En manchettes: vivre sans auto, temps d’écran et récompense, et sens de l’humour

En manchettes: vivre sans auto, temps d’écran et récompense, et sens de l’humour
Difficile de vivre sans auto pour une famille, conséquences d’utiliser le temps d’écran pour récompenser ou punir et apprendre à rire des blagues


VIE DE FAMILLE

Vivre sans auto, un défi de taille pour les familles

Plusieurs personnes qui avaient choisi de ne pas avoir de voiture changent souvent d’idée quand elles ont des enfants. En effet, ne pas avoir d’auto, même en ville, est un défi très difficile à relever pour les familles, constatent des chercheuses québécoises.

Selon elles, le choix des familles de posséder une auto est, dans bien des cas, lié au fait que les services disponibles de transport en commun ne sont pas adaptés à leur réalité quotidienne. De plus, les familles ne seraient pas encore au coeur des priorités des opérateurs de transports publics ou des services d’autopartage, comme Communauto et Car2Go.

Les familles craindraient donc d’alourdir leurs trajets quotidiens, de manquer de flexibilité et surtout de perdre du temps en optant pour l’autopartage, l’autobus ou le métro. Se déplacer en transport en commun serait aussi vu comme étant plus complexe à vivre dans le cadre d’une routine familiale. En effet, il n’est pas facile d’aller chercher le plus jeune à la garderie et le plus âgé à l’école et d’arrêter ensuite à l’épicerie pour acheter du lait avant de rentrer à la maison.

Les chercheuses récoltent d’ailleurs actuellement des données sur la mobilité des familles pour mieux connaître leurs besoins.

Sources : Le Devoir et Laboratoire piétons et espace urbain

COMPORTEMENT

Plus de temps d’écran : un bon moyen de récompense?

Récompenser ou punir un enfant en le laissant passer plus ou moins de temps devant un écran ne serait pas la meilleure idée, rapportent des chercheurs canadiens.

Selon leur étude, la majorité des parents utiliseraient les écrans pour contrôler le comportement de leur enfant, surtout les fins de semaine. Cette approche amènerait toutefois les tout-petits à passer 20 minutes de plus par jour de fin de semaine devant les écrans que les enfants dont les parents n’utilisent pas les écrans comme moyen de punition ou de récompense.

Lorsqu’ils sont utilisés pour récompenser ou pour punir, les écrans deviendraient encore plus attrayants aux yeux des enfants, de la même manière que les bonbons sont plus attirants lorsqu’ils sont utilisés comme des récompenses, croient les chercheurs. Ces derniers ont aussi remarqué que les enfants passeraient plus de temps sur les écrans lorsque leurs parents, en particulier les mères, consacrent beaucoup de temps à ces appareils. Le même constat a été fait pour les tout-petits qui ont le droit aux écrans pendant les repas.

Les chercheurs encouragent, entre autres, les parents à manger en famille, sans écran, et à interdire ces technologies aux enfants de moins de 2 ans en tout temps. Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont analysé les habitudes liées aux écrans de 68 parents et de 62 enfants âgés de 18 mois à 5 ans.

Sources : Science Daily et Métro

APPRENTISSAGE

Pourquoi votre enfant n’a pas le sens de l’humour?

Votre tout-petit ne rit pas quand vous faites une blague ou un jeu de mots? C’est normal. L’humour se développe au fil du temps, indique une psychologue britannique.

Pour pouvoir comprendre une plaisanterie, un tout-petit doit posséder un certain nombre de compétences cognitives, comme le langage, l’imagination et la capacité à changer de perspective. C’est pourquoi un tout-petit va rire aux éclats devant une banale grimace plutôt qu’à votre blague. Au fil du temps, l’imagination et le langage de l’enfant vont se développer, ce qui va lui permettre de faire ses premières blagues en s’inspirant de son quotidien.

Comme parents, vous pouvez l’aider à développer son humour en stimulant son langage et son imagination. Même si le développement du sens de l’humour de tous les enfants n’évolue pas à la même vitesse, on observe chez la plupart les étapes suivantes :

  • Dès 7 mois, les bébés peuvent imiter les comportements qui les font rire, comme des expressions faciales.
  • Vers 12 à 18 mois, les tout-petits tentent de copier les plaisanteries de leurs parents.
  • Vers 2 ans, les enfants commencent à faire des blagues basées sur des objets, comme mettre un sous-vêtement sur leur tête.
  • Vers 3 ans (mais plus vers 5 ans), certains enfants comprennent des formes d’ironie.

Pour en savoir plus sur le développement du sens de l’humour chez l’enfant, consultez la fiche L’apprentissage de l’humour.

Source : The Conversation

 

17 janvier 2019

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/Marc Bruxelle, yacobchuk et Juanmonino

À lire aussi