Des grands-parents «gâteaux»

Des grands-parents «gâteaux»
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
4 mars 2011

Ah, les grands-parents! Que ferait-on sans eux? Ils gardent nos enfants et les dorlotent. Ils veulent ce qu’il y a de mieux pour nos trésors, mais ils veulent aussi les gâter.
Craignez-vous qu’à trop les gâter, ils en viennent à gâcher vos efforts de saine alimentation?

C’est possible, si on se fie à certaines études scientifiques, dont une menée en Grande-Bretagne auprès de 12 000 bambins de 9 mois à 3 ans. Les résultats publiés dans l’International Journal of Obesity l’hiver dernier révèlent que les enfants qui se font garder par leurs grands-parents à temps plein présentent 34 % de plus de risque d’avoir un surpoids, et 15 % de plus s’ils sont à la charge de leurs grands-parents à temps partiel. Les gâteries et le faible niveau d’activité physique pourraient expliquer en partie le phénomène.

Mais ce n’est pas une fatalité. Peut-être faut-il discuter avec nos parents et beaux-parents de certains principes que l’on tente d’appliquer. Loin de moi l’idée de jouer à la police, de contrôler et de commenter la moindre action. Je choisis mes batailles. J’ai des principes auxquels on ne touche pas. Voici lesquels :

Manger à sa faim
Je n’accepte pas que mes parents ou beaux-parents forcent mes enfants à finir leur assiette. Et je reprends poliment celui qui félicite Laura ou Benjamin d’avoir tout mangé. Je reste sur mes positions, même si on me répond « elle n’a plus faim pour son repas, alors elle n’a plus faim pour son dessert ». Désolée, mais oui, elle a droit au dessert.

Tout est permis
Il n’y a pas de « bons » ou de « mauvais » aliments. « Cochonneries » ne fait pas partie de mon vocabulaire. Je suis d’accord pour « gâteries », qui sous-entend que certains aliments sont occasionnels, mais en aucun cas interdits. Et on ne parle pas de poids.

Plaisir
Les repas sont l’occasion de resserrer des liens, de parler, d’écouter, de fournir un modèle positif aux enfants, de favoriser les découvertes de nouveaux aliments et une relation harmonieuse avec les aliments, et plus encore. Les sujets de discussion agréables sont les seuls acceptés au menu.

Pour le reste, je n’interviens pas. Devant la crème glacée garnie de Smarties ou le Jello-O garni d’oursons en gelée, je souris. Quand les craquelins risquent de gâcher le souper, je me tais. Quand les enfants boivent plus de jus que d’eau, je laisse faire. À la fréquence de nos visites, ça reste occasionnel. Je ne m’inquiète pas des conséquences. Les enfants se laissent gâter et le regard qu’ils me lancent me confirme qu’ils savent que c’est « spécial ». Et pourquoi pas? Tous les grands-parents que je connais veulent se prévaloir de leur droit à gâter leurs petits-enfants!

Et je m’en voudrais de passer sous silence tous les louables efforts de mes parents et beaux-parents. Des légumes à tous les repas, des fruits en collation, du yogourt nature, du poisson régulièrement, et j’en passe.

Et vous, êtes-vous parfois en désaccord avec les façons de faire de vos parents envers vos enfants, côté bouffe? Intervenez-vous?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (9)

  1. Sophie 5 mars 2011 à 03 h 50 min

     Je suis une maman qui prône la bonne alimentation quotidienne.  Par contre, nous pouvons faire des excès souvent le vendredi...Lorsque nous visitons grand-maman et grand-papa, les enfants ont souvent des surprises, qui leurs fait un grand bonheur au dessert!  Ils mangent des Smarties, etc...Je n'ai rien contre ça, au contraire, ce seront des petits souvenirs que mes enfants conserveront à part bien d'autres!

  2. Carole 7 mars 2011 à 13 h 42 min
    Bonjour,

    Très à point le blogue, je viens de passer le week end chez ma mère et j'ai aussi des problèmes quand on félicite ma fille d'avoir bien (tout) manger. Par contre, pour donner du dessert quand les enfants ne mangent pas le repas principal, je comprends le princip derrière qui veut que si on interdit des choses elles deviennent plus attrayantes, mais comment on fait pour que l'enfant comprenne qu'il ne peut pas se nourrir exclusivement de dessert?

    Merci pour le blogue!!
  3. Mélanie 7 mars 2011 à 17 h 18 min
    Bonjour,

    J'ai quelque fois un petit pincement, mais je me tais, mes enfants savent que ce qui se passe chez Grand-maman, c'est différent de la maison, et que c'est spécial. Par contre je n'ai pas apprécié la dernière journée passée avec "matante"... Déjeuner très sucré, pas dîné, collation aux bonbons, boisson fruitée et sucrée... Ouf! Quand moon garçon m'a raconté sa journée, j'ai bien failli m'évanouir :) Je me pose la question maintenant: gâteries occasionnelles, oui, mais une journée comme ça, devrais-je poser certaines limites à la "matante" en question la prochaine fois, ou continuer de me taire?
  4. Annabelle 8 mars 2011 à 03 h 25 min
    Bonjour,

    Moi quand mes enfants vont chez leur grands-parents ça ne me dérange pas vraiment qu'ils mangent des bonbons ou du chocolat. Le seul problème c'est que plus souvent qu'autrement c'est les grands-parents qui viennent chez nous et par le fait même emmenent les bonbons et autres friandises avec eux. C'est comme ça à chaque visite. Ma plus petite (2 ans) ne dit même plus bonjour lorsqu'elle les voient mais dit, bonbon??? et fouille dans leurs poches!!!
    Je suis tellement frustré de cette situation et je leur dit... biensûr!!! Ils arrêtent pour une visite ou deux puis reccomencent... c'est juste pour faire plaisir c'est pas grâve qu'ils me disent! De toute façon mes enfants sont bien content sur le coup de leurs friandises puis je les rangent,ils oublient puis...je les jettent!!!
  5. Stephanie Cote 9 mars 2011 à 19 h 31 min
    @Carole, je vais bientôt consacrer un billet au dessert, car votre question rejoint plusieurs parents également. Pour ne pas que l'enfant se nourrisse seulement de dessert, on doit offrir une seule portion de dessert. S'il a encore faim, on peut lui offrir de terminer son assiette principale. Résistez aussi à ses demandes 30 minutes après le repas s'il veut manger. Mieux vaut attendre la collation prévue.

    @Mélanie, c'est délicat comme problème. J'aurais tendance à discuter du fait qu'on peut gâter les enfants autrement qu'avec des friandises. On peut miser sur des activités ou une sortie spéciale, par exemple. Je lui proposerais gentiment de choisir une seule gâterie pour la journée, si possible. Expliquez-lui que vos enfants peuvent en manger, mais qu'il est bien de leur apprendre à associer d'autres types d'aliments avec le plaisir d'être ensemble.

    @Annabelle, je vous recommande la même chose qu'à Mélanie, à savoir que le bonheur de voir les grands-parents n'a pas besoin d'inclure des bonbons. Il y a tellement d'autres sources de plaisir et de gâteries!

    Merci pour vos commentaires.
  6. Louise 10 mars 2011 à 04 h 18 min
    Je suis une grand mère et je garde ma petite fille un jour par semaine. Oui j'aime bien la gâter, mais nous sortons dehors pour faire de l'exercise. Mais je ne ferais pas cela a tous les jours. Elle mange ce que je lui donne. Donc s'il n'y a pas ge gâterie c'est correct et quand il y en a, c'est correct aussi. Ce qu'elle apprécie surtout c'est le temps que je lui donne surtout a faire toutes sortes d'activités. C'est merveilleux passer du temps avec ses petites enfants, chose qu'on n'avait pas toujours en temps avec nos propres enfants.
  7. Stephanie Cote 10 mars 2011 à 13 h 21 min
    Votre témoignage est très beau Louise, autant que votre relation avec votre petite-fille doit être belle.
  8. Karine 21 mars 2011 à 00 h 58 min
    Ma belle-mère semble penser que nous ne faisons pas manger notre fille, quand elle est chez elle elle sort le yogourt, la compote sucrée, la crème brûlée etc... (rien de santé!) Elle a une mauvaise relation avec la bouffe, elle même mange tout le temps et quand elle part en voyage, au retour nous parle seulement de ses repas. Je ne parviens pas à lui faire comprendre qu'à 14 mois bébé mange ses 3 repas, bois ses biberons + dessert style puré de fruit ect... et qu'elle n'a pas besoin de sucrerie. Et qu'elle n'a surtout pas faim en permanence! Donc puisqu'elle ne comprend rien, elle ne garde plus ma fille. C'est pas parce qu'un bébé pleure qu'il a faim!
  9. Leidy 27 mai 2011 à 22 h 32 min
    Got it! Thkans a lot again for helping me out!