En manchettes: en sécurité dans la bassinette, jouer dans la rue et boire de l’eau

En manchettes: en sécurité dans la bassinette, jouer dans la rue et boire de l’eau
Risques associés à la literie de bassinette, jouer dans la rue et consommation d’eau chez les enfants


SÉCURITÉ

Literie de bassinette : un risque pour bébé

Les contours de bassinette, les oreillers, les couvertures moelleuses et les toutous placés dans le lit représentent un danger pour les bébés de moins de 1 an, confirme une étude américaine.

Tous ces accessoires seraient responsables de près de 70 % des décès de bébés par suffocation durant leur sommeil, entre 2011 et 2014 aux États-Unis. Cette étude rappelle l’importance de coucher les bébés dans un lit sécuritaire sur un matelas ferme et bien ajusté et sans couvertures moelleuses, oreillers, contours de lit, coussins de positionnement et autres objets mous qui pourraient se retrouver sur le visage du bébé et l’étouffer.

Les chercheurs signalent également qu’il faut être prudent avec le cododo, car les parents, un frère ou une soeur peuvent rouler sur le bébé et l’écraser. Enfin, les enfants peuvent aussi suffoquer lorsqu’ils se retrouvent coincés entre un matelas et le mur par exemple.

La majorité des décès par suffocation durant le sommeil peuvent être prévenus en suivant quelques règles simples :

  • Le drap-housse d’un lit de bébé doit être bien ajusté autour du matelas;
  • La gigoteuse est à privilégier pour les premiers mois;
  • Les draps et les couvertures doivent être fixés au pied du lit pour qu’ils ne bougent pas;
  • Ne pas faire dormir un bébé sur une surface molle;
  • Si vous faites du cododo, assurez-vous que les conditions et l’environnement sont sécuritaires. Pour les connaître, consultez notre fiche Le cododo.

L’étude a passé en revue 1800 décès par suffocation chez les bébés de moins de 1 an survenus aux États-Unis.

Source : EurekAlert!

JEUX

Jouer dans la rue : rêvons un peu…

Des enfants qui envahissent les rues pour y dessiner à la craie sur l’asphalte ou pour y jouer à la marelle ou au hockey sans se soucier des voitures… Cela se fait bel et bien en Angleterre grâce à une initiative de parents.

Le mouvement Playing Out est né lorsque des parents ont décidé de fermer, une fois par mois, les rues de leur quartier à la circulation. Ils voulaient que leurs enfants connaissent, comme eux, la joie de jouer dans la rue de façon sécuritaire. En effet, 70 % des adultes d’aujourd’hui ont déjà joué dans la rue quand ils étaient petits, révélait un sondage de 2007, alors que seulement 21 % des enfants le feraient aujourd’hui.

Voici quelques raisons de laisser les enfants jouer dans la rue :

  • La rue est un espace de jeu idéal, facilement accessible, surtout pour les gens qui n’ont pas de cour intérieure ou de parcs à proximité;
  • Les enfants et les parents font connaissance avec leurs voisins;
  • Le jeu dans la rue favorise le jeu libre;
  • En jouant dans la rue, les enfants restent plus longtemps dehors et sont plus actifs.

Sources : Magazine 100 degrés et Playing Out

ALIMENTATION

Les enfants ne boivent pas assez d’eau

Un enfant sur cinq ne boirait pas de l’eau tous les jours, révèle une récente enquête américaine. Pour étancher leur soif, ces enfants se tourneraient souvent vers les boissons sucrées, ce qui augmenterait leur risque de souffrir d’obésité, de diabète de type 2 et de caries dentaires.

Chez les enfants qui ne boivent pas d’eau, les chercheurs ont remarqué que les boissons sucrées (boissons gazeuses, jus de fruits, boissons énergétiques, thés glacés et cafés sucrés) représenteraient à elles seules 200 calories quotidiennes, contre 100 calories pour ceux qui boivent de l’eau. Actuellement, il est recommandé de limiter l’apport quotidien en sucre ajouté à moins de 10 % de toutes les calories consommées.

Tout comme le font les auteurs de cette étude, le Guide alimentaire canadien insiste sur l’importance de boire de l’eau. Dans la nouvelle version du guide alimentaire, le jus de fruits n’est d’ailleurs plus considéré comme équivalent à une portion de fruit, même s’il est pur à 100 %.

Pour des idées pour encourager votre enfant à boire de l’eau, consultez notre fiche Les boissons.

Pour cette étude, les chercheurs ont analysé des données américaines récoltées en 2011-2012 et en 2015-2016 auprès de 8 400 enfants âgés de 2 à 19 ans.

Source : Health Day

 

25 avril 2019

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/monkeybusinessimages, Nadezhda1906 et Sasiistock

À lire aussi