Les casse-têtes

Les casse-têtes

Les casse-têtes développent plusieurs habiletés chez l’enfant. Comment choisir le bon casse-tête?

Les casse-têtes sont des jeux de patience très appréciés des enfants. En plus d’être amusante, cette activité stimule plusieurs aspects de leur développement.



Les bienfaits des casse-têtes

Lorsqu’il fait des casse-têtes, l’enfant développe :

  • sa concentration, car il doit fixer son attention sur la tâche à faire;
  • sa patience, puisqu’il ne trouvera pas où placer la pièce du premier coup;
  • sa perception des couleurs, des formes et de l’espace;
  • sa coordination œil-main lorsqu’il saisit une pièce, la dirige vers l’emplacement approprié et l’y dépose;
  • sa capacité à réfléchir lorsqu’il observe la forme de chaque pièce, car il fait des liens avec les emplacements destinés à recevoir les pièces;
  • sa mémoire quand il refait un même casse-tête et qu’il tente de se rappeler où allaient les pièces;
  • son souci du détail, particulièrement chez les enfants d’âge préscolaire qui font des casse-têtes comprenant de plus petits morceaux;
  • sa confiance en lui, car il ressent beaucoup de fierté lorsque le casse-tête est terminé, surtout s’il l’a fait tout seul (ou presque).

Des casse-têtes appropriés

Comme pour tout jouet, mieux vaut éviter de tomber dans le piège de penser que notre enfant est en avance sur les autres en choisissant un casse-tête trop complexe pour lui. C’est le meilleur moyen de lui faire détester cette activité. Si le casse-tête est adapté à ses capacités, l’enfant y prendra plaisir. L’activité pourra devenir de plus en plus complexe à mesure qu’il vieillit.

Avant 2 ans

À cet âge, l’enfant tente, par essais et erreurs, d’associer une forme à l’emplacement qui lui est destiné. Les casse-têtes en bois avec des pièces munies d’une petite tige et indépendantes les unes des autres sont à privilégier. Les tiges facilitent la manipulation et l’enfant doit trouver l’espace où chaque pièce s’insère.

Entre 2 ans et 3 ans

L’enfant s’intéresse aux casse-têtes comportant environ 4 pièces qui reproduisent une image simple dont le thème est familier à l’enfant (ex. : les animaux de la ferme, le zoo…). Les pièces doivent être grosses et épaisses pour être plus faciles à manipuler.

L’habileté d’un enfant à faire des casse-têtes ne dépend pas seulement de son âge, mais aussi du temps qu’il a passé à s’exercer à en faire.

Vers 3 ans

L’enfant ne procède plus par essais et erreurs. Il observe plutôt la forme de chacune des pièces et de chacune des cavités pour les associer correctement. Il peut probablement faire un casse-tête de 6 à 10 pièces.

Vers 4 ans

Peu à peu, le casse-tête de carton remplace le casse-tête de bois. En général, l’enfant peut faire des casse-têtes de 10 à 15 pièces, ou plus s’il en fait depuis longtemps.

Comment aider votre enfant?

Devant un casse-tête, votre enfant est peut-être porté à renverser toutes les pièces sur la table. Pour l’aider à trouver où mettre les morceaux, utilisez cette méthode simple.

  • Placez le casse-tête devant votre enfant.
  • Encouragez votre enfant à prendre chacune des pièces du casse-tête et à les déposer une par une sur la table, pour bien les voir.
  • Invitez votre enfant à regarder la forme et les couleurs des pièces et à essayer de trouver l’endroit où elles vont.
  • Suggérez à votre enfant de toucher les bords du morceau à placer : est-il droit, courbe, pointu?

Maintenir l’intérêt

Lorsque votre enfant fait facilement des casse-têtes qu’il a déjà, vous pouvez ajouter de petits défis pour rendre le jeu plus complexe. Pour prolonger l’utilisation d’un casse-tête à encastrer dont les pièces représentent chacune un objet en soi (ex. auto, chien, lapin…), vous pouvez par exemple :

  • inviter votre enfant à retourner les pièces face contre table et lui demander : « Cette pièce représente-t-elle l’auto ou l’avion? » Pour réussir, il doit reconnaître chacune des pièces à partir de leur forme inversée;
  • placer les pièces du casse-tête dans un contenant ou dans le sable. En manipulant chacune des pièces sans les voir, votre enfant doit alors identifier ce qu’il touche. Demandez-lui : « Que touches-tu? Le bateau ou le train? » Pour augmenter le plaisir, participez au jeu et essayez de deviner ce que vous touchez. Ce sera encore plus drôle si maman ou papa prend le train pour l’auto.

 

Naitre et grandir.com

      Adaptation web : Équipe Naître et grandir
      Recherche et rédaction : Francine Ferland, ergothérapeute
      Avril 2012

 

À lire aussi