Activités familiales et déconfinement: le point sur ce qui est permis ou non

Activités familiales et déconfinement: le point sur ce qui est permis ou non
Les consignes de Québec changent avec le déconfinement. Qu’est-ce qui est permis ou non de faire avec son enfant?

29 mai 2020 | À mesure que le déconfinement se poursuit au Québec, les consignes changent et, comme tout le monde, les familles doivent s’ajuster aux différents assouplissements. Voici des réponses à des questions courantes sur ce qui est permis ou non de faire avec les enfants.

Mis à jour le 23 juin 2020



Est-ce que je peux inviter des amis pour jouer avec mon enfant?

Il est maintenant possible d’inviter des enfants pour jouer à l’intérieur de la maison. Au total, en comptant les membres de votre famille, il ne devra pas y avoir plus de 10 personnes (enfants et adultes) réunies à l’intérieur. Les enfants doivent demeurer autant que possible à 1 mètre les uns des autres.

Comme la situation liée à la COVID-19 évolue d’heure en heure, l’information présentée ici peut changer rapidement. Notre texte sera mis à jour en conséquence.

Que les enfants jouent à l’intérieur ou à l’extérieur, le lavage fréquent des mains est toujours recommandé. C’est donc une bonne idée de mettre à la disposition des enfants de l’eau courante et du savon ou encore du gel désinfectant – quand ils n’ont pas accès à de l’eau et du savon – pour qu’ils puissent se laver les mains.

À noter que Québec suggère que les personnes rassemblées proviennent de trois familles maximum. Il ne s’agit pas d’une obligation, mais la Santé publique le recommande fortement.

Qu’est-ce qu’on peut faire dans les parcs avec les enfants?

Bonne nouvelle! Les modules de jeux qui étaient fermés depuis le 22 mars dernier pour limiter la contagion du virus sont de nouveau accessibles aux enfants. Québec a autorisé leur ouverture pour la saison estivale partout au Québec. À noter qu’il est aussi possible de profiter des parcs et de leurs espaces verts pour jouer en famille, se promener à pied ou à vélo ou même faire un pique-nique.

Québec a également donné le feu vert à toutes les municipalités pour l’ouverture des jeux d’eau dans leurs parcs. Certaines villes ont déjà commencé à accélérer leur mise en fonction. C’est le cas de la Ville de Montréal qui a commencé à ouvrir progressivement ses jeux d’eau depuis le 27 mai. La collaboration des citoyens est demandée pour respecter la distanciation physique de 2 mètres (ou de 1 mètre entre les enfants).

Est-ce qu’il y a moyen d’aller se rafraîchir dans une piscine ou une pataugeoire publique?

Oui, le gouvernement a autorisé l’ouverture des piscines publiques extérieures et des pataugeoires pour tout l’été dans toutes les régions du Québec. L’accessibilité à ses installations est nécessaire pour permettre aux citoyens de pouvoir se rafraîchir, mais leur ouverture doit se faire dans le respect des mesures sanitaires, rappelle Québec.

Les municipalités prendront donc le temps de s’assurer de pouvoir respecter les consignes de la Santé publique avant d’ouvrir leurs piscines extérieures. Par exemple, la Ville de Montréal va commencer à ouvrir graduellement ses piscines extérieures à partir du 20 juin.

Dans un document publié plus tôt en mai, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) indique que d’une façon générale, le risque de transmission du virus SARS-CoV-2 par l’eau de baignade est jugé faible. « Comme les autres lieux publics, le principal risque de transmission de la COVID-19 dans les installations de baignade est relié à la proximité étroite avec une personne infectée, que ce soit dans l’eau ou hors de l’eau », précise l’Institut.

Parmi les mesures qui doivent être mises en place dans les installations de baignade publique, l’INSPQ mentionne notamment de :

  • limiter le nombre de baigneurs présents en même temps sur le site;
  • permettre une distanciation physique de deux mètres;
  • promouvoir le lavage des mains;
  • donner l’accès à des douches extérieures;
  • continuer d’appliquer avec rigueur les mesures d’entretien de l’eau des piscines.

Est-ce que je peux faire garder mon enfant à la maison?

Oui, les parents peuvent faire appel à une personne de confiance pour venir garder leur enfant à la maison. Peu d’information de la part du gouvernement est disponible à ce sujet sur la façon d’encadrer cette pratique. Pour aider les parents qui envisagent cette option, la Fédération québécoise des organismes communautaires Famille (FQOCF) a donc publié un petit guide pratique pour la garde d’enfant à domicile. Le ministère de la Famille a pu en prendre connaissance et a confirmé que son contenu est en cohérence avec les consignes gouvernementales. « Notre but est de faire connaître toutes les options possibles pour la garde d’enfant afin que les parents choisissent ce qu’il y a de meilleur pour leur famille », précise Marie-Ève Brunet Kitchen, directrice générale de la FQOCF.

Les parents peuvent par exemple se tourner vers un adolescent de leur entourage, un ami, un voisin, ou un membre de leur famille (ex. : tante, grand-parent) pour avoir du soutien. Les grands-parents doivent toutefois être âgés de 70 ans et moins et être en bonne santé pour venir garder. « Idéalement, il est conseillé de se limiter à un seul gardien pour diminuer les contacts et les risques de contagion », indique Mme Brunet Kitchen. Les mesures sanitaires habituelles sont de mises : lavage de mains fréquent pour tout le monde, notamment à l’arrivée et au départ de la personne qui garde, avant les repas et après avoir touché les poignées de portes et les rampes d’escaliers.

Une distance de 2 mètres entre le gardien ou la gardienne et l’enfant est aussi à respecter dans la mesure du possible. « Dans notre guide, on dit qu’il peut être favorable de choisir une personne vers qui l’enfant aura moins tendance à faire des câlins », signale la directrice de la FQOCF. Dans certains cas, si c’est trop difficile pour l’enfant de maintenir une distanciation physique avec son gardien peut-être qu’un adolescent ou un voisin est préférable à une mamie. C’est aux parents d’y voir.

« Quand une proximité est nécessaire entre l’enfant et son gardien, le port d’un masque est fortement recommandé », ajoute-t-elle. Les activités à l’extérieur sont aussi à privilégier pour faciliter la distanciation. Pour limiter les manipulations de nourriture, la FQOCF suggère aussi aux parents de préparer à l’avance les collations et les repas de leur enfant et de demander à la personne qui garde d’apporter son lunch.

À partir de quand sera-t-il possible d’aller à la bibliothèque et au musée?

Le gouvernement du Québec a autorisé l’ouverture des bibliothèques et des musées à partir du 29 mai. Cela ne veut pas dire que tous ces établissements sont ouverts depuis cette date, car ils doivent adapter leurs lieux aux consignes sanitaires liées à la pandémie. Ils ouvrent à leur rythme selon leur capacité à se conformer aux consignes.

Il faut communiquer avec sa bibliothèque municipale pour savoir quand elle ouvrira. Seuls les services de prêts de livres seront accessibles. L’accès aux rayons et aux espaces communs sera interdit. Quant à la Grande Bibliothèque de Montréal, elle rouvrira ses portes au public le 2 juillet prochain.

Certains musées ont déjà fait connaître leur date de réouverture. Par exemple, les visiteurs sont bienvenus au Musée des beaux-arts de Montréal depuis le 6 juin, au Musée de la civilisation de Québec depuis le 20 juin, au Musée McCord de Montréal depuis le 23 juin et au Musée national des beaux-arts du Québec à partir du 29 juin.

Quelles sont les activités de plein air permises?

Partout au Québec, le camping est permis depuis le 1er juin, autant dans les campings privés quand dans ceux de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ). Depuis cette date, il sera aussi permis de louer un chalet ou un camp rustique sur les sites de la SÉPAQ, dans les pourvoiries ou les ZECS de la province.

Déjà depuis le 20 mai, les activités plein air ont repris progressivement dans les parcs de la SÉPAQ. Il est possible d’y faire de la randonnée pédestre, du vélo et même d’y pratiquer des activités nautiques comme la pêche, le kayak et le canot à condition d’utiliser une embarcation personnelle. Les bâtiments et les toilettes deviennent peu à peu accessibles aux visiteurs. La SÉPAQ demande toutefois dans la mesure du possible de payer les droits d’accès en ligne pour limiter les contacts.

Depuis le 1er juin, il est aussi possible de visiter certains sites de Parcs Canada, comme les parcs nationaux et les lieux historiques. Les visiteurs peuvent fréquenter certains sentiers et espaces verts durant le jour. Parcs Canada a commencé à ouvrir progressivement les installations de camping depuis le 22 juin.

Même s’il est recommandé d’éviter autant que possible de se déplacer d’une région à l’autre et d’une ville à l’autre, « il n’y a pas d’interdiction par décret de déplacements interrégionaux », a précisé la ministre du Tourisme Caroline Proulx en conférence de presse. Elle conseille toutefois aux visiteurs de prendre certaines mesures sanitaires. « On demande par exemple au Montréalais qui souhaite partir en camping de faire toutes ses courses à Montréal avant de partir sans s’arrêter », a dit la ministre Proulx.

Depuis le 1er juin, il est aussi possible pour une famille de louer un chalet, un appartement, une maison ou une chambre avec cuisinette dans un motel pour planifier de petites vacances au Québec à l’extérieur de la grande région de Montréal (CMM, MRC de Joliette et ville de L’Épiphanie).

 

Sources : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Fédération québécoise des organismes communautaires Famille,Gouvernement du Québec, Gouvernement du Québec, INSPQ, Parcs Canada, SÉPAQ

 

Julie Leduc - Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/StefaNicolic et FatCamera

Partager

À lire aussi