COVID-19: Quand les enfants seront-ils vaccinés?

COVID-19: Quand les enfants seront-ils vaccinés?
Réponses aux questions que les parents se posent au sujet de la vaccination des enfants contre la COVID-19.

Par Wesley Kufel, pharmacien et professeur en maladies infectieuses – Binghamton University, State University of New York

16 décembre 2020 | Un groupe important de citoyens est pour l’instant absent de la campagne de vaccination contre la COVID-19 : les enfants. En fait, les tests sur les plus jeunes ne font que commencer, et seulement avec les adolescents. Il y a donc toujours plusieurs questions sans réponse.

En tant que pharmacien et professeur en maladies infectieuses qui aide à soigner les patients hospitalisés atteints de la COVID-19, on me questionne souvent sur les vaccins. Voici ce que nous savons et ne savons pas sur la vaccination des enfants.



Quand mon enfant sera-t-il vacciné?

À l’heure actuelle, il semble improbable qu’un vaccin soit prêt pour les enfants avant le début de la prochaine rentrée scolaire, en août.

Les essais des deux principaux vaccins sur les adultes ont donné des résultats prometteurs. Santé Canada a approuvé le vaccin produit par Pfizer-BioNTech pour les adultes, et la Food and Drug Administration vient de donner son feu vert. Mais les essais cliniques impliquant des enfants ne font que commencer.

Pfizer, en collaboration avec l’entreprise allemande BioNTech, n’a étendu ses essais du vaccin contre la COVID-19 aux jeunes de 12 ans et plus qu’en octobre. L’autre grand fabricant de vaccins, Moderna, a annoncé le 2 décembre qu’il prévoyait commencer bientôt les essais du vaccin contre la COVID-19 sur des adolescents âgés de 12 à 17 ans.

L’efficacité et la sécurité du vaccin devront être évaluées pour chaque groupe d’âge, et les tests n’ont pas encore commencé pour les nourrissons, les tout-petits ou les enfants.

Les essais cliniques sont conçus pour garantir que le vaccin est sûr et efficace. En général, il faut compter environ 10 ans entre le début du développement et l’homologation d’un vaccin, mais les vaccins contre la COVID-19 sont développés plus rapidement en réponse à l’urgence de la pandémie.

Les enfants auront-ils besoin de plus de doses que les adultes?

Il ne semble pas que le calendrier des doses du vaccin contre la COVID-19 sera différent pour les enfants, mais cela pourrait changer au fur et à mesure des tests.

Le vaccin de Pfizer est testé chez les adolescents avec une série de deux doses, à trois semaines d’intervalle, tout comme chez les adultes. Moderna prévoit également d’utiliser son calendrier pour adultes — deux doses à quatre semaines d’intervalle — dans un prochain essai auprès de 3 000 adolescents.

La deuxième dose sert de « rappel », car la première, seule, n’assure pas une immunité optimale. C’est le cas pour plusieurs autres vaccins, notamment ceux contre l’hépatite B, la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Pour l’instant, seules ces deux doses sont prévues, mais cela pourrait changer. On ignore combien de temps durera la réponse immunitaire de ces vaccins ou si d’autres doses seront nécessaires à l’avenir. Le vaccin contre la grippe, par exemple, nécessite une nouvelle dose chaque année parce que le virus change. Des données récentes et prometteuses de Moderna indiquent que l’immunité est maintenue pendant au moins trois mois après avoir reçu le vaccin contre la COVID-19.

Les vaccins sont-ils sûrs pour les enfants?

Jusqu’à maintenant, aucun problème sérieux de sécurité n’a été identifié avec les vaccins Pfizer ou Moderna, mais les essais en sont encore aux premiers stades pour les enfants. Plusieurs autres vaccins sont également en cours de développement dans le monde entier, et quelques pharmaceutiques ont commencé des essais avec de jeunes enfants dans plusieurs pays.

Les gens s’inquiètent également des effets secondaires temporaires.

Les enfants ont tendance à avoir un système immunitaire plus fort que les adultes, et ils peuvent avoir des réactions temporaires plus fortes au vaccin. Cela pourrait se traduire par une douleur et un gonflement plus importants au point d’injection pendant quelques jours et éventuellement, par des poussées de fièvre.

Ces effets secondaires sont courants avec les vaccins. Ils sont la preuve que le système immunitaire fait ce qu’il doit faire, mais ils peuvent faire peur.

Il est important de comprendre à la fois la sécurité du vaccin et la probabilité d’effets secondaires temporaires, car les adultes et les enfants auront besoin des deux doses du vaccin pour obtenir une immunité optimale.

La vaccination des adultes est-elle suffisante?

Il ne suffirait pas de vacciner les adultes pour mettre fin à la pandémie. Les enfants peuvent toujours être infectés, transmettre le virus et développer des complications. Si un vaccin n’est pas disponible, les enfants serviront probablement de réservoir du virus, ce qui rendra plus difficile la lutte contre la pandémie.

Les deux principaux vaccins ont donné des résultats prometteurs chez les adultes jusqu’à présent : le taux d’efficacité est d’environ 94 % pour le vaccin de Moderna et de 95 % pour celui de Pfizer. Cela signifie que dans les meilleures conditions, environ 95 % des adultes qui reçoivent le vaccin se sont révélés protégés. C’est plus élevé que prévu.

Il reste à voir si cela vaut également pour les enfants.

Les enfants présentent généralement des symptômes de la COVID-19 plus légers que les adultes, mais ils peuvent toujours transmettre le virus à d’autres personnes.

La vaccination présente également d’autres avantages, notamment celui de permettre un retour plus sécuritaire dans les écoles et la reprise des activités.

Devrons-nous continuer de porter des masques et de pratiquer la distanciation sociale?

En attendant, il sera important de poursuivre les mesures préventives standard, notamment la distanciation sociale, le port du masque, le lavage fréquent des mains et le respect des autres consignes des santés publiques.

Bien que l’on espère qu’un vaccin permettra aux gens de retrouver un mode de vie plus « normal », ces mesures préventives seront toujours nécessaires, même après avoir reçu le vaccin, jusqu’à ce que l’on en sache plus sur l’étendue de la protection qu’il offre.

De nombreuses questions restent encore sans réponse. Au fil du temps, nous saurons y répondre.

 

La version originale de cet article a été publiée en anglais. Ce texte a été reproduit avec l’autorisation de La Conversation.

 

Photo : GettyImages/Sasiistock

À lire aussi