La sexualité durant la grossesse: questions et réponses

La sexualité durant la grossesse: questions et réponses

Plusieurs couples qui attendent un enfant se posent le genre de questions suivantes : pouvons-nous continuer d’avoir des relations sexuelles pendant la grossesse? Y a-t-il des risques de fausse couche ou d’accouchement prématuré? Cela pourrait-il nuire au bébé?

Pour la plupart des couples, les rapports sexuels durant la grossesse sont sans danger. L’orgasme et la stimulation des seins peuvent causer des contractions de l’utérus, mais si la grossesse se passe bien, il n’y a pas de risque de fausse couche ou d’accouchement prématuré.

Durant un rapport sexuel, le pénis ne touche pas le bébé. L’utérus et les membranes amniotiques protègent bien le bébé. De plus, le bouchon muqueux situé à l’entrée du col de l’utérus empêche les bactéries et le sperme de pénétrer dans l’utérus. Toutefois, par mesure de sécurité, il vaut mieux interrompre immédiatement un rapport sexuel si cela cause de la douleur ou de l’inconfort.

Voici d’autres questions courantes à propos de la sexualité pendant la grossesse.



Quand faut-il s’abstenir d’avoir des relations vaginales?

Si vous avez une relation sexuelle à risque durant la grossesse, il est important d’utiliser un moyen de protection comme le condom. Il faut éviter que votre partenaire ou vous-même contractiez une infection transmissible sexuellement (ITS), comme la chlamydia, la gonorrhée, le VIH ou la syphilis.

Voici les circonstances dans lesquelles un professionnel de la santé pourrait vous déconseiller les relations vaginales ou d’autres formes d’activité sexuelle avec pénétration :

  • Si vous remarquez des pertes de sang ou de liquide amniotique.
  • Si vous avez eu un travail prématuré lors d’une grossesse précédente. L’ocytocine libérée au moment de l’orgasme provoque des contractions utérines et celles-ci peuvent provoquer un travail prématuré.
  • Les relations vaginales représentent un danger si les membranes qui enveloppent le bébé se sont rompues, car cela augmente les risques d’infection.
  • Il est préférable de cesser les relations vaginales si le placenta est placé trop bas. Cet état peut entraîner des saignements importants et déclencher un accouchement prématuré. Cela peut survenir même si vous n’avez pas de relations vaginales.
  • Si vous portez plus d’un enfant, votre médecin peut vous suggérer de cesser les rapports sexuels plus tôt.

Le désir sexuel d’une femme enceinte change-t-il?

Chaque femme vit la grossesse de manière différente. Il est possible que les sentiments d’une femme enceinte à l’endroit de la sexualité varient durant cette période. La grossesse peut avoir ou non une incidence sur le désir, les besoins et le degré de satisfaction durant les rapports sexuels. Les émotions et les réactions à l’égard de la sexualité peuvent changer chaque trimestre.

Voici certains changements observés couramment chez les femmes enceintes :

  • Une sensation d’épuisement, des poussées hormonales, une hypersensibilité des seins et un sentiment de gêne causé par la prise de poids peuvent nuire à la libido. Parfois, il suffit de se reposer pour retrouver son énergie et son désir sexuel.
  • Plusieurs femmes constatent que la grossesse augmente leur libido en raison des hormones qui s’activent. Certaines se sentent aussi plus désirables en raison de leurs nouvelles rondeurs voluptueuses.
  • Certaines femmes ont les seins hypersensibles ou douloureux. Si c’est votre cas, incitez votre partenaire à explorer d’autres parties de votre corps.
  • L’augmentation de l’afflux sanguin dans la région pelvienne peut créer un engorgement dans les parties génitales et accroître la sensibilité dans cette zone. Certaines trouvent cela très agréable, d’autres au contraire éprouvent de l’inconfort.
  • Certaines femmes constatent une sécheresse vaginale et une diminution de lubrifiant naturel. Plusieurs types de lubrifiants sont offerts en pharmacie pour pallier ce problème. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour savoir quel produit vous convient le mieux.

Le désir sexuel selon les trimestres de la grossesse

1er trimestre

En raison des inconforts liés au début de la grossesse (tels la fatigue, les nausées et les seins sensibles), plusieurs femmes perdent l’envie de faire l’amour durant le 1er trimestre. Des caresses – ailleurs que sur les seins – peuvent toutefois être bien reçues.

2e trimestre

Chez plusieurs femmes, les désagréments du 1er trimestre cessent durant le 2e trimestre, ce qui peut favoriser une augmentation de la libido. Le désir sexuel peut même s’intensifier en raison de l’augmentation de l’afflux sanguin dans le vagin et d’un écoulement vaginal plus abondant. Certaines femmes peuvent même ressentir une plus grande satisfaction sexuelle qu’avant la grossesse.

Par contre, certaines éprouvent moins de désir parce qu’elles ont l’impression d’être moins attirantes en raison de leur ventre qui grossit. D’autres, au contraire, se sentent plus séduisantes, plus féminines en raison de leurs courbes plus généreuses.

3e trimestre

Plusieurs femmes voient leur libido diminuer au cours du 3e trimestre à cause de la taille croissante du bébé et des désagréments qui en découlent. Elles peuvent ressentir de l’essoufflement, de la fatigue, une envie fréquente d’uriner, des crampes dans les jambes, et une pression dans la région pelvienne causée par le bébé qui descend dans le bassin.

Vers la fin de la grossesse, certaines femmes peuvent toutefois ressentir des orgasmes plus forts, ce qui peut procurer un plus grand plaisir sexuel. De plus, une hormone libérée durant l’orgasme, l’ocytocine, fait contracter l’utérus. Ce qui peut accélérer le travail à la fin de la grossesse. Ce type de contraction peut toutefois procurer une sensation de crampes après l’orgasme qui s’estompera. Ce phénomène est tout à fait normal.

Soyez créatifs!
Essayez de nouvelles choses. Expérimentez. La clé de la réussite, c’est le dialogue. N’hésitez pas à informer votre partenaire de vos pratiques préférées et de ce que vous aimez le moins. N’oubliez pas qu’il existe divers moyens de donner et d’éprouver du plaisir sans avoir recours à la pénétration. Le but véritable de vos échanges peut davantage être mis sur l’enrichissement de votre relation plutôt que sur l’orgasme.

Le désir sexuel de l’homme peut-il changer?

Parfois, le désir sexuel de l’homme change; parfois, il reste le même. Certains hommes continuent de trouver leur partenaire désirable durant toute la grossesse, peu importe les changements corporels que cela entraîne. L’attirance d’un homme envers sa partenaire peut même augmenter durant la grossesse.

Toutefois, il peut arriver que le désir de l’homme soit altéré pour toutes sortes de raisons : la peur de blesser le bébé, le changement d’apparence de sa conjointe, la difficulté d’imaginer sa conjointe portant un enfant dans un rôle sexuel, etc.

Plusieurs hommes refusent d’en parler. Certaines femmes enceintes s’en accommodent parce que leur propre désir sexuel est faible. D’autres ont de la difficulté à l’accepter. Si cela vous arrive, parlez-en à votre médecin ou à votre sage-femme. Ils peuvent vous aider sans vous juger.

Quelles positions sexuelles conviennent le mieux?

Adoptez des positions qui sont à la fois confortables et agréables pour vous deux.

Durant la grossesse, votre relation amoureuse avec votre partenaire évolue. Il en va de même pour vos rapports sexuels. Ces deux aspects de votre vie de couple sont fondés sur un échange de points de vue, d’idées et de croyances.

Il existe une multitude de positions possibles et, selon le trimestre, une femme peut trouver que certaines sont plus confortables que d’autres lorsque l’utérus prend de l’expansion. Par exemple, à partir du 4e mois de grossesse, il est conseillé à la femme enceinte de mettre un coussin sous la hanche droite lorsqu’elle est couchée sur le dos durant la relation sexuelle. Cet ajustement permettra d’éviter des étourdissements provoqués par le poids de l’utérus sur la veine cave inférieure.

Par ailleurs, sachez qu’il n’est pas recommandé pour les couples qui pratiquent la pénétration anale d’alterner avec la pénétration vaginale. Cette pratique risque d’introduire dans le vagin des bactéries qui peuvent provoquer des infections.

La sexualité sans relations vaginales

Les relations vaginales ne sont pas la seule façon de vivre des moments d’intimité dans un couple. Si la femme n’est pas intéressée par ce type de relation, que cela lui cause de l’inconfort ou que le médecin a recommandé d’éviter la pénétration, il existe bien d’autres façons de s’aimer et de se donner du plaisir.

  • Les bains, les massages doux, les caresses et les câlins constituent d’excellents moyens de maintenir le contact physique avec votre partenaire.
  • Si cela vous convient ainsi qu’à votre partenaire, vous pouvez pratiquer la masturbation solitaire ou mutuelle au lieu de la pénétration vaginale.
  • Vous pouvez également recourir au sexe oral (ce qu’on appelle souvent le « cunnilingus » pour la femme et la « fellation » pour l’homme). Toutefois, il est important de savoir qu’il peut être dangereux de souffler de l’air dans le vagin, surtout durant les dernières semaines de la grossesse.

Comment puis-je éviter que l’autre se sente rejeté?

Il est possible que vous traversiez des moments difficiles si votre partenaire ou vous-même vivez des pannes de désir sexuel.

Il est important que ni vous ni votre partenaire n’interprétiez ces pannes de désir comme des preuves d’un manque d’amour. La grossesse est une période exigeante pour vous deux. Vous devez donc vous appuyer mutuellement.

Si votre vie sexuelle vous préoccupe, vous devez en parler. Discutez de vos préoccupations et de vos besoins respectifs avec franchise et amour, et tentez de trouver des solutions qui vous permettront d’être heureux ensemble. Vous pouvez aussi en parler à votre médecin, à votre sage-femme ou à une sexologue.

 

Naitre et grandir.com

      Révision scientifique : Lise Ross, infirmière, M.Sc., Centre des naissances du CHUM
      Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
      Mise à jour : Janvier 2014

 

Référence

  • LADEWIG, Patricia et al. Maternal & Child Nursing Care. 3e édition, Upper Saddle River, Prentice Hall, 2011.

À lire aussi