Confinement: les impacts sur la conciliation famille-travail des parents québécois

Confinement: les impacts sur la conciliation famille-travail des parents québécois
Un sondage effectué au début du déconfinement montre que les parents veulent plus de mesures de conciliation famille-travail.

22 juin 2020 | La pandémie a eu un impact important sur les parents qui ont besoin de davantage de mesures de conciliation famille-travail pour retourner au boulot. C’est ce que révèle un sondage réalisé au début du déconfinement pour le Réseau pour un Québec Famille.

L’enquête a été menée entre le 7 et le 22 mai dernier auprès de 3 006 travailleurs, des parents ou des proches aidants. Les résultats démontrent que les mesures de confinement ont demandé des efforts considérables aux familles qui ont dû adapter à la fois la gestion de leur vie professionnelle et celle de leur vie familiale.

L’impact sur le travail

Concernant l’impact de la pandémie sur la situation d’emploi des familles, les résultats du sondage montrent entre autres qu’au début du déconfinement :

  • 48 % des personnes interrogées effectuaient du télétravail.
  • 27 % des répondants continuaient à travailler sur leur lieu d’emploi.
  • 23 % avaient perdu leur emploi, dont 3 % de manière permanente.
  • 38 % des répondants qui travaillaient trouvaient difficile de concilier la famille et le travail dans ce nouveau contexte. Cette proportion monte à 41 % pour les femmes et à 43 % pour les répondants âgés de 18 à 34 ans.
  • 60 % des personnes qui travaillaient disaient que le confinement avait affecté leur productivité au travail.
  • 43 % des répondants qui travaillaient affirmaient que leur charge de travail avait augmenté.

L’impact sur la vie de famille

Le contexte du confinement a aussi demandé des efforts importants pour organiser la vie de famille.

  • 40 % des personnes interrogées ont trouvé difficile d’organiser leur vie de famille.
  • 59 % ont trouvé difficile d’encadrer les apprentissages scolaires à distance de leurs enfants.
  • 51 % ont eu du mal à faire des activités éducatives avec leurs tout-petits de moins de 5 ans.
  • 45 % des répondants ont dit trouver difficile de faire des loisirs avec leurs enfants.

Plus de mesures pour le retour au travail

Au moment du sondage, le Québec amorçait son déconfinement. Les résultats de l’enquête révèlent que les familles sont alors inquiètes et ont besoin de plus d’adaptations de la part de leur employeur pour concilier la famille et le travail.

  • 44 % des répondants étaient inquiets à l’idée de retourner travailler. Parmi ceux-ci, 78 % avaient peur d’être contaminés par le virus, 53 % craignaient l’impact des mesures sur les méthodes et l’ambiance de travail, et 34 % s’inquiétaient de leur capacité à pouvoir concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles.
  • 47 % mentionnaient qu’une adaptation de leurs mesures de conciliation famille-travail serait nécessaire s’ils devaient retourner travailler le jour même où ils ont été interrogés. Parmi les mesures utiles pour un retour au travail, les répondants ont mentionné : l’horaire flexible, la possibilité de retourner rapidement à la maison en cas de besoin, plus de congés pour obligations familiales, la possibilité de faire du télétravail et un horaire comprimé (ex. : 35 heures sur 4 jours).
  • 39 % des personnes interrogées affirmaient qu’elles auraient dorénavant besoin d’accommodements plus fréquents au travail pour concilier la famille et le travail par rapport à leur situation d’avant la crise.

La conciliation famille-travail : une priorité

Le sondage démontre bien que les mesures de conciliation famille-travail sont au coeur des préoccupations des travailleurs.

  • 87 % des répondants disent que l’ouverture de leur employeur à leurs besoins de conciliation famille-travail aurait un impact sur leur satisfaction au travail.
  • 85 % disent que cela améliorerait leur motivation au travail.
  • 31 % seraient prêts à accepter une baisse de salaire en échange de meilleures mesures de conciliation famille-travail.
  • 53 % des personnes interrogées seraient prêtes à changer d’emploi pour obtenir de meilleures mesures de conciliation famille-travail.
Un coup de pouce du gouvernement
Le gouvernement du Québec a annoncé une aide de 900 000 $ afin de faciliter la conciliation famille-travail, autant du côté des parents que des employeurs. Une partie de ce montant servira ainsi à soutenir un programme destiné aux employeurs, qui vise la mise en place de mesures conciliation famille-travail. Les employeurs qui se démarquent dans ce domaine recevront un sceau distinctif indiquant leurs bonnes pratiques. L’aide financière du gouvernement permettra aussi d’accompagner et d’outiller les parents afin qu’ils profitent plus des mesures de conciliation offertes par leur employeur ou par leur maison d’enseignement.

Sources : Rapport Besoin des familles en conciliation famille-travail post-crise COVID-19 et ministère de la Famille

 

Julie Leduc - Naître et grandir

Naître et grandir

 

Photo : GettyImages/Mladen Sladojevic

Partager

À lire aussi