Ce que les livres ne nous disent pas…

Ce que les livres ne nous disent pas…
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
3 juin 2014

Comme on se prépare et qu’on se renseigne avant d’avoir un bébé! Les cours prénataux et les livres nous recommandent d’allaiter, idéalement. Ils disent de faire bouillir l’eau. Ils disent de commencer les aliments complémentaires vers 6 mois. Ils disent de faire attention aux aliments avec lesquels bébé peut s’étouffer. Et plus, plus, plus.

Ils disent beaucoup, mais pas tout. Oh, ils omettent seulement quelques détails! Des informations qui ne nous feraient pas changer notre désir de maternité ou de paternité, mais qui changent cependant notre vie pendant un certain temps… ou plus longtemps. Voici mes quelques constats :

  • On mange souvent froid. Ou pressé. Et parfois debout.
  • On ne mange pas quand on a faim, on mange quand on a le temps!
  • On cuisine même quand on n’en a pas envie.
  • On risque de grossir si on se met à finir les assiettes de nos enfants  pour ne pas gaspiller.
  • On invite les amis à bruncher plus souvent qu’à souper. On les convainc que « c’est l’ fun, un brunch », pour ne pas admettre que « je ne suis plus l’fun le soir ».
  • On rêve du chien que l’on n’a pourtant jamais voulu, juste pour s’éviter la corvée quotidienne de l’aspirateur sous la table.


Mais toutes ces transformations avant/après n’ôtent rien au plaisir qu’on a à :

  • Faire découvrir nos aliments préférés à nos enfants.
  • Rire des grimaces ou de l’enthousiasme de nos petits quand ils goûtent l’amertume des olives ou la douceur de la crème glacée pour la première fois.
  • Préparer des gâteaux de fête qui émerveillent.
  • Faire une place au comptoir à nos apprentis chefs qui montent sur une chaise pour nous « aider » à cuisiner.
  • Regarder les yeux pétillants de nos pâtissiers en herbe lorsqu’on leur demande (ou accorde la permission) de casser un œuf.
  • Voir nos petits devenir grands au fil des repas en famille.
  • Être surpris (ou pas tant que ça!) par un petit déjeuner au lit préparé avec beaucoup d’amour (et presque aucun dégât).
  • Perpétuer ou se créer des traditions culinaires.
  • Entendre un « ma maman fait le meilleur (votre spécialité ici) au monde! ».
  • Et plus, plus, plus.


Finalement, les délicieux détails de ma vie de maman compensent amplement pour les quelques repas froids mangés au cours des dernières années! Je tâcherai d’y repenser la prochaine fois que je passe l’aspirateur… demain.

Et vous, quelles « surprises » reliées aux repas et à l’alimentation la maternité ou la paternité vous a-t-elle réservées?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (12)

  1. Gabrielle 3 juin 2014 à 13 h 56 min
    Dès le début, on a inclus bébé à nos repas. On l'installait dans une petite chaise sur la table de la cuisine. Il faisait office de centre de table! Maintenant qu'il mange la même chose que nous et qu'il mange en même temps que nous, ce que je trouve si agréable, c'est de lui faire découvrir des aliments. Lui voir le visage s'illuminer devant son premier petit cornet de crème glacée et même après avoir manger un morceaux de saucisse mergez (fiston aime quand c'est très épicé hahaha). Il doit aussi nous imiter. Manger dans une assiette et avec une fourchette (de bébé). Il ne s'en sert pas, mais c'est le look qui compte ;) Il a 14 mois et il est un véritable glouton.
  2. Stéphanie Côté, nutritionniste 5 juin 2014 à 08 h 26 min
    Le plaisir est au rendez-vous et ça paraît! Je vous en souhaite pour de nombreuses années encore. Merci pour votre témoignage.
  3. Jessica Daneau 3 juin 2014 à 14 h 10 min
    J'ajouterais à cette liste:
    - L'habileté avec laquelle on réussit à manier une fourchette ou une cuiller pleine de nourriture, à l'aide de la main autre que celle avec laquelle on écrit, sans en renverser une seule miette sur la tête de Bébé qui gigote sur nos genoux.

    - La préférence que l'on développe pour tous les aliments qui ne nécessitent pas d'ustensiles. Vive les crudités et les croquettes de poulet!

    - Le soulagement de voir que Bébé n'a pas réussi à renverser tout ce qui se trouvait sur la table en tirant sur la nappe ou le napperon.

    - La rapidité à laquelle on se convainc de n'avoir "plus faim" car Bébé réclame nos bras pendant notre repas.

    - La rapidité avec laquelle les membres de la famille engloutissent leur repas pour permettre à Maman de manger pendant que c'est encore chaud :)
  4. Stéphanie Côté, nutritionniste 5 juin 2014 à 08 h 27 min
    Hahaha! En effet, vous touchez plusieurs points!
  5. Andréane 3 juin 2014 à 14 h 38 min
    Je ne pensai pas que je me mettrais à manger tous les mets que je n'aimais pas (et avec le sourire !) juste pour montrer le bon exemple à fiston :)
  6. Stéphanie Côté, nutritionniste 5 juin 2014 à 08 h 29 min
    Ce qu'on ne ferait pas pour nos enfants! Et est-ce que ça vous permet d'apprendre à aimer ces aliments vous aussi?
  7. Mélanie 3 juin 2014 à 21 h 21 min
    Chaque repas me confirme que je devrais faire manger nue ma fille de 7 mois! J'aurais moins de lavage à faire...
  8. Stéphanie Côté, nutritionniste 5 juin 2014 à 08 h 31 min
    L'été s'en vient, pourquoi pas?! Et hop, au bain après le souper!
    D'ici quelques semaines, il y en aura plus dans sa bouche que sur ses vêtements, courage. :-)
  9. Élisabeth 4 juin 2014 à 09 h 18 min
    Ayant été une enfant très difficile, je m'attendais au pire! Mais non, mon petit mange de tout tout tout, avec plaisir et appétit. Je n'aurais jamais imaginé avoir autant de fun à planifier et préparer mes repas, desserts et collations.Je sais qu'il aura toujours (ou presque) un plaisir fou à manger tout ce que je lui prépare, même si je ne suis pas la meilleure cuisinière en ville. Une de mes surprises les plus comiques: La première fois que fiston a mangé de la nourriture solide (pas en purée) par lui-même. Wow, me suis-je dit, il a bien mangé, presque tout!....Jusqu'à ce que je le sorte de sa chaise et réalise que 90% du repas était tombé partout sauf dans sa bouche.
  10. Stéphanie Côté, nutritionniste 5 juin 2014 à 08 h 36 min
    Que c'est plaisant quand c'est plaisant! :-) Ne perdez pas le sourire s'il traverse un jour ou l'autre une période où il aime moins d'aliments. Ça fait aussi partie de son développement. Il y a quelques textes à ce sujet sur Naître et grandir, au besoin le moment venu...
    C'est quand bébé commence à manger seul qu'on voudrait avoir un chien qui ramasse ce qui tombe, n'est-ce pas?
  11. Amélie 9 juin 2014 à 18 h 29 min
    Je suis la maman d'une grande fille de 4 ans et demi et d'une autre de 4 mois que j'allaite. Bien évidemment cette dernière a souvent faim en même temps que nous. Après avoir manqué les conversations de plusieurs repas parce que j'allaitais sur le divan, j'ai mis le peu de pudeur qui me restait dans la poubelle et j'allaite assise tout près de la table. Mon chum a la gentillesse de couper ma viande en bouchées pour que je puisse prendre mon repas en même temps si le cœur m'a dit ou que la faim me tenaille. Bravo à ma grande fille qui démontre toujours une grande patience si elle doit attendre que bébé ait terminé pour avoir son dessert.
  12. Kim 11 juin 2014 à 22 h 20 min
    Je suis la maman de 4 beaux enfants. Trois garçons et une fille. J'ai la chance d'avoir des enfants qui aiment de tout, ou presque! Ce qui me plait le plus lors des repas, c'est de les voir engloutir leur assiette... leur binette toute sale!! Et souvent je les entends me dire "Merci maman pour le bon souper". Ça me fait toujours chaud au cœur surtout que je suis à cours d'inspiration ces temps-ci pour le choix des repas. Des fois l'heure des repas est chaotique, mais lorsque je nous regarde les 6 assis à la table en jasant des choses de la vie... je suis la plus chanceuse du monde. Dire qu'avant d'avoir mes enfants je ne cuisinais pas du tout. Je ne suis pas la meilleure chef en ville, mais pour eux OUI. C'est tellement gratifiant.

Partager