Grossesse et allaitement: sécuritaires les désinfectants pour les mains?

Grossesse et allaitement: sécuritaires les désinfectants pour les mains?
En l’absence d’autres options, les femmes enceintes et celles qui allaitent peuvent utiliser les désinfectants contenant de l’éthanol de qualité technique.

20 juillet 2020 | Un avis de Santé Canada, émis en avril dernier, met en garde les enfants, les femmes enceintes et les femmes qui allaitent contre les gels désinfectants contenant de l’alcool de qualité technique. Ces produits comportent-ils réellement des risques? Une pharmacienne du Centre IMAGe du CHU Sainte-Justine répond à nos questions.



Qu’est-ce que l’éthanol de qualité technique?

« L’alcool utilisé généralement pour la fabrication de gel désinfectant est de l’éthanol répondant à des normes USP ou de qualité alimentaire », explique Caroline Morin, pharmacienne au centre IMAGe. Ce type d’alcool contient très peu d’impuretés. L’éthanol de qualité technique est un autre type d’alcool dont les limites permises d’impuretés sont légèrement supérieures.

En raison de la pandémie de COVID-19, les désinfectants pour les mains sont très recherchés. C’est ce qui a occasionné une pénurie d’éthanol pharmaceutique (USP) ou alimentaire. Santé Canada a donc autorisé temporairement les fabricants à utiliser de l’éthanol de qualité technique pour la production de ces gels. « L’autorisation devait être en vigueur jusqu’à la fin du mois de juin, mais elle a été prolongée jusqu’à la fin de l’année, la pénurie n’étant toujours pas terminée », précise Caroline Morin.

Quels sont les risques de l’alcool de qualité technique?

Une impureté en particulier soulève certaines inquiétudes : l’acétaldéhyde. « Cette substance a un potentiel cancérigène et serait impliquée dans le syndrome d’alcoolisme foetal », mentionne Caroline Morin. L’alcool de qualité technique peut contenir de 800 à 1 000 parties par millions (ppm) d’acétaldéhyde alors que la limite pour l’alcool alimentaire est de 10 ppm.

Pour cette raison, Santé Canada a réalisé une étude plus approfondie des risques associés à l’utilisation de l’alcool de qualité technique dans les désinfectants. Dans un document publié en mai, l’organisme souligne toutefois que les risques connus de l’acétaldéhyde ont été observés lorsque le produit est respiré. D’ailleurs, l’acétaldéhyde est présent dans de nombreux aliments et produits de beauté pour la peau qui sont considérés comme sécuritaires.

Santé Canada conclut donc que le risque de conséquences graves pour la population est très faible. De plus, la quantité d’acétaldéhyde dans l’éthanol de qualité technique aurait considérablement diminué depuis avril 2020. Les taux se situeraient maintenant entre 11 et 400 ppm. Enfin, étant donné que les désinfectants pour les mains à base d’alcool de qualité technique peuvent contribuer à diminuer la propagation du coronavirus, les bénéfices compenseraient largement les risques.

Les risques sont-ils plus grands pour les enfants, les femmes enceintes et les femmes qui allaitent?

Dans son avis, Santé Canada demande aux fabricants de mentionner sur les produits à base d’éthanol de qualité technique qu’ils sont destinés aux adultes et qu’ils sont non recommandés pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Il s’agit toutefois d’une approche préventive utilisée par Santé Canada. L’organisme souligne d’ailleurs que cette mention est faite en l’absence d’information sur les risques pour les populations vulnérables, dont font partie les enfants, les femmes enceintes et celles qui allaitent.

« S’il n’y a pas de preuve scientifique qui démontre la sécurité d’un produit, les fabricants doivent mettre une mise en garde, explique Caroline Morin. Cela ne veut pas dire qu’il y a des risques. Cela signifie qu’il n’y a pas d’études prouvant la sécurité dans ce contexte. » Plusieurs médicaments vendus en pharmacie comportent d’ailleurs une telle mise en garde.

Que devraient faire les femmes enceintes ou qui allaitent?

Règle générale, le lavage des mains à l’eau et au savon demeure la meilleure façon de se protéger contre les infections, rappelle Caroline Morin. Toutefois, les gels à base d’alcool demeurent une bonne option. Étant donné que les fabricants doivent indiquer sur leur produit s’il contient de l’éthanol de qualité technique, il est possible de les éviter lorsqu’on achète un gel désinfectant dans les magasins.

« Cependant, pour diminuer la propagation de COVID-19, si ces deux options ne sont pas disponibles, il est préférable d’utiliser un désinfectant fait avec de l’alcool de qualité technique plutôt que de ne pas se nettoyer les mains », insiste Caroline Morin.

Selon la pharmacienne, les femmes enceintes ou qui allaitent ne devraient donc pas s’inquiéter outre mesure. « Par exemple, dans le métro ou dans les commerces, il est parfois difficile de savoir quel est le contenu de la bouteille, souligne-t-elle. Il faut être prudent, mais ce n’est pas inquiétant si ces femmes utilisent des produits à base d’éthanol de qualité technique à l’occasion. »

Éthanol de qualité technique et alcool industriel : quelle est la différence?
Certains fabricants utilisent un troisième type d’éthanol qui est de moindre qualité que l’éthanol de qualité technique : l’éthanol industriel. Celui-ci contient encore plus d’impuretés et n’est pas autorisé pour la fabrication de désinfectant pour les mains. Les produits qui en contiennent ont d’ailleurs fait l’objet d’un rappel.
Source : Protégez-vous

 

Sources : Santé Canada et Santé Canada

 

Kathleen Couillard – Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photo : GettyImages/sirawit99

Partager

À lire aussi