Davantage d’enfants touchés par le diabète de type 1

Davantage d’enfants touchés par le diabète de type 1
Les cas de diabète de type 1 chez les enfants augmenteraient un peu chaque année. Pourquoi?

8 mai 2019 |Les cas de diabète de type 1 chez les enfants augmenteraient un peu chaque année. C’est ce qu’observent notamment des intervenantes scolaires de Québec chez les écoliers depuis quelques années.

Dans une école primaire du Vieux-Québec, le nombre d’enfants diabétiques de type 1 est, par exemple, passé de 1 à 4 en 15 mois. « C’est une situation qui demande à l’école de réajuster ses ressources pour s’occuper du suivi particulier de ces enfants », témoigne Johanne Julien, responsable du service à l’élève.

Même son de cloche de la part de Mélanie Martin, infirmière scolaire dans la Haute-Ville de Québec, qui a aussi remarqué qu’il y avait plus de cas de diabète de type 1 au primaire depuis 2017. Elle passe ainsi plus de temps à former le personnel des écoles à la réalité des petits diabétiques de type 1.

Cela reflète d’ailleurs une tendance internationale rapportée par de multiples études scientifiques : le nombre de nouveaux cas de diabète juvénile de type 1 augmente légèrement chaque année. En Europe, cette hausse est de 3 %, ce qui correspond à 79 000 enfants diabétiques de plus annuellement.

Et au Canada?

Il est plus difficile d’avoir un portrait précis des enfants canadiens, car les statistiques sur le diabète incluent souvent le type 1 et le type 2. En Colombie-Britannique, toutefois, une récente étude a établi que le nombre de nouveaux petits diabétiques de type 1 était passé de 201 en 2005 à 250 en 2008. Au Québec, il y a eu 3704 nouveaux cas de diabète de type 1 chez les jeunes entre 2006 et 2015.

Selon d’autres données, le Canada maintiendrait l’un des plus hauts taux d’incidence – soit le nombre de nouveaux cas par année – de diabète de type 1 chez les enfants âgés de moins de 14 ans. Les enfants en bas de 5 ans et les enfants des premières années du primaire seraient les groupes les plus touchés.

Ainsi, chaque jour, 1 petit Canadien sur 300 transporte dans son sac à dos son kit de diabète de type 1 : un glucomètre pour vérifier son taux de sucre dans le sang (glycémie), des capsules de sucre, un stylo injecteur d’insuline ou les accessoires nécessaires à sa pompe à insuline.

Pourquoi plus de petits diabétiques de type 1?

Alors que l’on connaît les causes de la hausse du diabète de type 2 chez les enfants (ex. : mauvaise alimentation, surpoids et sédentarité), on ne sait pas vraiment pourquoi le diabète de type 1 semble gagner du terrain. L’origine exacte de la maladie est toujours méconnue. Bien sûr, il existe un facteur d’hérédité, mais les facteurs génétiques n’expliquent pas tout, puisque 90 % des nouveaux diabétiques n’ont pas d’antécédents familiaux.

« Il y a plusieurs hypothèses à l’étude, signale la Dre Shazhan Amed, endocrinologue pédiatrique et chercheuse au BC Children’s Hospital. On suspecte que certaines variables de l’environnement, particulièrement dans les premières années de vie, modifieraient le système immunitaire et déclencheraient le diabète de type 1. »

En effet, le diabète de type 1 se développe lorsque le système immunitaire d’une personne s’attaque aux cellules du pancréas qui produisent l’insuline. Cette hormone ajuste constamment le taux de sucre dans le sang, pour qu’il ne soit ni trop élevé ni trop bas. Sans insuline, le corps ne peut pas, par exemple, utiliser le sucre comme source d’énergie pour remplir ses fonctions vitales. Si la personne n’est pas traitée à temps, elle peut mourir.

Trop propres?

Comme pour les allergies, l’hypothèse « hygiéniste » est avancée pour expliquer la hausse du diabète juvénile de type 1. Notre tendance à tout vouloir aseptiser pourrait être un déclencheur de la maladie. Un excès d’hygiène rend notre système immunitaire paresseux et, dès qu’il se trouve en contact avec un microbe, il peut réagir à l’extrême et se retourner contre lui-même.

Certains chercheurs suggèrent aussi un lien avec une carence en vitamine D puisque le diabète de type 1 se déclare davantage dans les pays nordiques. D’autres soupçonnent l’introduction précoce des produits laitiers et des céréales avant 4 mois. « Il faut beaucoup plus d’études sur le sujet avant de pouvoir expliquer la ou les origines du diabète de type 1 », souligne toutefois la Dre Shazhan Amed.

Une chose est certaine cependant, le diabète de type 1 n’est pas causé par une trop grande consommation de sucre. Et il est impossible de le prévenir ou de le guérir. À ne pas confondre avec diabète de type 2, donc, qui se prévient et qui pourrait même être guéri lorsque diagnostiqué à temps et lorsque les habitudes de vie sont modifiées en profondeur.

L’urgence de diagnostiquer rapidement

Mesure de la glycémie d’un enfant souffrant de diabète de type 1

L’augmentation des cas du diabète de type 1 n’inquiète cependant pas trop la Dre Meranda Nakhla, endocrinologue pédiatrique à l’Hôpital de Montréal pour enfants. En effet, cette hausse semble se stabiliser tranquillement, du moins dans certaines régions.

Ce qui l’inquiète davantage, c’est le nombre d’enfants qui se présentent à l’urgence en acidocétose diabétique, une complication potentiellement mortelle du diabète de type 1. Entre 2006 et 2015, 27 % des nouveaux cas de diabète de type 1 sont arrivés en acidocétose à l’hôpital, c’est-à-dire que leur sang contenait des substances toxiques, souvent parce que leur diabète a été repéré tardivement par leur entourage.

Cet état est dangereux s’il n’est pas traité à temps : l’enfant peut sombrer dans le coma et mourir. Voilà pourquoi Dre Nakhla insiste sur l’importance d’identifier rapidement les symptômes du diabète de type 1 chez les enfants, soit une soif plus prononcée, des envies fréquentes d’uriner, un manque d’énergie, de la fatigue anormale et une perte de poids. Elle recommande aux parents, mais aussi aux écoles, d’être attentifs à ces signes et de consulter un médecin rapidement si un enfant les présente.

Ressources

 

Nathalie Kinnard - Équipe Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/Mladen Sladojevic et Anetta_R

Partager

À lire aussi