Substituts de repas pour enfants: non merci!

Substituts de repas pour enfants: non merci!
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
13 mars 2014

iStock_000001598228SmallUne publicité vue à la télé m’a fait sursauter récemment. On y vantait les bienfaits d’un substitut de repas de type Ensure pour les enfants. Je suis allée voir le site Internet du fabricant et voici ce que j’y ai lu : « Les enfants difficiles à l’égard de la nourriture ne mangent pas toujours suffisamment pour obtenir les éléments nutritifs dont ils ont besoin. » Cette approche marketing, qui vise les tout-petits dès l’âge de 1 an, a tout pour entretenir la préoccupation de nombreux parents à l’égard de l’appétit de leur enfant.

Selon le fabricant, « avec des protéines ainsi que 26 vitamines et minéraux, PediaSure Complete procure aux enfants l’alimentation complète et équilibrée dont ils ont besoin pour leur croissance et leur développement. » Que pensez-vous de cela? Moi, je n’aime pas l’idée de présenter un moyen qui est plus un pansement sur un bobo qu’une véritable solution. Les enfants en santé n’ont PAS BESOIN d’un supplément alimentaire ou d’un substitut de repas. Voici ce que je réponds aux « indications » de la compagnie.

« Peut être utilisé comme collation, supplément aux repas ou, si pris en quantité suffisante, comme substitut de repas »

Pour quoi faire? Mon frigo est vide et je ne le sais pas?  L’épicerie a cessé de vendre des aliments?

Je préfère offrir à mes enfants de vrais aliments. J’essaie de penser aux situations qui pourraient rendre pratique un supplément alimentaire pour enfant et elles ne se présentent pas souvent. En voiture? En randonnée? En voyage? Au centre d’achats? Je préfère apporter des collations ou même en conserver des non périssables dans la boîte à gants ou dans mon sac à main. Ce n’est pas le choix qui manque : des fruits, du fromage, des muffins ou des barres tendres maison, des petites boîtes de lait ou boisson de soya qui se conservent à température ambiante, des compotes de fruits, des craquelins, etc.

De plus, ces suppléments renferment une grande quantité de sucre, ce qui risque d’accentuer le goût pour le sucré déjà bien établi chez la plupart des enfants.

« Pour les enfants difficiles à l’égard de la nourriture »

Mon enfant n’aime pas tout. Est-ce grave? Dois-je faire quelque chose de spécial? Non. S’il est en santé et se développe normalement, il n’y a rien d’alarmant puisque tous les enfants apprennent à aimer les aliments qu’on leur offre au fil du temps. Pas au premier essai, mais souvent après des dizaines de repas. Et c’est normal. Les enfants ne sont pas difficiles, ils sont néophobes.

La néophobie alimentaire est la réticence qu’éprouvent les enfants devant les nouveaux aliments. C’est une étape normale du développement du goût. Il ne faut pas limiter le menu aux seuls aliments qu’ils apprécient. Au contraire, il faut continuer à offrir (sans forcer) des aliments variés et nouveaux régulièrement afin qu’ils deviennent familiers. Les enfants aiment les aliments qu’ils connaissent et la seule façon que ça se produise, c’est qu’ils APPRENNENT à les connaître.

« Pour les enfants dont l’alimentation n’est pas assez variée »

Si je pouvais dire : « Mon enfant a oublié d’inclure des légumes au dîner et au souper. Il ne choisit jamais de fruits en collation. Il aime seulement le macaroni au fromage et le pâté chinois, alors il s’en prépare tous les jours. Cette semaine, il n’a mis que du pain blanc et du beurre d’arachide dans le panier en faisant l’épicerie »…  je pourrais critiquer la variété de son alimentation.

Mais ce n’est pas mon enfant qui décide du menu, qui fait l’épicerie et qui prépare les repas. C’est moi! Il mange ce qu’il retrouve dans son assiette aux repas et aux collations. Je ne l’y force pas, mais il n’a pas d’autres options. C’est à moi de voir à la variété de son alimentation. S’il boude ses légumes au dîner, ce n’est pas la fin du monde, car il aura des fruits au dessert ou à la collation et d’autres légumes pour se reprendre au souper. Et si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain. Même chose avec les autres groupes d’aliments. Il faut évaluer la qualité de l’alimentation sur une période de 2 à 3 semaines avant d’émettre un constat. Et généralement, on n’a même pas besoin de s’y rendre, car la variété et l’équilibre reviennent naturellement.

Mon enfant n’apprendra jamais à goûter et aimer des aliments variés si je baisse les bras en lui fournissant une voie de contournement. Je ne veux pas lui faire croire que la santé est dans une petite bouteille.

« Pour les enfants qui ont besoin d’un supplément nutritionnel en raison d’un manque d’appétit ou d’un apport alimentaire insuffisant »

Comment définit-on un « manque » d’appétit? Qu’est-ce qu’un apport alimentaire « insuffisant »?

La faim et l’appétit de mon enfant ne sont pas constants. Ils varient d’une journée à l’autre en fonction des périodes plus ou moins intenses de sa croissance, des activités qu’il fait, des repas qu’il a mangés précédemment, de petites inquiétudes ou petits bobos, etc. Parfois il mange moins, parfois il mange plus. Mon enfant, comme tous les autres, ressent des signaux de son corps pour savoir quand il a faim et qu’il n’a plus faim. C’est un système de régulation inné et d’une efficacité redoutable lorsqu’on le laisse s’exprimer.

Est-ce que je suis branchée sur l’estomac de mon enfant pour savoir de quelle quantité il a besoin aujourd’hui? Non. Je me trouve bien mal placée pour déterminer qu’il n’a pas assez mangé. Il est le seul en contact avec son ventre et donc le seul à le savoir.

S’il prenait des médicaments comme le Ritalin, mon discours serait sans doute différent. Certains médicaments coupent l’appétit. Si son alimentation et sa croissance étaient menacées, bien sûr que j’envisagerais des solutions pour lui permettre de grandir en santé!

Je tiens aussi à spécifier qu’avec mes arguments, je me questionne uniquement sur la place et l’utilité de produits qui se veulent des substituts de repas ou de collations pour des enfants en pleine forme. D’autres suppléments de la marque sont conçus pour aider à faire face à des problèmes de santé et sont, par exemple, destinés aux enfants :

  • recevant une alimentation par sonde à court ou à long terme;
  • ayant des besoins nutritionnels accrus;
  • souffrant de malnutrition ou présentant un risque de malnutrition;
  • qui ont un retard de croissance;
  • dont l’apport en liquides doit être restreint ou qui ne tolèrent pas les grands volumes.

J’ai la chance d’avoir des enfants en santé. Je ne vois donc pas pour quelle raison ou dans quelle situation je leur offrirais un supplément alimentaires. Peut-être votre situation est-elle différente. Avez-vous déjà fait usage de ce type de produit?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (28)

  1. Valérie 13 mars 2014 à 13 h 03 min
    Voilà, vous avez tout dit. C'est exactement ce que j'ai pensé en voyant cette même pub. Je ne suis pas nutritionniste, mais il m'est apparu évident qu'un "repas en bouteille" est à côté de la plaque si on le compare à de vrais aliments frais! Et ça vaut autant pour les substituts de repas pour adultes, selon moi. Je les ai trouvés bien pratiques à minuit après mon accouchement, mais le reste du temps, non!

    J'ajouterais même que ça risque d'envenimer la relation que certaines personnes développent avec la nourriture. Si un enfant qui voit constamment son parent au régime et qui critique son poids a des chances amoindries de développer une relation saine avec la nourriture, ajouter des "repas en bouteille" ne peut pas vraiment aider...
  2. isabelle 13 mars 2014 à 14 h 26 min
    Personnellement, moi j'utilise Pédiasure à l'occasion. Quand ma fille est malade en particulier. Aussi, comme elle est asthmatique, lorsqu'elle a des grosses toux et des sécrétions, elle ne veut rien manger et ça, elle aime et ça passe. La publicité n'est peut-être pas "idéale" mais ma pédiatre me l'a recommandé pour les situation que j'ai énuméré plus haut.
  3. Gabrielle 13 mars 2014 à 14 h 30 min
    Je suis totalement en accord avec ce que vous dites. De plus, dans la pub, la quantité que mange l'enfant me semble fort raisonnable... L'assiette qu'on nous montre est une assiette avec des quantités que moi je mangerais, pas un enfant de 8 ans...
  4. Isabelle 13 mars 2014 à 14 h 32 min
    Oui, mon fils utilise ce type de produits. Premièrement, il prend du Concerta. Deuxièmement, il a 13 ans (il n'en a pas pris avant 11 ans). Troisièmement, les déjeuners, le souper, la collation en fin de soirée, sont que des bons aliments. Donc, il en prend seulement au dîner et mange quand même un peu de légumes ou un fruit. Parfois, il accepte du fromage avec ses légumes au dîner. Jamais, je ne donnerais ce type de produits à mes deux autres enfants.

    Je considère que ce produits est uniquement destiné aux enfants qui ont un besoin médical (maladie ou prise de médicament qui coupe la faim). Ce produit peu aussi être intéressant suite à une opération de type "amygdale". En conclusion, comme pour nous les adultes quand cas médical.
  5. Annik 13 mars 2014 à 14 h 47 min
    J'offre à ma fille qui a 12 ans et qui prend Vivance ce genre de breuvages quand elle me dit qu'elle n'a pas faim le midi sinon, on remplis les assiettes de bon aliments aux autres repas. C'Est vraiment en derniers recours ou lors de maladies que ce genre de produits devrais être offerts.
  6. Annie 13 mars 2014 à 14 h 56 min
    Ce qui est très drôle dans l'annonce c'est que la dame dit que son enfant est difficile et qu'elle inquiète mais lorsqu'on regarde l'assiette après que l'enfant ait mangé, il a laisser la moitié de son assiette mais il a manger de tout.
  7. Geneviève Le Guerrier 13 mars 2014 à 15 h 18 min
    Faut pas chercher midi à 14 h! C'est comme le lait Baboo : une question de marketing! Tout pour faire des sous. Point final.
  8. Stéphanie Côté, nutritionniste 13 mars 2014 à 15 h 32 min
    Comme vous le dites, dans certaines situations, ce type de produits peut apporter une aide précieuse. Tout est dans l'usage qu'on en fait!
  9. Stéphanie 13 mars 2014 à 15 h 56 min
    Ce sont des produits à l'origine conçus pour aider à l'alimentation des personnes qui ne PEUVENT pas s'alimenter correctement comme lors de maladie, convalescence, personnes âgées en perte d'autonomie, etc... mais l'industrie du régime et notre société qui a tendance à vouloir tellement se simplifier la vie a bien vu là l'opportunité d'offrir aux parents "paresseux" une façon de nourrir leur enfant difficile sans s'obstiner!

    Oui dans le cas de maladie (passagère ou chronique) je crois que ça peut être une bonne façon de faire prendre des vitamines et minéraux à un enfant qui ne veut (ou peut) rien avaler mais dans le cas d'enfants difficiles, ça pas sa place! C'est simplement se défiler du problème avec une solution facile... En plus, quel enfant aurait ensuite envie de manger des légumes qu'il aime déjà pas quand on lui présente à la place une boisson sucrée à saveur de chocolat pour compenser?!?
  10. Véronique 13 mars 2014 à 17 h 06 min
    Je n'ai jamais donné ce produit à ma fille mais la tentation est grande. Non pas à cause de la publicité mais par peur du manque de nutriments que prend ma fille.

    Oui, elle est en santé mais son poids se situe au 10 per centile sur la courbe de croissance. Elle mange de tout mais 3 bouchées de chaque chose par repas.

    Vous dites: s'il boude les légumes, il les mangera au prochain repas ou demain. Mais quand ça dépasse les 3 semaines à 3 bouchées par repas, comment s'assure-t-on que tous les nutriments sont présents en quantité suffisante pour que ça ne nuise pas à sa santé ?

    D'où l'attrait de cette petite bouteille !
  11. Stéphanie Côté, nutritionniste 14 mars 2014 à 11 h 10 min
    Véronique, est-ce que votre fille se situe sur la courbe du 10e percentile depuis "toujours"? Mange-t-elle des collations? Peut-être que vous seriez rassurée de rencontrer une nutritionniste pour évaluer son alimentation? Est-ce que votre médecin dit qu'elle se développe bien et en santé? Si oui, c'est peut-être le poids naturel de votre fille. Et elle mange à sa faim, ce qui est un point positif, si sa croissance va bien.
  12. Isabelle 17 mars 2014 à 14 h 32 min
    Ma fille est au 10e percentile pour le poids et ce depuis toujours. Elle est née à terme à 2,7kg! Mais comme elle suit toujours sa courbe depuis la naissance, sa pédiatre me dit que tout va bien et que c'est normal.
  13. Annie 13 mars 2014 à 17 h 58 min
    Mon fils prend du ritalin, quand il a commencé à prendre ce médicament, il a perdu du poid à cause du manque d'appétit. J'ai eu recours à ce produit durant les premiers mois d'adaptation, il prend encore du Ritalin mais l'appétit est revenu alors bye bye supplément !!
  14. Annie 13 mars 2014 à 18 h 04 min
    Oui j'ai utilisé pendant bien longtemps ce produit. Mon fils avait cessé de manger. Il refusait catégoriquement de manger quoi que ce soit. Certain parents diront que c'est une phase ou d'autre qu'un enfant ne se laisse pas mourir de faim. Dans le cas de mon fils, il se laissait mourir de faim si je ne le nourrissais pas ainsi et ce n'étais pas du tout une phase. Deux ans plus tard, il mange à peine. Bref, ca lui a donner un repas 2 fois par jour. Prescris par sa pédiatre et il était suivi par une nutritionniste. Avec une équipe d'ergothérapeute, psycho éducatrice et orthophoniste, pendant plus d'un an, nous avons travaillé d'arrache-pied. Aujourd'hui, il n'en prends plus, mais ca a été bien utilise a ce moment. Mon fils avait 1 an à cet époque et c'était le Pédiasure Plus, car le Pediasure Complete (selon ma pédiatre) n'était pas assez complet. Il servait plus à compléter, tandis que mon fils avait besoin d'un substitut de repas
  15. Karine 13 mars 2014 à 18 h 23 min
    Wow! mais quel émotion dans ce billet. clairement ce produit n'est pas pour ta famille mais moi j'en utilise car OUI j'ai un enfant difficile et bien que beaucoup de «super» mamans ou professionnels m'aient donné tous leur «précieux» conseils, il n'en reste pas moins que chaque cas est unique. Ce que je déteste des ce genre de billet c'est le côté méprisant de «si vous ne faites pas comme moi vous êtes cons».
  16. Amelie 13 mars 2014 à 18 h 46 min
    C'est vrai ça. J'ai consultée une nutritionniste pour moi, mon fils et mon chum. Ça l'air vraiment facile quand elle m'explique de laisser mon enfant d'âge préscolaire aller se coucher sans manger s'il refuse ce qu'il y a dans son assiette plutôt que de lui donner autre chose. Mais disons qu'en pratique pas vrai que je vais le laisser aller au lieu le ventre creux.
  17. Stéphanie Côté, nutritionniste 14 mars 2014 à 11 h 24 min
    Karine, je suis désolée si vous voyez un ton méprisant dans mon billet, car c'est nullement ce que je ressens. Je comprends la préoccupation des parents (dont je suis) envers l'alimentation de leur enfant. Je sais que les conseils semblent parfois théoriques, mais je vous assure qu'ils sont longuement étudiés et validés dans la "vraie vie". Cela dit, je comprends qu'ils ne sont pas applicables toujours facilement et qu'on ne voit pas toujours les résultats à court terme.
  18. Nancy 13 mars 2014 à 18 h 59 min
    Mon j'ai utilisé ce produit et cela nous a beaucoup aidé. Mon fils mangeait très peu, et dès qu'il était malade ( otite, rhume, amygdalite.. ) ça devenait encore plus problématique . J'ai tout lu, tout essayer , j'ai été créative mais à 2 et 3 ans je ne savais plus quoi faire. Il était minuscule et suite a une chirurgie ses réserves en fer avait chutées. Je lui donnais une bouteille le matin dans un gobelet , on l'appelait mon lait du matin , il savait que c'était spécial et pour le matin seulement...j'imagine déjà tout le monde dire voyons faut pas dire cela ce n'est pas du lait ...mais chez nous ça fonctionnait ... Et il continuait de boire du vrai lait aux autres repas sans problème. Les mois ont passés et la quantité de supplément qu'on devait utiliser a baissé. Aujourd'hui, à 4 1/2 j'adore le voir manger pleins d'aliments variés et avoir un poids tout a fait acceptable. Je ne regrette pas du tout et je trouve cela très simpliste de dire que c'est de choisir la voix facile. Entres parents de jeunes enfants ne devrions-nous épauler ou lieu de nous juger ?
  19. Stéphanie Côté, nutritionniste 14 mars 2014 à 11 h 35 min
    Nancy, dans de nombreux cas, les suppléments peuvent être utiles. Il convient de les utiliser méthodiquement en ayant en tête la santé immédiate de l'enfant ainsi qu'une une vision à long terme de saine alimentation et de développement du goût. Votre exemple en témoigne.
  20. Chantal 13 mars 2014 à 19 h 57 min
    Je travaille à un hôpital pour enfants. Si vous sentez le besoin de donner un produit comme Ensure à votre enfant, c'est peut-être un signe que vous seriez mieux de demander une consultation à une clinique d'alimentation.
  21. Julie 13 mars 2014 à 20 h 16 min
    Moi je laisse ce substitut de repas à l'éducatrice de ma fille à la garderie pour le dîner. Elle est très difficile et si elle n'aime pas un repas (ce qui arrive très très souvent), elle ne mange pas. À la maison, il y a toujours une solution de rechange, mais à la garderie, si elle n'aime pas le dîner, elle ira se coucher le ventre vide pour la sieste. En tant que maman, je suis incapable d'envisager cette éventualité et je préfère qu'elle prenne le Pediasure. Je ne me sens pas coupable de le faire, au contraire, ça me soulage de savoir que ma fille aura au moins quelque chose dans le ventre. Il est clair pour moi que ça ne remplacera jamais un repas ou une collation que JE peux lui préparer. Je trouve que cette nuance n'a pas été apportée dans votre texte.
  22. Marine 14 mars 2014 à 08 h 15 min
    Cette nuance n'est pas dans le texte parce que c'est précisément pour ce type d'usage que Mme Côté dénonce ce produit... Si votre fille n'a pas de problème de santé, je suis vraiment étonné que votre garderie accepte de faire ça. C'est un drôle de message à envoyer aux autres enfants. Je ne vois pas non plus pourquoi un enfant qui a le choix entre une boisson sucrée ou un repas qui ne lui plaît pas ferait un effort pour manger.
  23. Julie 14 mars 2014 à 09 h 05 min
    Les autres enfants voient une petite fille qui boit son lait dans son gobelet comme tous les autres, à la fin du repas. Y'a pas de message là. On parle de bébés en bas de deux ans ici. On lui donne ce substitut à la fin du repas si elle n'a rien mangé parce que je crois que ça vaut mieux que juste du lait normal. Ce n'est pas du tout un choix, elle le prend comme elle prendrait son lait après le dîner, c'est la routine de la garderie. On ne lui donne pas son gobelet en même temps que son repas. Avant j'apportais de la préparation pour nourrissons et l'éducatrice avait la même consigne, si ma fille ne mangeait pas, elle lui donnait de la préparation au lieu du lait 3,25%. Ma fille n'a pas développé de goût particulier pour les aliments sucrés puisque le substitut de repas est utilisé occasionnellement. Il n'y a rien de ce genre à la maison.
  24. Stéphanie Côté, nutritionniste 14 mars 2014 à 11 h 40 min
    Julie, il est vrai chaque enfant apprend à connaître les aliments à son rythme. Ce peut être plus long pour certains. L'important est de continuer à lui offrir des aliments variés même s'il n'aime pas tout, sans toutefois le forcer à manger. Ainsi, il se familiarisera avec les aliments dans un contexte agréable et finira par "oser" leur goûter.
  25. Julie L. 14 mars 2014 à 07 h 25 min
    Le pédiatre vient justement de nous prescrire ce produit... et il est beaucoup plus facile pour nous de faire manger à notre enfant des avocats que de lui faire boire ca! C'est qu'elle a une coupure dans sa courbe de croissance (de poids)... et pourtant elle mange de tout! Difficile comme parent de savoir s'il faut toujours écouter les docteurs et insister auprès de l'enfant de boire quelque chose qu'on ne trouve pas très bon au goût... on ne veut pas non plus lui causer plus tard des troubles alimentaires!
  26. Soso 14 mars 2014 à 21 h 51 min
    Cette chronique a fait couler beaucoup d'encre! Wow, l'alimentation est vraiment un enjeu important. Quant à nous, parents d'un petit garçon de 4 ans qui mangeait de tout jusqu'à 18 mois, et qui est devenu un peu difficile ensuite, on utilise parfois des incitatifs à la table. Du genre: mange tes légumes, tu patineras plus vite, ou encore mange une bouchée de légumineuses, tu verras tes muscles seront forts. Ca fonctionne un peu, alors pourquoi pas on se dit. Ma mère me disait bien de manger mes légumes et que j'aurai de beaux cheveux(!)

    Les substituts de repas, toutefois, il faut faire attention. Tout ce qui est transformé doit avoir une attention particulière.
  27. Justine Rouette 18 mars 2014 à 16 h 07 min
    Allô Stéphanie!
    Excellente chronique! Tout à fait d'accord!!!
    J'y référerai les parents de mes patients...
  28. Stéphanie Côté, nutritionniste 19 mars 2014 à 09 h 07 min
    Bonjour Justine! Merci. Je suis heureuse de voir mon travail officiellement approuvé par un pédiatre! ;-)

Partager