COVID-19: les garderies resteront ouvertes en cas de 2e vague

COVID-19: les garderies resteront ouvertes en cas de 2e vague
Québec prévoit garder les services de garde éducatifs à l’enfance ouverts même si une 2e vague de COVID-19 survenait

27 août 2020 | Les services de garde éducatifs à l’enfance resteront ouverts au Québec cet automne même si une 2e vague de COVID-19 survenait. C’est ce qu’a annoncé plus tôt aujourd’hui le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, en présentant son plan d’action en prévision d’une possible 2e vague.

Mis à jour le 28 août 2020

« Nous ne reviendrons pas à des fermetures multiples des garderies comme on en a connu au cours des derniers mois lors de la 1re vague », a précisé le ministre Lacombe. Québec dit vouloir ainsi assurer la sécurité et le bien-être des tout-petits et du personnel dans les milieux de garde tout en permettant aux parents de poursuivre leurs activités professionnelles.

Cette décision s’appuie sur l’évolution des connaissances de la maladie, a expliqué le ministre de la Famille. « Les services de garde éducatifs sont un moins grand vecteur de transmission de la maladie que d’autres milieux et les jeunes enfants ont peu de complications liées à la maladie, dit-il. À titre d’exemple, depuis la mi-mars, on compte seulement 123 cas de COVID-19, dont 57 enfants, dans les milliers d’établissements en fonction. »

C’est ce qui faire dire au ministre que les risques sont très faibles de garder les milieux de garde ouverts, même en cas de 2e vague. Le seul moment où un service de garde pourrait fermer, c’est si une éclosion survenait dans l’établissement.

Maintien des mesures sanitaires

Les mesures sanitaires mises en place dans les différents services de garde éducatifs à l’enfance depuis les derniers mois sont maintenues puisque ces mesures ont fait leurs preuves, selon le ministre. La taille des groupes et les ratios enfants/éducatrices restent donc les mêmes. « Le port de l’équipement de protection continue d’être obligatoire pour les éducatrices, a ajouté le ministre Lacombe. Elles doivent porter un masque et une protection oculaire. »

De même, le principe de distanciation va continuer d’être appliqué. Ainsi, la distanciation n’est pas nécessaire entre les enfants d’un même groupe et leur éducatrice attitrée, mais elle doit être de 2 mètres entre les autres tout-petits et adultes du milieu de garde.

Quoi faire en cas de symptômes?

La question qui est sur toutes les lèvres des parents, est-ce que mon enfant peut aller à la garderie si son nez coule? « D’une façon générale, le nez qui coule n’est pas un symptôme pour lequel la santé publique nous dit qu’il faut obligatoirement exclure un enfant, indique le ministre de la Famille. Il faut que ça vienne avec un autre symptôme pour que l’on considère qu’il y a un risque. »

Comme la gestion des symptômes est compliquée, il a demandé aux parents d’utiliser le nouvel outil d’autoévaluation des symptômes de la COVID-19 mis en ligne par Québec hier. Pour en savoir plus, consultez notre nouvelle Symptômes de la COVID-19: aider les parents à prendre une décision.

Si jamais une éclosion de cas survient dans un milieu de garde, le service serait fermé. « Et dans ce cas, le personnel et les enfants auraient une priorité aux tests de dépistage », a précisé le ministre Lacombe. L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) vient d’ailleurs de publier un guide pour aider les services de garde à l’enfance à bien intervenir lorsqu’un ou des cas surviennent dans un milieu. Pour en savoir plus, consultez notre nouvelle : Cas de COVID-19: quelle est la marche à suivre à l’école et à la garderie?

Pour plus d’informations : Plan d’action prévu en cas de deuxième vague et Outil d’autoévaluation des symptômes de la COVID-19

 

Julie Leduc – Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photo : GettyImages/FatCamera

Partager

À lire aussi