Rentrée scolaire: plus d'argent et de services pour aider les élèves

Rentrée scolaire: plus d'argent et de services pour aider les élèves
Rentrée scolaire : Québec annonce plus d’argent et de services pour aider les élèves qui ont accumulé des retards ou qui ont des difficultés.

17 août 2020 | Québec investit plus d’argent et offre plus de ressources aux écoles pour rattraper les retards scolaires accumulés en raison de la pandémie et aider les élèves en difficulté. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, en présentant de nouvelles mesures pour favoriser la réussite scolaire.

Une semaine après avoir présenté la mise à jour de son plan pour assurer une rentrée scolaire sécuritaire, le ministre de l’Éducation a annoncé une série de mesures pour venir en aide aux élèves.

Le ministre a présenté trois nouvelles mesures pour favoriser la réussite scolaire. Ces mesures visent à la fois à rattraper le retard des élèves qui n’avaient peut-être jamais eu de problèmes, mais qui ont accumulé des retards pendant la pandémie et à soutenir les élèves plus vulnérables qui ont souffert des semaines sans école.

20 millions de plus dans les écoles

Québec investit 20 millions de dollars supplémentaires dans le réseau scolaire que les équipes-écoles pourront utiliser pour embaucher plus de personnel. Il peut s’agir de techniciens en éducation spécialisée, d’enseignants, de professionnels ou de tuteurs qui viendront par exemple faire du rattrapage, de la récupération ou de l’aide aux devoirs. « Avec cette mesure, on souhaite augmenter les suivis individuels et aider les élèves qui ont des difficultés d’apprentissage ou un trouble, comme une dyslexie, un trouble du spectre de l’autisme, un déficit de l’attention ou de l’hyperactivité », mentionne Jean-François Roberge.

Le ministre de l’Éducation annonce aussi qu’il retire pour les deux prochaines années toutes les opérations administratives de validation de cas associés aux élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage. Ainsi, plutôt que de passer les premières semaines de la rentrée scolaire à compléter des démarches administratives, les orthopédagogues, psychoéducateurs, psychologues de même que les enseignants et autres membres du personnel scolaire pourront travailler directement sans délai auprès des élèves plus vulnérables. Québec estime que cette mesure permettra d’offrir 560 000 heures de plus de services directs aux élèves en difficulté.

Enfin, Québec lance une vaste campagne dans les médias et les réseaux sociaux pour valoriser l’importance de fréquenter l’école. Le porte-parole de cette campagne est le psychologue Égide Royer, spécialiste de la lutte au décrochage scolaire.

Un ajout aux mesures en place

Les trois mesures présentées aujourd’hui s’ajoutent à cinq autres mesures qui avaient déjà été annoncées en mars dernier pour soutenir le milieu scolaire. « En additionnant toutes ces mesures, il y a 100 millions de dollars de plus investis aux services aux élèves cette année par rapport à septembre 2019 », précise le ministre Jean-François Roberge.

Les mesures déjà présentées et connues du réseau sont les suivantes :

  • 19 millions $ pour l’embauche de ressources professionnelles dans les écoles, soit l’équivalent de 350 nouveaux enseignants, orthopédagogues, psychologues, psychoéducateurs et orthophonistes.
  • 7 millions $ pour la mise en place de classes spéciales, « pour des élèves qui même avec des ressources supplémentaires ne trouvent pas leur place en classes régulières », précise le ministre de l’Éducation.
  • 10 millions $ pour le raccrochage scolaire qui permet aux écoles de conclure des ententes avec des organismes de lutte au décrochage scolaire.
  • 41 millions $ pour bonifier l’offre d’activités parascolaires et d’aide aux devoirs.
  • 1 million $ pour la réalisation de capsules pédagogiques de révision pour les élèves par exemple qui manquent quelques jours de classe.

Grâce à toutes ces mesures, le ministre Roberge se dit confiant de pouvoir rattraper les retards et faire vivre une belle année scolaire aux enfants.

 

Julie Leduc - Naître et grandir

 

Naitre et grandir.com

 

Photo : GettyImages/FatCamera

Partager

À lire aussi