L'art de complimenter les enfants

L'art de complimenter les enfants
La façon dont les enfants sont complimentés aurait une influence sur leur honnêteté, rapporte une étude chinoise.

26 septembre 2017 | Le fait de complimenter les enfants sur leur intelligence les encouragerait à tricher, soutient une étude chinoise.

Pour améliorer l’estime de soi des enfants, les parents et les éducateurs recourent souvent aux félicitations. Or, trop pourrait être comme pas assez, selon ces chercheurs. Pour arriver à ce constat, ils ont testé l’honnêteté de 300 enfants âgés de 3 ou 5 ans, répartis en trois groupes. Après avoir fait des jeux de devinettes, les tout-petits du premier groupe se sont fait dire qu’ils étaient intelligents (« Tu es vraiment intelligent. »), alors que ceux du deuxième groupe ont été félicités pour leurs résultats (« Tu t’es très bien débrouillé cette fois. »). Pour leur part, les enfants du troisième groupe n’ont pas été félicités du tout.

Les enfants ont ensuite continué à jouer jusqu’à ce que les chercheurs quittent la pièce en leur faisant promettre de ne pas regarder les réponses aux devinettes. Grâce à des caméras cachées, les auteurs de l’étude ont constaté que les enfants du premier groupe ont été plus portés que les autres à regarder les réponses.

Pour expliquer ces résultats, les chercheurs font l’hypothèse que les enfants complimentés sur leur intelligence ressentiraient une pression qui les pousse à réussir en toutes circonstances. Ces tout-petits se comporteraient donc de façon à être à la hauteur des attentes des autres… quitte à tricher. Quant aux enfants complimentés au sujet d’une tâche spécifique, ils n’auraient pas l’impression qu’ils doivent toujours réussir ce qu’ils font.

Selon les chercheurs, le choix des mots serait donc important. Il vaudrait ainsi mieux féliciter un enfant d’avoir réussi une tâche donnée plutôt que de le complimenter sur son intelligence.

Sources : EurekAlert, Psychological Science et La dépêche


Marie-Claude Ouellet — Agence Science-Presse

 

Photo : GettyImages/monkeybusinessimages

Partager

À lire aussi