La meilleure compote du monde

La meilleure compote du monde
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
21 septembre 2014

Chaque année depuis toujours (« leur » toujours), mes enfants vont cueillir des pommes, que ce soit avec la famille ou le service de garde. J’ai donc plus d’un tour dans mon sac pour cuisiner les pommes « puckées »! Mais, ce qui revient chaque année, à la demande générale, c’est la compote. Elle a été élue la meilleure compote du monde par la firme Laura & Benjamin. Ben quoi, vous ne croyez pas mes enfants capables d’objectivité et d’impartialité?

Au fil des ans, j’ai testé plusieurs recettes et techniques pour préparer la compote. Quand je dis « recettes », je ne parle pas de mesurer des ingrédients et de suivre précisément des étapes de préparation. Dès que je peux, j’adopte la technique « à peu près » en cuisine. La compote s’y prête parfaitement. J’ai toutefois toujours conservé ce qui allait le mieux d’année en année, en cherchant des solutions pour les « irritants ». Voici donc l’histoire résumée de l’évolution de ma compote.

Ère compliquée

Je pèle, ôte le cœur et coupe les pommes en gros morceaux. Peler chaaaaque pomme : c’est looooong! Sans compter que jeter la pelure nous prive d’une partie des fibres alimentaires et des antioxydants de la pomme. Cela dit, les étapes suivantes sont hyper simples. On fait cuire les morceaux de pommes avec un peu d’eau dans une grande casserole pendant 25-30 minutes. Ça prend environ 125 ml d’eau pour 10 pommes. Les pommes deviennent compote toutes seules! On peut y conserver des morceaux ou la réduire en purée plus lisse.

Bref, premier irritant à éliminer : l’épluchage. Ce qui marque dont l’évolution de ma préparation vers… le non-épluchage!

Ère allégée

Je décide donc de laisser la pelure. J’enlève seulement le coeur des pommes. Le temps de préparation diminue de moitié au moins, j’adooore! Après la cuisson, je passe les pommes cuites au presse-purée pour obtenir une compote lisse et légèrement rosée grâce à la pelure. Heureuse de rentabiliser le presse-purée que j’ai acheté pour préparer les purées de bébé, j’ai adopté la technique durant environ 3 ans.

Points faibles : si la pelure était présente à la cuisson, la plus grande partie reste dans le presse-purée et est donc perdue. Jeter cette pulpe et nettoyer le presse-purée sont des irritants que j’acceptais relativement bien. On ne cuisine pas sans laver de vaisselle, alors tout était normal. Je me croyais arrivée au bout de l’évolution, jusqu’au moment-clé où mon collègue Philippe, nutritionniste et chef, m’a demandé : « Pourquoi tu ne mets pas tout dans le blender? » Ma réponse a été aussi bête que : « Euh… parce que je n’y ai pas pensé ». C’est donc le point tournant de la nouvelle ère.

Ère optimisée

Après la cuisson, je mets donc tout au blender. Point! La préparation avant et après cuisson est simple et rapide. La pelure et tout ce qui vient avec est conservé. Le récipient du mélangeur se lave rapidement et des fois, il prend simplement la direction du lave-vaisselle.

J’ai trouvé la technique qui me convient, mais ce n’est pas une raison pour cesser d’innover. Je varie les ingrédients qui accompagnent les pommes, en ajoutant par exemple de la cannelle ou de la cardamone. Mais c’est avec les fruits que je m’amuse le plus. Et je demande à mes enfants leurs idées. Les couleurs et les saveurs sont renouvelées au gré des inspirations… et de ce qu’il y a dans le frigo! Notre préférée, c’est la compote pommes-fraises-canneberges (fraises et canneberges fraîches si c’est la saison, sinon surgelées). Voici d’autres déclinaisons possibles :

  • Pommes-fraises
  • Pommes-framboises
  • Pommes-bleuets
  • Pommes-pêches
  • Pommes-poires
  • Et, bien sûr, « pommes-touski », ou si vous préférez la compote « vide-frigo » qui donne une deuxième vie à tous les fruits boudés ou défraîchis.


Mes enfants adorent la compote telle quelle. C’est même la forme sous laquelle les fruits sont le plus appréciés au dessert. Et je n’entends jamais : « Ah, c’est des fruits, c’est pas du dessert! » Il nous arrive aussi de la mélanger avec du yogourt nature, ou pour en faire un dessert plus « chic », on en fait un parfait dans un verre transparent, en superposant compote, yogourt, puis céréales granola. Au petit-déjeuner, la compote peut aussi devenir une garniture sur les crêpes, les gaufres ou le pain doré. Mais honnêtement, vous ne chercherez pas longtemps comment l’utiliser, parce qu’elle va se volatiliser! Et si vous souhaitez en faire des réserves, sachez qu’elle se congèle très bien.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (13)

  1. Nathalie 21 septembre 2014 à 13 h 29 min
    Ohlàlà le bon plan! Je vais rapidement tester avec mon blender chauffant (celui qui est topissime pour faire de délicieuses soupes maison en 25 minutes chrono! :-)
  2. Catherine 21 septembre 2014 à 16 h 22 min
    bonjour Nathalie, sans vouloir faire du publicité, peux-tu me dire quel est ton blinder chauffant? J'en cherche un justement. Merci.
  3. Jennifer 21 septembre 2014 à 17 h 49 min
    De quelle façon on peut conserver cette compote ? Est-ce qu'elle se congèle ?
  4. Stéphanie Côté, nutritionniste 21 septembre 2014 à 21 h 22 min
    Oui Jennifer, elle se congèle très bien. J'ajoute une note à cet effet dans mon billet. Merci de m'y avoir fait pensé!
  5. Émilie 22 septembre 2014 à 10 h 00 min
    Merci pour la recette super simple!
    Toutefois, il me semble avoir déjà entendu que les pépins de pomme contiennent une substance potentiellement toxique (je me trompe peut être...)?!? Si c'est le cas, est-ce qu'on devrait s'abstenir de préparer de la compote de cette façon pour les bébés?
  6. Stéphanie Côté, nutritionniste 22 septembre 2014 à 10 h 15 min
    Émilie, en effet, il faut enlever le coeur des pommes. Le "tout", c'est la chair et la pelure. Désolée si ce n'était pas clair. Merci pour la précision!
  7. Julie Roy 15 septembre 2015 à 14 h 04 min
    Attention, les pépins de pomme contiennent, en petite quantité, des toxines (cyanure). Heureusement, le cyanure s'élimine avec le temps (plus facilement que les métaux lourds) et une ingestion très occasionnelle ne laissera probablement pas de séquelles si l'enfant n'a pas eu de problèmes juste après avoir consommé des pépins. Par prudence, je retirerais toutefois les pépins de mes compotes systématiquement, surtout si l'enfant (ou des adultes) mange de la compote souvent ou en grandes portions.
  8. Mélissa 22 septembre 2014 à 14 h 08 min
    J'ai un vitamix à la maison et maintenant ce sont même le coeur de la pomme qui y passe avec les noyaux. Et là purée est lisse lisse lisse!
  9. Julie Roy 15 septembre 2015 à 14 h 03 min
    Attention, les pépins de pomme contiennent, en petite quantité, des toxines (cyanure). Heureusement, le cyanure s'élimine avec le temps (plus facilement que les métaux lourds) et une ingestion très occasionnelle ne laissera probablement pas de séquelles si l'enfant n'a pas eu de problèmes juste après avoir consommé des pépins. Par prudence, je retirerais toutefois les pépins de mes compotes systématiquement, surtout si l'enfant (ou des adultes) mange de la compote souvent ou en grandes portions.
  10. Geneviève 22 septembre 2014 à 20 h 56 min
    L'idée est excellente ! Par contre, jépluche toujours les pommes que je donne à mon fils à cause des produits chimiques qui s'y retrouvent sauf si elles sont bio bien sur ! Je crois qu'il est important d'y réfléchir !
  11. Gabrielle 24 septembre 2014 à 14 h 54 min
    Merci pour l'idée de passer au blender! Nous allons aux pommes cette fin de semaine et je veux faire de la compote. Ça tombe à point!!
  12. Caroline 12 octobre 2014 à 14 h 56 min
    Ah, la fameuse compote de pommes! Que de souvenirs d'enfance. Ma mère et ma grand-mère en faisaient souvent ensemble. Même recette que vous, pas de sucre. Elles n'avaient pas de blender à l'époque et passaient tout au chinois! Elles se relayaient parce qu'apparemment, c'est dur pour les avants-bras au bout d'un moment.
    Le congélateur se remplissait de pots de compote plus ou moins rosée selon les "batch" et ma sœur et moi ouvrions les couvercles des récipients du congélateur à chaque fois qu'un pot était fini pour trouvé la compote la plus rose possible. Au fil de l'hiver, notre compote devenait de plus en plus "beige". :-)
    Je fais des quantités beaucoup plus modeste et j'utilise aussi un blender.
    Je cherchais un truc pour que mon commentaire soit aussi un peu "utile" mais à part le fais que j'utilise un rotato express (électrique) pour m'aider à éplucher les pommes lorsque je ne veux pas garder la pelure pour sauver du temps, que je tartine mes rôties le matin de compote de pommes au lieu de confiture et que j'incorpore parfois la compote de pommes dans les potages (carottes ou parmentier, borsh...) je ne trouve rien d'autre à ajouter.
  13. Stéphanie Côté, nutritionniste 21 octobre 2014 à 10 h 45 min
    Merci pour votre commentaire et petite tranche de vie :)