 2 ans, demeure l'intérêt à communiquer et la compréhension du langage (des consignes, des petites questions simples). Au plaisir!
  9. Sandra Cantin 11 août 2015 à 15 h 03 min
    Bonjour! Ma fille de 5 ans parle avec un accent français. Je sais qu'on pense tout de suite à l'autisme, mais c'est le seul symptôme qu'elle a!! Elle est pleine de vie, joue avec les autres, fonctionne très bien à la garderie, pause pleins de questions, adore les livres, les histoires, est intelligente, à hâte de débuter la maternelle, de se faire de nouveaux amis... Bref, je ne peux penser que c'est ça! Mais c'est quoi? Elle est la plus jeune de trois enfants, nous sommes donc 5 dans la maison et ne parlons pas comme ça! Qu'en pensez-vous? Merci!
  10. Marie-Ève B-Gaudin 11 août 2015 à 21 h 04 min
    Bonjour Sandra! Je ne peux malheureusement me prononcer sans avoir vu votre grande fille. Vous rapportez en effet plusieurs comportements rassurants sur le plan du développement de la communication et du langage. Toutefois, étant donné qu'avoir un accent français lorsque l'on n'y est pas exposé n'est pas nécessairement courant, j'aurais tendance à vous suggérer de consulter une orthophoniste pour en avoir le cœur net. Vous pouvez parler à votre médecin ou consulter l'accueil social de votre CLSC pour connaitre les services en orthophonie dans votre région. Bonne suite et bonne rentrée à votre fille!