En manchettes: Bibliothèques en zone rouge - Arrivée de bébé - COVID-19 et enfants

En manchettes: Bibliothèques en zone rouge - Arrivée de bébé - COVID-19 et enfants
Prêts dans les bibliothèques en zone rouge, émotions liées à l’arrivée de bébé et l’avantage des enfants face à la COVID-19


COVID-19

Bibliothèques en zone rouge : prêts sans contact permis

À la suite d’une entente entre le gouvernement et les bibliothèques publiques du Québec, il est possible dans les zones rouges d’emprunter des livres grâce au prêt sans contact.

Les abonnés ne peuvent pas circuler dans les bibliothèques, mais ils peuvent réserver des livres par Internet ou par téléphone et, par la suite, aller les chercher au comptoir ou à la porte de leur bibliothèque, et ce, pour les 28 prochains jours. Le retour des documents pourra se faire dans les chutes extérieures ou dans des bacs prévus à cet effet.

Pour vous aider à réserver des livres qui plairont à votre enfant, vous pouvez consulter la plateforme en ligne QuoiLire.ca, où vous pourrez remplir un questionnaire afin de recevoir des suggestions de livres selon ses préférences de lecture. QuoiLire.ca vous permet aussi de consulter des listes thématiques de lecture ainsi que de visionner des capsules vidéo dans lesquelles des passionnés de lecture partagent leurs coups de coeur.

Aussi, vous pouvez installer l’application pretnumerique.ca (version IOS et Android) pour réserver, emprunter et lire ou écouter les ouvrages numériques ou audionumériques gratuitement.

Source : Association des bibliothèques publiques du Québec

VIE DE FAMILLE

Vous trouvez l’arrivée de bébé difficile? Vous n’êtes pas seul.e

Contrairement à la croyance populaire, nombreux sont les nouveaux parents qui ressentent des émotions plus ou moins positives après la naissance de leur enfant, souligne la recherche. Et c’est normal.

Une chercheuse britannique a questionné 500 parents sur leurs véritables sentiments après la naissance de leur bébé. Plusieurs d’entre eux rapportent :

  • ne pas avoir ressenti automatiquement un lien d’attachement envers leur bébé. Pour favoriser le développement de ce lien, il est conseillé de faire du peau à peau, de masser doucement votre bébé ou de le promener dans un porte-bébé.
  • s’être sentis incompétents et dépassés. En plus d’être surpris par leurs nouvelles responsabilités, ils ont eu l’impression que tous les autres parents savaient quoi faire, sauf eux. Vous n’avez pas à vous inquiéter si vous ne faites pas toujours tout « parfaitement », car les bébés sont résilients, souligne la chercheuse.
  • regretter leur ancienne vie. Plusieurs femmes sentent notamment qu’elles perdent leur identité en devenant « juste des mères ». C’est normal et ça devient plus facile avec le temps, car la vie de parent devient la nouvelle normalité.
  • se sentir piégés mais, en même temps, ne pas vouloir se séparer de leur bébé. Vous aimeriez prendre une pause de votre bébé, mais en même temps vous ne voulez pas le quitter? N’hésitez pas à demander de l’aide pour les repas ou encore pour surveiller votre bébé pendant que vous faites une sieste, suggère la chercheuse.

Source : The Conversation

SANTÉ

COVID-19 : l’avantage des enfants

Depuis le début de la pandémie, on observe que les enfants sont moins touchés par la COVID-19. Pourquoi? La réponse pourrait être que leur système immunitaire réagit différemment de celui des adultes, indique une récente étude américaine.

En effet, le système immunitaire est divisé en deux grandes branches. La première s’attaque de façon générale aux microbes que le corps rencontre pour la première fois alors que la deuxième s’attaque de façon très spécifique à ceux qui ont déjà été rencontrés dans le passé. Les enfants utilisent davantage le système plus général puisque la plupart des bactéries et des virus sont nouveaux pour eux alors que les adultes privilégient le système spécialisé.

Bien que cette stratégie d’utiliser le système spécialisé soit généralement gagnante, dans le cas du virus de la COVID-19 qui est complètement nouveau, le système immunitaire des enfants serait ainsi mieux adapté et permettrait donc de stopper le virus avant qu’il cause trop de dommages.

Sources : The New York Times et Science Translational Medicine

À lire aussi :

 

1er octobre 2020

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/globalmoments, Svetlana Ivanova et coscaron

Partager

À lire aussi