Partager, une source de joie pour les enfants

Partager, une source de joie pour les enfants

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Partager serait une source de joie pour les tout-petits, mais uniquement lorsqu’ils décident eux-mêmes de le faire sans y être obligés, révèle une étude réalisée en Chine.

5 juin 2017 | Partager serait une source de joie pour les tout-petits, mais uniquement lorsqu’ils décident de le faire sans y être obligés, révèle une étude réalisée en Chine.

Selon les conclusions de cette recherche, les enfants étudiés, qui avaient 3 ans et 5 ans, partageaient davantage lorsqu’ils étaient obligés de le faire. Toutefois, ils ne manifestaient de la joie que lorsqu’ils choisissaient eux-mêmes de faire preuve de générosité, sans y être incités. Partager par respect des normes sociales serait ainsi moins gratifiant, sur le plan émotionnel, que de partager par choix.

Les enfants de 5 ans avaient par ailleurs tendance à davantage partager lorsqu’ils s’y sentaient obligés que ceux de 3 ans. Les enfants plus vieux respecteraient donc plus les normes sociales que les plus jeunes, mentionnent les auteurs de l’étude.

Pour les chercheurs, ces résultats montrent que la motivation à donner aurait un rôle à jouer dans le désir de partager. Il serait ainsi irréaliste de s’attendre à ce qu’un tout-petit qui partage par obligation soit content de le faire, estiment-ils.

Selon les auteurs de l’étude, ces découvertes pourraient aider les éducatrices à trouver des moyens d’encourager le partage parmi les enfants de leur groupe.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé le comportement de 139 enfants au cours d’une expérience de partage d’autocollants. Les tout-petits ont été séparés en deux groupes. Dans l’un, le partage était laissé au choix de l’enfant, tandis que dans l’autre le tout-petit était incité à partager. Les expressions faciales des enfants ont aussi été analysées et utilisées comme indicateur du niveau de joie des participants à l’étude.

Sources : Frontiers in Psychology et Science Daily


Rabéa Kabbaj — Agence Science-Presse

 

Photo : GettyImages/FatCamera

Partager

À lire aussi