Retour en classe pour tous les élèves du primaire cet automne

Retour en classe pour tous les élèves du primaire cet automne
Québec annonce que tous les élèves retourneront en classe à la rentrée scolaire de l’automne.

16 juin 2020 | Tous les élèves du primaire et la majorité des élèves du secondaire retourneront en classe cet automne. Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, en a fait l’annonce aujourd’hui lors d’un point de presse.

Mis à jour le 18 juin 2020

Du préscolaire jusqu’en 3e secondaire, les élèves pourront être présents dans leur classe selon les ratios habituels à la rentrée partout au Québec, même dans la grande région de Montréal.

Les parents n’auront pas le choix d’envoyer ou non leur enfant à l’école. La fréquentation scolaire redevient obligatoire à l’automne pour les jeunes de 6 à 16 ans, a précisé le ministre Roberge. Ce scénario est maintenant possible  « parce que la propagation a été limitée et bien contrôlée dans les écoles qui ont ouvert à la mi-mai», dit-il.

Des sous-groupes dans les classes

Les classes seront organisées en sous-groupes de 6 élèves maximum pour lesquels aucune distanciation physique ne sera requise. Les élèves devront toutefois maintenir une distance de 1 mètre avec les autres groupes de leur classe et de 2 mètres avec leur enseignant et les autres adultes de l’école.

Les élèves resteront dans leur classe et ce sont les professeurs qui se déplaceront pour enseigner. Cette organisation pose toutefois une difficulté logistique pour les élèves de 4e et 5e secondaire qui n’ont pas un cheminement scolaire homogène en raison des choix de cours. Le ministre de l’Éducation explique qu’il est donc possible que certains cours se fassent à distance pour ces élèves, selon les écoles secondaires.

Le transport scolaire sera offert à l’automne. Les enfants devront garder 1 mètre de distance dans l’autobus et donc s’assoir un par banc.

À noter que les écoles devront mettre en place un protocole d’urgence pour être prêtes à reprendre l’enseignement à distance si jamais une deuxième vague de COVID-19 survenait. Les directions d’établissement doivent également prévoir comment réagir si des élèves sont infectés et s’assurer de pouvoir maintenir leur scolarisation.

Nouvelles consignes de distanciation

Ce retour en classe pour tous est favorisé par l’assouplissement des consignes de distanciation physique annoncée par la Santé publique. Rappelons qu’à partir du 22 juin, les jeunes de 16 ans et moins pourront se tenir à 1 mètre de distance entre eux tout en maintenant une distance de 2 mètres avec les adultes. Cette mesure s’applique bien sûr aux écoles, mais aussi aux milieux de garde et aux camps de jour.

Ainsi, à partir du 22 juin, la création de sous-groupes aussi appelés « bulles » sera autorisée dans les camps de jour. Comme dans les classes, il s’agira de sous-groupes de 6 enfants maximum dans lesquels aucune distanciation physique ne sera exigée. Les enfants devront toutefois maintenir une distance de 1 mètre avec les autres groupes d’enfants et de 2 mètres avec les adultes (ex. : éducatrice, enseignant).

Le Dr Richard Massé, conseiller médical stratégique à la Direction générale de la santé publique, explique ces nouvelles consignes par le fait qu’il y a peu d’éclosions de COVID-19 depuis l’ouverture des écoles à la mi-mai et que les données scientifiques montrent que les enfants transmettent moins la maladie que les adultes.

Par ailleurs, la Santé publique a aboli la règle de distanciation physique dans les milieux de garde entre les enfants d’un même groupe (maximum de dix enfants) et entre les enfants et leur éducatrice, et ce, dans l’ensemble des services de garde au Québec.

 

Julie Leduc - Naître et grandir

Naître et grandir

 

Photos : GettyImages/PeopleImages

Partager

À lire aussi