En manchettes: Guerre en Ukraine – Autonomie et devoirs – Allaitement – Optimisme des enfants

En manchettes: Guerre en Ukraine – Autonomie et devoirs – Allaitement – Optimisme des enfants
En manchettes: Guerre en Ukraine – Autonomie et devoirs – Allaitement – Optimisme des enfants
Guerre en Ukraine, autonomie lors des devoirs, bienfaits de l’allaitement pour les mères et optimisme des enfants


ACTUALITÉS

Guerre en Ukraine : faut-il en parler aux tout-petits?

Difficile de passer à côté du sujet, mais si votre enfant ne vous a pas parlé de la guerre en Ukraine, devriez-vous lui en parler? S’il vous en parle, comment réagir? Une chose est certaine, la façon d’en parler doit être adaptée à l’âge et à la maturité de votre enfant. Voici des conseils de psychologues canadiens publiés sur le site La conversation.

Pour les tout-petits de moins de 5 ans, il est en général recommandé de ne pas parler d’un événement tragique s’ils ne posent pas de question. Toutefois, si votre tout-petit vous en parle, il ne faut pas éviter le sujet afin de l’aider à gérer ses émotions. Bien sûr, il aura une compréhension très limitée de la situation. Il faut donc lui donner de l’information simple et ne pas rentrer dans les détails. Par exemple, dites-lui qu’« un pays se comporte mal avec un autre pays » et que « cela met les gens en colère », suggèrent les psychologues. Il est aussi important de ne pas l’exposer aux images dans les médias, de même qu’aux conversations entre adultes.

Les enfants d’âge scolaire sont davantage exposés à l’actualité. Demandez pour commencer à votre enfant s’il a entendu parler de ce qui se passe en Ukraine et ce qu’il en sait. Assurez-vous d’être calme et détendu et d’avoir assez de temps devant vous avant d’avoir cette discussion. Si votre enfant ne semble pas affecté par la situation ou sait peu de choses, vous pouvez vous contenter d’une courte discussion. Si au contraire, il vous semble perturbé, vous pouvez dire : « C’est toujours effrayant de penser à la guerre; la plupart des enfants et des adultes ont peur, comme toi. » Le plus important est que votre enfant soit rassuré et se sente protégé.

Pour davantage de conseils, lire le texte de La conversation : Comment parler aux enfants de la guerre en Ukraine.

À lire aussi :

ÉCOLE

Devoirs : comment aider son enfant à devenir autonome?

Croyez-le ou non, un jour votre enfant fera ses devoirs tout seul! Mais d’ici là, il a besoin de votre aide pour développer son autonomie et réussir à s’organiser seul.

L’autonomie de votre enfant se développe peu à peu lorsque vous lui donnez des responsabilités adaptées à son âge. Vous pouvez lui demander, par exemple, de vider sa boîte à lunch, de sortir le matériel nécessaire pour ses devoirs, de décider l’ordre dans lequel il fera ses devoirs, de vérifier l’horaire du lendemain dans son agenda, etc. C’est ainsi qu’il développe une méthode de travail… à condition de ne pas faire les choses à sa place.

Tranquillement, supervisez de moins en moins la période des devoirs. Encouragez votre enfant à trouver les solutions et les réponses par lui-même. S’il se trompe, rappelez-lui que c’est normal de commettre des erreurs, que vous en faites aussi et que c’est comme cela qu’on apprend.

Prendre des initiatives aide aussi votre enfant à devenir plus autonome. Encouragez-le donc lorsqu’il vous dit qu’il veut faire quelque chose qu’il n’a encore jamais fait, comme préparer son lunch.

N’oubliez pas de féliciter les progrès et l’effort, et pas juste la réussite. Par exemple, complimentez votre enfant s’il commence tout seul ses devoirs, sans votre intervention.

Source : Radio-Canada

ALLAITEMENT

Allaiter : bon pour la santé du coeur des mères

Les femmes qui allaitent risqueraient moins de souffrir de problèmes cardiaques et d’en décéder, révèle une récente étude qui a analysé les résultats de huit études menées auprès de 1,2 million de femmes entre 1986 et 2009.

Les résultats montrent que les femmes qui ont allaité leur bébé auraient jusqu’à 11 % moins de risques de souffrir d’une maladie cardiovasculaire que celles qui n’ont jamais allaité. Les chercheurs ont observé que le risque cardiovasculaire diminuait progressivement avec des durées d’allaitement allant jusqu’à 12 mois.

Ces femmes présenteraient aussi moins de risques de développer une maladie coronarienne (jusqu’à 14%), qui peut mener à une crise ou un arrêt cardiaque, de faire un AVC (jusqu’à 12 %) et de mourir d’une maladie cardiovasculaire (jusqu’à 17 %).

De précédentes études ont aussi montré que l’allaitement aiderait à réduire le risque que les mères développent un diabète de type 2 et certains cancers, notamment les cancers du sein et des ovaires.

Source : American Heart Association

COMPORTEMENT

L’optimisme des enfants expliqué

Votre tout-petit est convaincu de gagner aux cartes contre vous? Ce n’est pas surprenant! Les enfants seraient très optimistes de nature, mais deviendraient plus réalistes en vieillissant, révèle une étude du Royaume-Uni.

Les chercheurs ont réalisé que plus les enfants sont jeunes, plus ils auraient tendance à ignorer les situations négatives et les mauvais résultats d’une expérience passée. Les adolescents, pour leur part, apprendraient davantage de ces situations, ce qui les amènerait à être plus réalistes.

L’hyperoptimisme serait utile, car il aiderait les enfants à avoir des buts ambitieux et à relever des défis, croient les auteurs de l’étude. Par ailleurs, l’optimisme contribue, entre autres, à une bonne santé mentale. Plusieurs études ont en effet montré qu’un manque d’optimisme peut mener à la dépression.

Cette étude a été menée auprès de 108 jeunes âgés de 8 à 17 ans à qui on a demandé de jouer à un jeu vidéo dans lequel ils devaient récolter des trésors sur différentes planètes. Les participants devaient apprendre certaines informations sur ces planètes pour ensuite prédire le nombre de trésors qu’ils croyaient y trouver. Si tous les joueurs ont surestimé la quantité de trésors qu’ils pensaient récolter, les plus jeunes avaient des prédictions beaucoup plus optimistes que les adolescents.

Source : MedicalXpress

À lire aussi :

 

10 mars 2022

Par l’équipe de Naître et grandir

Naître et grandir

 

Photos : GettyImages/omersukrugoksu, Wavebreakmedia, NoSystem images et IL21

Partager