Pourquoi y a-t-il des enfants «difficiles»?

Pourquoi y a-t-il des enfants «difficiles»?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
9 février 2017

Pensez à un aliment que vous n’aimez pas. Que vous n’aimez vraiment pas. Quel est-il? Un champignon, le poisson, le tofu, peut-être? Le simple fait d’y penser vous fait grimacer. Imaginez-vous qu’on vous force à le mettre dans votre bouche. Nooooon, pas question! J’imagine votre dégoût, voire votre stress qui monte d’un cran.

Maintenant, pensez à votre enfant qui n’aime pas certains aliments. Qu’il y en ait 1, 10 ou 25, chacun suscite chez lui une réaction similaire de dégoût. Si on le force à manger un aliment ou même seulement à y goûter, l’anxiété et la peur s’emparent de lui. Au secours! Il panique. Il ne réfléchit pas, il réagit. C’est hormonal, l’adrénaline l’y pousse.

Ne paniquez pas à votre tour, ça ne règlerait rien. Analysons plutôt calmement le phénomène. Pourquoi y a-t-il des enfants « difficiles »?

C’est génétique
La génétique a un peu à voir là-dedans. Un peu. Les gènes déterminent en partie la perception des saveurs et autres sensations. Comme deux enfants de la même famille peuvent avoir des yeux de couleur différente, ils peuvent aussi avoir des goûts différents. Si je pense à ma fille qui déteste le beurre d’arachide alors que son frère l’adore littéralement, je le conçois aisément.

C’est physiologique
Les enfants détectent chacun à leur manière les saveurs et les textures. Ceux qui sont hypersensibles refusent plus d’aliments, parce que toutes les sensations sont plus intenses pour eux. D’ailleurs, saviez-vous que les enfants en général ont les sens plus aiguisés que les adultes? Ils perçoivent les aliments différemment et plus intensément que vous. Cela s’atténue au fil des années. Et comme vers l’âge de 6 ans, ils prennent davantage conscience des agissements des autres, leur ouverture à l’égard des aliments s’améliore.

C’est… un peu notre faute
Les facteurs précédents sont incontrôlables, mais ne sont pas les plus déterminants. Ce qui influence le plus l’attitude et les comportements d’un enfant à table, ce sont… les attitudes et les comportements qu’adoptent ses parents. Une amie me disait récemment, un peu découragée, que ses enfants étaient très difficiles. Du même souffle, elle ajoutait que son mari l’était au moins autant. Inutile de chercher plus loin. Les enfants ont beau avoir l’exemple d’un parent qui cuisine et mange de tout, la fermeture et les commentaires négatifs de l’autre parent s’imprègnent en eux.

Puis, sans être difficile à l’extrême, notre enfant a souvent les mêmes aversions que nous. Premièrement parce qu’on ne cuisine pas ces aliments qui nous rebutent et qu’ils ne deviennent jamais familiers. Deuxièmement parce que lorsqu’on les voit, notre réflexe n’est pas d’en parler positivement.

Par chance, on peut changer la donne. Dans mon prochain blogue, je vais vous proposer quelques stratégies pour vos enfants « difficiles ».

 

Photo : GettyImages/zlikovec

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (16)

  1. Jacynthe 9 février 2017 à 20 h 01 min
    Merci pour l'info et pour le prochain blogue, je vais vraiment le lire attentivement, j'en ai besoin
  2. Natalia Lessa 9 février 2017 à 22 h 10 min
    J'aimerais savoir comment je pourrais savoir la différence entre un enfant difficile ou un trouble alimentaire sélectif. Merci.
  3. Ingrid 10 février 2017 à 00 h 42 min
    Bonjour j'ai hâte de lire vos stratégies pour vos enfants " difficiles " merci
  4. sandra 10 février 2017 à 05 h 54 min
    Au secour! Mon grand de 12 ans ne mange rien et ce depuis qu'il est tout petit! Il a une aversion total pour la bonne nourriture. Au fil des ans j'ai tentée plusieurs approche différente , rien n'y fait. J'ai abandonné tout espoir depuis 1ans. Souvent il se faisait levé le coeur avec une bouchée que je lui exigeait de prendre..je vous dis aucun legume,fruit cru,fromage,pate. ..il ne mange que de la viande et des patates. Est - il possible que ça découle d'un problème qui lui a été finalement diagnostiqué à 9ans, tdah oppositionel ? Son père est sensiblement comme lui mais bcp plus ouvert...
  5. Stéphanie Côté 16 février 2017 à 03 h 48 min
    Sandra, la meilleure approche serait de rencontrer une nutritionniste en pratique privée, car il y a sûrement plusieurs aspects à regarder en profondeur avec vous.
  6. Sandra 16 février 2017 à 14 h 12 min
    Merci pour votre réponse , malheureusement j'ai déjà contacté une nutritionniste mais on m'envoie vers un psy, qui lui m'envoie à un autre professionnel et ainsi de suite😕 donc au final j'attendrai de voir vos autres trucs!
  7. Nadine Coulombe 19 février 2017 à 14 h 48 min
    Bonne chance et ne lâchez pas. Bonne chance pour ne pas vous décourager.
  8. Twin 11 février 2017 à 15 h 02 min
    Je suis au moins d'accord ! J'adore tous les aliments et je suis extrêmement curieuse. Je nai jamais été difficile. Pourtant mes puces le sont ! Avec mon conjoint elles mangent de tout et avec moi ce sont des oisillons ! Je n'y comprends rien. Bébé les deux détestaient les patates en purée et même les.patates douces ! C'est rare... Brefff.... je ne sais pas d'où vient pourquoi les enfants sont si dif
  9. Caroline 15 février 2017 à 20 h 54 min
    Le problème de mon petit difficile de 3 ans?? Au secours, il ne mange que des fruits et des légumes! (crus ou cuit à la vapeur sans rien...) Il a été suivi pour retard pondéral tellement il mangeait peu. Pas assez de calories. Nous avons réussi au bout d'un an de dur travail (rendre l'heure du repas agréable, enrichir sa nourriture au maximum, ne pas faire les trucs de disciplines qu'on prend pour les enfants en général mais bien ceux adaptés pour ne pas aggraver ses carences, etc.) J'ai eu la chance de pouvoir consulter rapidement une diététiste du CLSC qui nous a donné d'excellents conseils adaptés à notre quotidien. J'ai hâte de voir s'il y aura des recoupements dans votre prochain blog que j'attend avec impatience. Il est intéressant de noter que nous avons aussi un parent difficile à la maison (monsieur papa) qui essaie bien de cacher son jeu mais... comme vous mentionnez il ne va pas parler positivement des nombreux aliments qu'il n'aime pas et nous ne les avons pas aussi souvent au menu.
  10. Lilianne 16 février 2017 à 14 h 02 min
    Quand? Quand?
  11. Nathalie 16 février 2017 à 14 h 49 min
    Bonjour, mon garçon a 5 ans et cela a toujours été difficile avec la nourriture. Quand il a eu l'âge de manger des morceaux vers 8-9 mois il ne voulait absolument rien savoir, ça été l'enfer jusqu'à 13 mois. Depuis, il s'améliore mais il y a certaines textures qu'il n'aiment pas, comme des morceaux de fruits dans le yogourt, et autre. Il est suivi en ergothérapie présentement pour ses retards d'apprentissage préscolaires et c'est à l'évaluation que nous avons appris qu'il a des particularités au niveau du traitement de l'information sensorielle, il est hyper réactif au niveau oral, tactile et statique, ce qui est explique ses difficultés avec la nourriture. Maintenant que nous connaissons ses particularités sensorielles cela nous aide beaucoup à mieux le comprendre et comprendre ses réactions.
  12. Sonia 17 février 2017 à 08 h 59 min
    Je comprends ce que vous dites. Mon fils n'était pas très difficile avant l'âge de 4 ans. Il a aujourd'hui 7 ans et on dirait qu'il n'aime plus rien même ce qu'il aimait avant. Ni moi, ni mon conjoint ne sommes difficiles et il peu d'aliments que nous n'aimons pas. Les repas sont parfois très désagréable car il n'aime plus ce qu'il mangeait
  13. Isabelle 18 février 2017 à 15 h 45 min
    Je ne sais pas trop si je suis encouragée ou découragée en lisant les commentaires... Mon petit dernier a 2 ans 4 mois et est très sélectif. Il mange très peu d'aliments et ne goûte rien de nouveau depuis environ 1 an... Je pensais qu'une fois la crise du 2 ans passée, j'arriverais à le convaincre, mais je lis que ça peut durer longtemps ! J'ai aussi très hâte de lire le prochain.
  14. Caroline 18 février 2017 à 20 h 55 min
    Jai bien hate de lire votre prochain article avec la petite fille difficile que jai a la maiso, 4 ans. Elle naime pas la viande, les oeufs, le poulet, les poisson fruits de mer...elle a dailleurs dedain des odeurs de ces dernieres..naime pas les aliments melanges. Nexperimente pas les aliments nouveaux. Pourtant, le reste de la famille mange bien, varié et essaie des nouveaux trucs! Des l'age de 9 mois elle refusait les purees de viandes, ca dure depuis toujours!ah...jai tellement hate que ca evolue!!!!
  15. Viky 19 février 2017 à 05 h 53 min
    Bonjour, mon garçon a 2 ans et demi est difficile avec la nourriture, mais il adore aller tout seul dans le frigo est cherche des choses a manger, par contre, si moi je lui propose la même chose il refus de manger, haha plus il adore de goûté et des fois de manger ce qu'il y a dans l’assiette de son papa et même dans les assiette de nos voisins lol ... :) Mon opinion si vous voudriez que votre enfant mange un chose laisse le traîné dans la maison quelle que par...le meilleur nutritionniste = mama (mon opinion)
  16. Viky 19 février 2017 à 06 h 55 min
    je ne suis pas si c'est correct, mais j'ai tout le temps des résultats positive, de manger par tout dans la maison a côte des enfants, parce qu'ils voient, ils sentent et ils demande, comme qu'est-ce qu'il y a dans t'on assiette..., est-ce que je peux goûter ...

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation