Bébé prématuré: des pères plus stressés

Bébé prématuré: des pères plus stressés
Les pères de prématurés seraient plus stressés que les mères lorsqu’ils ramènent leur bébé à la maison, révèle une étude américaine.

27 février 2018 | Les pères seraient plus stressés que les mères lorsqu’ils ramènent leur bébé prématuré à la maison, révèle une étude américaine.

Les mères et les pères étudiés ont rapporté se sentir très stressés durant le séjour de leur bébé à l’hôpital. Le taux de cortisol, une hormone du stress, dans leur salive a par ailleurs confirmé ce résultat.

Au cours des deux premières semaines à la maison avec leur bébé prématuré, le taux de cortisol des pères a toutefois augmenté, tandis que celui des mères est resté relativement stable. Pourtant, les pères étudiés n’ont pas dit ressentir autant de stress que ce que montraient les taux de cortisol présents dans leur salive. Selon les chercheurs, cela indique que les pères de prématurés ne sont pas conscients du niveau de stress qu’ils vivent ou qu’ils préfèrent ne pas en parler.

Les auteurs de l’étude croient que le stress des pères augmente lorsqu’ils ramènent leur bébé prématuré à la maison, car ils doivent désormais veiller sur lui et leur partenaire tout en travaillant. Lorsque leur conjointe et leur bébé étaient hospitalisés, ces hommes pouvaient compter sur le personnel médical pour les prendre en charge.

Pour aider les pères à mieux vivre cette transition et à se sentir plus compétents, les chercheurs suggèrent de les initier aux soins du bébé durant le séjour à l’hôpital. Ils recommandent aussi aux parents de s’accorder mutuellement des moments de répit et de relaxation.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont mesuré le taux de cortisol dans la salive de 86 nouveaux parents d’un bébé prématuré de très petit poids durant leur séjour à l’unité des soins intensifs néonatals et au cours des deux premières semaines à la maison avec leur enfant. Ils ont aussi demandé aux parents de quantifier leur niveau de stress et leur sentiment de compétence parentale. Les auteurs de cette recherche estiment par ailleurs être les premiers à se pencher sur le niveau de stress des pères de prématurés.

Sources : Eurekalert et The Journal of Perinatal & Neonatal Nursing


Marie-Claude Ouellet — Agence Science-Presse

 

Photo : GettyImages/racheldonahue

À lire aussi